Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2017

Le travail au-delà de l’emploi : comment rompre avec les politiques traditionnelles de lutte contre le chômage.

 

Source : LE MONDE |

 

Pierre-Yves Gomez signale que l’individu, contrôlé par « ceux qui détiennent le capital et la technologie », a été formaté « à ne considérer comme relevant du travail que le temps contrôlé par les entreprises ou les administrations. Au point de méconnaître le fait que, sur cent heures travaillées, un Français en effectue en moyenne une moitié comme salarié et l’autre sous des formes autonomes ou auto-organisées, domestiques, associatives ou collaboratives ».

La crise de ce modèle et la révolution technologique (et son corollaire uber) aidant, l’économiste imagine deux perspectives en forme d’alternative : la fondation d’une nouvelle société qui se fonderait sur le travail auto-organisé et indépendant ou une société dans laquelle les entreprises récupéreraient ces formes auto-organisées à leur profit, pour favoriser la flexibilité, avec pour conséquence un accroissement de la précarité.

Le philosophe Bernard Stiegler part du même constat, évoquant même ces « entreprises de prédation dont Uber est devenu le symbole » : « l’avènement du Web en 1993 aura eu la même portée économique et politique que l’avènement de la chaîne de montage de la Ford T en 1913. L’une comme l’autre auront bouleversé les économies industrielles », dit-il. Mais avec à la clef très peu d’emplois. Et l’hostilité à leur encontre des populations.

Redistribution

Il faut dès lors « revaloriser le travail » (progressivement éliminé par l’emploi salarié) « dans un contexte de dépérissement de l’emploi, ce qui signifie aussi qu’il faut redistribuer une part significative des gains de productivité issus de l’automatisation en rémunérant le travail hors emploi ».

Cette « économie contributive » « repose sur un revenu contributif conditionnel, comme l’est le régime des intermittents, complémentaire du revenu minimum d’existence, qui lui est en revanche inconditionnel ».

« La combinaison de ces deux nouvelles formes de redistribution, conçues comme deux aspects d’une nouvelle réalité macroéconomique et d’une nouvelle dynamique industrielle, rendra les économies contemporaines durables, désirables et capables de retrouver la rationalité qui leur fait désormais tellement défaut », conclut Bernard Stiegler.

Cette inquiétude liée à l’automation est partagée par l’économiste Roger Sue pour lequel « entre 40 % et 60 % des emplois seraient menacés à échéance d’une vingtaine d’années » et qui met en avant déstructuration et précarisation de l’emploi, sources de tensions sociales et politiques, dont témoignent les récentes élections, tant en Europe qu’aux Etats-Unis.

Des raisons d’espérer

Rejoignant l’analyse de M. Gomez sur l’opposition entre salariat et autres formes de travail, auto-organisées, Roger Sue constate que face au service public – santé, services à la personne, culture, environnement, etc. – incapable de répondre à la demande, « les associations et autres ONG sont devenues des acteurs économiques majeurs » où « l’emploi n’a cessé de s’y développer ».

Ce qui lui donne des raisons d’espérer : le travail ne manque pas. M. Sue voit plus une chance dans le succès de l’économie collaborative qui « permet l’extension des échanges de savoirs, savoir-faire, produits ou services ». Or, écrit-il, « une société plus dense et plus relationnelle génère plus de travail au sens large. Le centre de gravité de l’économie se déplace ainsi vers la société civile, où se développe une richesse inédite et méconnue qui s’oppose moins à l’économie marchande qu’elle ne la stimule en lui offrant talents et débouchés ».

Avant de conclure que « la politique de l’emploi devrait amplifier ce cercle vertueux pour ne laisser personne au bord du chemin et inciter à l’engagement et à la citoyenneté, valeurs associées au travail dès son origine » et promouvoir « le volontariat, entre bénévolat et salariat », qui « montre la voie, particulièrement avec le service civique ».
Pierre-Yves Gomez signale que l’individu, contrôlé par « ceux qui détiennent le capital et la technologie », a été formaté « à ne considérer comme relevant du travail que le temps contrôlé par les entreprises ou les administrations. Au point de méconnaître le fait que, sur cent heures travaillées, un Français en effectue en moyenne une moitié comme salarié et l’autre sous des formes autonomes ou auto-organisées, domestiques, associatives ou collaboratives ».

La crise de ce modèle et la révolution technologique (et son corollaire uber) aidant, l’économiste imagine deux perspectives en forme d’alternative : la fondation d’une nouvelle société qui se fonderait sur le travail auto-organisé et indépendant ou une société dans laquelle les entreprises récupéreraient ces formes auto-organisées à leur profit, pour favoriser la flexibilité, avec pour conséquence un accroissement de la précarité.

Le philosophe Bernard Stiegler part du même constat, évoquant même ces « entreprises de prédation dont Uber est devenu le symbole » : « l’avènement du Web en 1993 aura eu la même portée économique et politique que l’avènement de la chaîne de montage de la Ford T en 1913. L’une comme l’autre auront bouleversé les économies industrielles », dit-il. Mais avec à la clef très peu d’emplois. Et l’hostilité à leur encontre des populations.

Redistribution

Il faut dès lors « revaloriser le travail » (progressivement éliminé par l’emploi salarié) « dans un contexte de dépérissement de l’emploi, ce qui signifie aussi qu’il faut redistribuer une part significative des gains de productivité issus de l’automatisation en rémunérant le travail hors emploi ».

Cette « économie contributive » « repose sur un revenu contributif conditionnel, comme l’est le régime des intermittents, complémentaire du revenu minimum d’existence, qui lui est en revanche inconditionnel ».

« La combinaison de ces deux nouvelles formes de redistribution, conçues comme deux aspects d’une nouvelle réalité macroéconomique et d’une nouvelle dynamique industrielle, rendra les économies contemporaines durables, désirables et capables de retrouver la rationalité qui leur fait désormais tellement défaut », conclut Bernard Stiegler.

Cette inquiétude liée à l’automation est partagée par l’économiste Roger Sue pour lequel « entre 40 % et 60 % des emplois seraient menacés à échéance d’une vingtaine d’années » et qui met en avant déstructuration et précarisation de l’emploi, sources de tensions sociales et politiques, dont témoignent les récentes élections, tant en Europe qu’aux Etats-Unis.

Des raisons d’espérer

Rejoignant l’analyse de M. Gomez sur l’opposition entre salariat et autres formes de travail, auto-organisées, Roger Sue constate que face au service public – santé, services à la personne, culture, environnement, etc. – incapable de répondre à la demande, « les associations et autres ONG sont devenues des acteurs économiques majeurs » où « l’emploi n’a cessé de s’y développer ».

Ce qui lui donne des raisons d’espérer : le travail ne manque pas. M. Sue voit plus une chance dans le succès de l’économie collaborative qui « permet l’extension des échanges de savoirs, savoir-faire, produits ou services ». Or, écrit-il, « une société plus dense et plus relationnelle génère plus de travail au sens large. Le centre de gravité de l’économie se déplace ainsi vers la société civile, où se développe une richesse inédite et méconnue qui s’oppose moins à l’économie marchande qu’elle ne la stimule en lui offrant talents et débouchés ».

Avant de conclure que « la politique de l’emploi devrait amplifier ce cercle vertueux pour ne laisser personne au bord du chemin et inciter à l’engagement et à la citoyenneté, valeurs associées au travail dès son origine » et promouvoir « le volontariat, entre bénévolat et salariat », qui « montre la voie, particulièrement avec le service civique ».
 

A lire aussi :

France : « Une société de castes, où chaque groupe méprise l’autre et se sent méprisé », par Marion Fontaine, maître de conférences à l’université d’Avignon. Une dynamique d’humiliation et de mépris place les classes populaires en marge du débat politique. La gauche doit répondre à leur quête de reconnaissance et de fierté, estime l’historienne.

« Les querelles du PS sur la question économique sont aussi vieilles que le socialisme lui-même », par Mathieu Fulla, chercheur permanent au Centre d’histoire de Sciences Po. L’économie est pour le PS une arène politique dangereuse où se règlent les luttes intestines. Le sujet est source d’un embarras persistant, que la droite sait exploiter pour lui faire un procès en incompétence.

 

 

Écrire un commentaire