Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2013

Inde : la Mini-Cat de Tata Motors elle ne manque pas d'air !

 

CityFlowAIR.jpgAutorisée en Inde depuis août 2012.

La voiture à air comprimé, développée par l’ex-ingénieur de Formule Un Guy N. de MDI basée au Luxembourg, utilise l’air comprimé pour pousser les pistons de son moteur et faire avancer la voiture.

 

Ses avantages :

 

Le premier, c’est de faire un pied de nez au lobby pétrolier!

Le deuxième, de ne pas polluer du tout.

Le troisième, de coûter 5.225 euros.

Le quatrième, de pouvoir faire 300 km à 105 km/heure environ.

Le cinquième, de faire le plein prendra 2 ou 3 minutes,

Le sixième, le plein coûtera 69 roupies/100 km soit 1 euro!!!

L’entretien réclame 1 litre d’huile tous les 50.000 km.

 

En effet, la voiture à air comprimé, appelée «Mini CAT » pourrait coûter autour de 365757 roupies en Inde soit 8177 $. c’est-à-dire 5.225€.
La Mini CAT qui est un simple véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire, un corps en fibre de verre qui est collé pas soudé et alimenté par l’air comprimé.

Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture.

Un petit émetteur radio envoie des instructions à l’éclairage, clignotants, et tous les autres appareils électriques sur la voiture. Qui ne sont pas nombreux.
La température de l’air pur expulsé par le tuyau d’échappement se situe entre 0-15 degrés en dessous de zéro, ce qui le rend approprié pour une utilisation par le système de climatisation intérieure sans avoir besoin de gaz ou de perte de puissance. Il n’y a pas de clé, juste une carte d’accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche.

Selon les concepteurs, il en coûte moins de 50 roupies (1€ = 69 roupies) par 100 km, c’est à peu près un dixième du coût d’une voiture fonctionnant au gaz. Son kilométrage est d’environ le double de celui de la voiture électrique la plus avancée, un facteur qui en fait un choix idéal pour les automobilistes urbains.

La voiture a une vitesse de pointe de 105 km par heure ou 60mph et aurait une autonomie d’environ 300kms ou 185miles.

Le remplissage de la voiture aura lieu dans les stations-service adaptées avec des compresseurs d’air spéciaux. Remplir ne vous prendra que deux à trois minutes et coûtera environ100 roupies (1¤= 69 roupies) et la voiture pourra faire encore 300 kilomètres.

Cette voiture peut également être remplie à la maison avec son compresseur de bord. Il faudra 3 à 4 heures pour remplir le réservoir, mais ça peut se faire pendant que vous dormez.

VOIR l’article de Jean Etienne sur Futura-Science

 

Capture-d-e-cran-2012-01-19-a--17.58.09.png

Parce qu’il n’y a pas de moteur à combustion, le changement de 1 litre d’huile végétale n’est nécessaire que tous les 50.000 km ou 30.000 miles. Grâce à sa simplicité, il y a très peu d’entretien à faire sur cette voiture. Cette voiture à air semble presque trop belle pour être vraie

voir:

http://www.caradisiac.com/Tata-Motors-et-Guy-Negre-moteur...

http://www.mdi.lu/produits.php

16/01/2013

Energie : dix solutions méconnues qui peuvent changer le futur ?

Le débat national sur la transition énergétique qui s’engage en ce début d’année est l’occasion d’agrandir son champ de vision sur les potentialités des énergies durables. Le futur offre un panel de ressources et de techniques d’énergies encore méconnues et néanmoins prometteuses.

Qui dit énergies durables dit le plus souvent éoliennes, photovoltaïque, hydraulique ou biomasse. Mais le panier de ces énergies est plus grand qu’on ne croit et plein de surprise. L’avenir énergétique de la planète est en effet bien plus riche qu’il n’y paraît.

Voici dix solutions encore peu exploitées, qui d’ici 10, 20 ou 50 ans viendront compléter notre mix énergétique. A condition que les recherches aboutissent, que les moyens financiers suivent et que l’éthique écologique soit associée au développement de certaines d’entre elles.

1. L’huile d’algue

D’aucuns l’affirment : la révolution de l’énergie se trouve dans les plantes. L’une d’elles est particulièrement intéressante, c’est l’huile d’algue. A l’instar des espèces oléagineuses, les algues ont la propriété de contenir jusqu’à 60% de leur masse en lipides. La force des algues : leur quantité. La productivité des végétaux marins est donc une carte maîtresse pour répondre à la menace que font peser les agrocarburants sur la biodiversité. Les algues sont capables de fournir de l’énergie sous 3 formes : biocarburant, biogaz et hydrogène. Leur exploitation est simple à mettre en œuvre. Il suffit, après collecte, de les concentrer et de les presser dans une centrifugeuse pour en extraire l’huile. Produire du carburant vert à partir d’algues microscopiques, tel est l’objectif du projet Shamash coordonné par l’INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique).

Sept équipes de recherche et un partenaire industriel travaillent sur le projet, dont Jean-Paul Cadoret, chef du laboratoire de physiologie et biotechnologie des algues de l’Ifremer. Pour ce dernier, ces microalgues qui, par photosynthèse, transforment l’énergie solaire en énergie chimique, offrent de gros avantages : « Elles n’entrent pas en conflit avec l’approvisionnement alimentaire comme c’est le cas pour le blé, le maïs ou le colza. Elles se cultivent facilement en bassin ou dans les bioréacteurs avec de l’eau de mer. Cela évite de puiser dans les réserves d’eau douce. Elles prolifèrent rapidement et peuvent fournir une récolte en continu. Leur rendement de production d’huile à l’hectare est bien supérieur à celui de toutes les autres plantes. Ce sont des machines à avaler le CO2. Elles le captent pour restituer de l’oxygène ». Vingt fois plus abondantes que les plantes terrestres, les microalgues peuvent fournir 25 000 litres d’huile par hectare, quand le colza n’en produit que 1 500 litres, le tournesol, 950, et le soja, 446.
La consommation annuelle mondiale de carburant pourrait être assurée si les bassins d’algues étaient déployés sur 400 000 hectares (4000 km2), soit un tiers de l’Ile de France. Elles sont aujourd’hui présentées comme une alternative énergétique au pétrole, pouvant produire l’équivalent d’un quart des carburants fossiles. À l’heure actuelle, le litre de carburant d’algue coûte plus cher que le pétrole. Mais plusieurs éléments permettent d’espérer, à terme, une bien meilleure rentabilité.

2. Le pétrole à base d’air

Transformer l’air en pétrole , telle est la prouesse technologique réalisée par une société britannique qui a mis au point un procédé chimique complexe permettant d’obtenir un pétrole de synthèse à base d’air et d’électricité. Concrètement, « nous avons pris le dioxyde de carbone présent dans l’air et l’hydrogène présent dans l’eau, et nous les avons transformés en carburant, » explique Peter Harris, l’ingénieur responsable de l’innovation. Pour ce dernier, le carburant obtenu est beaucoup plus propre que celui obtenu à partir de pétrole fossile. De plus, il est compatible avec les moteurs existants, comme ceux des avions ou des navires. D’ici 15 ans, ce procédé encore récent et coûteux pourrait connaître un développement commercial.

3. L’énergie osmotique

L’énergie osmotique repose sur un phénomène physique : l’osmose. Le principe de l’osmose veut que, quand on met en présence deux liquides de concentrations en sel différentes, le liquide le moins salé va avoir tendance à se fondre dans le liquide le plus salé. La différence de salinité va donc créer un flux de l’eau douce vers l’eau salée. En faisant passer le flux du liquide concentré vers un liquide moins concentré à travers une membrane semi-perméable, cela provoque une surpression hydrostatique. Le volume d’eau contenu dans la membrane devient plus important. Cela accentue la pression sur les parois du contenant. Et cette pression peut être récupérée pour actionner une turbine qui va générer de l’électricité. Il existe un endroit où l’on trouve en permanence une ressource gratuite d’eau salée et d’eau douce : l’estuaire des fleuves. La question centrale de cette technologie, c’est la fabrication de membranes de grande taille, alliant des qualités de robustesse et de porosité. En dehors de ce problème technique, l’énergie osmotique représente une énergie renouvelable et permanente, ce qui est un avantage essentiel comparé au solaire ou à l’éolien. Les coûts d’exploitation seraient d’ailleurs minimes. Cette forme d’énergie offre de belles perspectives.
Une production de 4W/m2 est nécessaire pour viabiliser la construction de centrales électriques. Actuellement, les Norvégiens atteignent 1,5 W/m2, mais planifient les premières applications industrielles d’ici à 2015, avec en moyenne 8000h/an de fonctionnement, soit deux fois plus qu’une éolienne. Le potentiel technique mondial de l’énergie osmotique est estimé à 1600 TWh. En Europe, il est de l’ordre de 200 TW.
C’est la société norvégienne Statkraft, connue pour ses fermes éoliennes, qui a lancé la construction de la première centrale osmotique. 2.000 m2 de surface de membrane pourront générer environ 10 KW. Les ingénieurs de l’entreprise Statkraft, à l’origine du projet, travaillent actuellement sur une usine d’un à deux MW, ce qui nécessiterait une membrane de 200 000 m2. Si le procédé répond aux espérances des chercheurs, cette usine pourrait assurer 10% de la consommation énergétique norvégienne. Une autre centrale a été crée au Japon, et une troisième est en cours de construction aux Etats-Unis. Au plan mondial, le potentiel de l’énergie osmotique est estimé à 1 600 TWh par an, soit l’équivalent d’environ la moitié de la production électrique européenne en 2009. »

4. Le thorium ou l’atome vert

Le thorium est un métal, qui se trouve naturellement dans des minerais divers, dont la monazite, la bastnaésite et l’uranothorianite. Bien qu’il ne soit pas fissible lui-même, le thorium-232 est un isotope fertile comme l’uranium-238. Bombardé par les neutrons, il se transforme en uranium 233, matière fissile. Le thorium constitue une importante réserve d’énergie nucléaire, en raison de son abondance dans la croute terrestre ; il pourrait ainsi fournir trois à quatre fois plus d’énergie que l’uranium-238. Son utilisation nécessite la mise au point d’une nouvelle filière de réacteurs nucléaires surgénérateurs.
Les chercheurs qui défendent ce minerai aux qualités particulières estiment qu’il représente la possibilité d’un nucléaire propre. Bien plus abondant dans la nature que l’uranium, il est difficilement utilisable pour fabriquer des bombes atomiques. Il est aussi économe en déchets, la plupart d’entre eux pouvant être remis dans le circuit du réacteur.
Depuis plusieurs années déjà, des chercheurs du CNRS planchent théoriquement sur un réacteur sûr, très stable et facilement pilotable. Avec ce surgénérateur rapide à sels fondus (MSFR), qui utiliserait le thorium comme combustible liquide, 100% de la ressource utilisée comme combustible est consommée, Pour l’heure, il n’existe pas encore de prototype concret du MSFR en France. Cette solution se heurte à la réticence des industriels de la filière nucléaire. Mais les Chinois, eux, investissent massivement dans cette technologie nouvelle. Les Indiens qui disposent du quart des réserves mondiales de thorium l’utilisent déjà depuis quelques années, dans des réacteurs de troisième génération.
Le thorium se désintègre plus lentement que la plupart des autres matières radioactives mais sa radioactivité est de 14 milliards d’années. Les applications industrielles du thorium sont développées dans les alliages de magnésium utilisés pour les moteurs d’aéronefs.

5. L’énergie thermique des mers

L’idée de l’énergie thermique des océans est toute simple : tabler sur la différence de température entre les eaux chaudes de surface (+ 25° C dans les régions tropicales) et les eaux profondes (+5°C à 1000 mètres) pour produire de l’électricité et/ou de l’eau douce. Les océans représentent un gigantesque capteur d’énergie solaire contenue sous forme de chaleur dans la couche d’eau de surface. Ils reçoivent chaque année une quantité d’énergie équivalente à plus de mille fois la demande mondiale en énergie primaire. Un potentiel estimé à cent fois celui de la marée et cinq à dix fois celui du vent. L’exploitation de l’énergie thermique des mers (ETM) redevient d’actualité dans le contexte de la recherche d’énergies nouvelles, non polluantes, susceptibles de suppléer l’usage des combustibles fossiles qui renchérissent (pétrole, charbon, gaz,…). Bien que cela soit difficile, il est possible d’utiliser cet écart entre l’eau chaude et l’eau froide en installant des méga-pompes à chaleur capables de récupérer par « évapotranspiration » la vapeur qui va alimenter une turbine.
Les atouts d’une centrale reposant sur l’énergie thermique des océans sont non négligeables : énergie stable, peu de frais de fonctionnement, gratuité de l’eau de mer, exploitable gratuitement 24h sur 24 tous les jours de l’année, pas de confinement ou de stockage de l’eau.

6. Les bactéries carburants

Tout le monde connaît aujourd’hui les défauts des biocarburants : leur impact environnemental. Produits à partir de canne à sucre, de betterave ou de maïs, ils nécessitent l’utilisation d’importantes surfaces de terres arables et sont très forts consommateurs d’eau. En outre, ils nuisent à la biodiversité. Une entreprise Joule unlimited affirme avoir réussi à surmonter cette contrainte majeure en produisant un bio carburant inépuisable et abordable. Le e-éthanol qu’elle a mis au point est en effet issu de bactéries génétiquement modifiées. Explication : les bactéries sont entreposées dans des tubes de trois centimètres de diamètre qui servent de réacteur, remplis d’eau non potable et de CO2 issu d’activités industrielles ; exposées au soleil, elles exploitent la photosynthèse pour produire de l’éthanol ou du gazole. Les rendements sont bien supérieurs aux biocarburants existants : 75 000 l/ha/an pour le e-éthanol, à comparer aux 7 000 l/ha/an de bioéthanol produit à partir de la betterave. Mais cela nécessiterait des installations énormes et l’efficacité de bactéries qui transforment le soleil en énergie, n’est pas aussi grande que celle des panneaux photovoltaïques.

7. Les bouées de récupération de l’énergie des vagues

L’énergie des vagues est liée au déplacement de la surface de la mer sous l’action de la houle. Le principe est simple. Lorsque les vagues arrivent sur un obstacle flottant ou côtier, elles cèdent une partie de leur énergie qui peut être convertie en courant électrique. L’intérêt de l’houlomotricité : les vagues se déploient de façon très économe. L’inconvénient : l’énergie perd en puissance lors de son acheminement vers les cotes. Pour que le dispositif soit rentable, il vaut mieux que les capteurs soient posés près du littoral, afin de récupérer le maximum d’énergie créée, soit 20 kW par mètre de côte. Selon la Commission Européenne, l’houlomotricité occuperait en 2020 la quatrième place des énergies renouvelables utilisées pour produire de l’électricité, derrière l’éolien on-shore et off-shore et l’hydraulique. Il existe aujourd’hui différentes technologies pour récupérer l’énergie des vagues : les bouées sous-marines en mouvement, les colonnes oscillantes, les débordements de chenal, les plates-formes à déferlement. Une cinquantaine de projets sont en cours dans le monde.

Parmi eux, le « Searev » ; il s’agit d’une sorte de ferme sur mer, conçue par Alain Clément, chercheur au Laboratoire de mécanique des fluides (LMF) : constituée d’une bouée, elle génère du courant électrique pour récupérer l’énergie de la houle. A l’intérieur de ce « système électrique autonome de récupération de l’énergie des vagues », un pendule de 400 tonnes, en oscillant sur les vagues, actionne tout un système de pistons et de pompes à huile. Le mécanisme fait tourner un arbre métallique entraînant vers un alternateur. Le tout est relié au continent par câble. L’objectif est de générer une puissance maximale comprise entre 500 et 700 kilowatts par bouée. De quoi alimenter jusqu’à 200 foyers en moyenne par an.

8. Les éoliennes entonnoirs

Même s’il fait partie des énergies renouvelables d’avenir, l’éolien, on le sait, présente bien des inconvénients : stockage, caprice du vent, raccordement au réseau… une petite entreprise américaine, Sheerwind, pense avoir trouvé la solution à ces difficultés : des éoliennes en forme d’entonnoir pour augmenter la vitesse du vent. D’où son nom Invelox (Increasing the velocity of the wind. Le principe est simple : l’air est aspiré dans un conduit où sa vitesse est multipliée par dix, avant de passer dans une turbine ou un générateur. Le rendement énergétique serait ainsi trois fois plus important qu’avec une éolienne classique, d’un coût 40% inférieur et d’une taille plus petite.

9. Les aérogénérateurs volants

De nombreux scientifiques ont les yeux rivés sur le « jet stream ». Pas le Gulf stream qui traverse l’océan. Non… le jet stream, juste à quelques 10 000 mètres au dessus de nos têtes, une source d’énergie qui souffle jour et nuit, 365 jours par an. A cette altitude, la force de ces vents représente une énergie pouvant produire cent fois plus d’énergie qu’une éolienne sur terre, capable de produire un kilowatt/heure pour deux centimes d’euros, soit la moitié du coût usuel d’énergie. Leur souffle est régulier et non capricieux comme sur terre. Ces puissants courants aériens qui ceinturent la planète sous la forme de deux anneaux atteignent parfois des vitesses surprenantes comprises entre 300 et 400 km par heure. Cette puissance résulte du contraste thermique existant à cette altitude entre la troposphère et la stratosphère. De l’air froid et de l’air chaud se rencontrent à des altitudes de 5 000 à 10 000 m, où les différences de température et de pression atmosphérique sont cependant beaucoup plus prononcées que dans les couches inférieures de l’atmosphère. Cette énergie des vents d’altitude suscite nombre de projets d’aérogénérateurs aussi originaux les uns que les autres.

Une nouvelle génération d’ingénieurs soucieux de l’environnement juge la technique des éoliennes déjà dépassée. Au lieu de gâcher les paysages en alignant des éoliennes terrestres, pourquoi ne pas installer des aérogénérateurs volants ? C’est fait avec le Sky WindPower. Plusieurs projets très imaginatifs de cerfs-volants, de ballons spatiaux ou de « kites » installés dans l’espace à dix mille mètres au dessus de nos têtes permettent de capter, au dessus des nuages, des vents puissants réguliers et non capricieux comme sur terre. Exemple : le prototype développé par Dave Sheppard, responsable d’une société établie à San Diego, Californie. Le prototype de Sky WindPower possède quatre rotors qui lui permettent de rester en suspension dans l’air et de faire tourner des dynamos générant de l’électricité. Dans son version commerciale, il serait relié à la terre par un long câble en aluminium conduisant l’énergie.

Un autre projet du même genre est mis au point par une entreprise italienne dans le cadre d’un partenariat européen. Le Manège KiWiGen, c’est son nom, est une sorte de manège de plusieurs centaines de mètres de diamètre, composé d’ un rotor et de bras pivotants sur lesquels sont tirés des câbles très résistants reliés à des cerfs-volants de quelques dizaines de mètres carrés, réalisées en polyéthylène alvéolaire. Disposés en batteries, ils peuvent atteindre 700 mètres de haut. Mis au point par une entreprise italienne et soutenu par des experts et des chercheurs européens, ce manège baptisé KiWiGen, (Kite Wind generator) produit des dizaines de mégawatts, via une turbine. Chaque cerf-volant est équipé de deux capteurs intelligents à même de détecter les accélérations du vent. Un programme électronique de contrôle calcule les variations d’orientation nécessaires pour lui faire suivre, toujours avec une portance maximale, un parcours circulaire. Les cerf-volants utilisés auront une envergure de quelques dizaines de mètres carrés.

10. Les films solaires de 3ème génération

Les cellules solaires organiques font actuellement l’objet d’une attention particulière. Très simples, elles sont compatibles avec des films et des textiles. Leur mise en forme, par exemple à partir d’encres ou de peintures, offre l’avantage de couvrir de grandes superficies. Cette flexibilité permet d’ouvrir à de nombreuses applications : emballages, vêtements, écrans, recharge de téléphones cellulaires ou d’ordinateurs portables. Des chercheurs du CNRS et de l’Université d’Angers ont développé une approche avec des cellules solaires à base de molécules organiques et ont obtenu des rendements très élevés. Contrairement au silicium cristallin dont la production nécessite de très hautes températures, leur fabrication implique un faible coût énergétique et un faible impact environnemental.
A plus long terme, on peut imaginer une contribution décisive de leur potentiel à la conversion photovoltaïque de l’énergie solaire. Les tests montrent que les taux d’efficacité des molécules solaires organiques développées et synthétisés en laboratoire sont de 15% à 25% plus élevés que les cellules en silicium cristallin et les films solaires en couches minces, soulignent les ingénieurs de la société allemande Heliatek, la seule entreprise solaire au monde qui utilise le dépôt de molécules organiques à basse température. Ces dernières sont composées de fines couches nanométriques ultra-pures et d’une grande homogénéité. Cela permet de concevoir une architecture capable d’améliorer systématiquement l’efficacité et la durée de vie des cellules.

Source : http://www.place-publique.fr/

Eloge de la gratuité - Paul Ariès


 

Viv(r)e la gratuité ! Une issue au capitalisme vert est un ouvrage collectif publié par les éditions Golias, sous la direction de Paul Ariès.

La gratuité est le modèle primal de la nature. Faut-il s'en inspirer pour la transition ?

09/01/2013

Conférence Philippe baqué : l’agriculture bio au cœur du développement local

Samedi 19, Loubressac, salle des fêtes à 17h30, conférence de Philippe Baqué (journaliste indépendant et réalisateur de film documentaire autour du livre collectif des éditions Agone) suivie d’un débat.


Pour certains, l’agriculture biologique n’est qu’une niche de production pour agriculteurs militants et sectaires, une mode pour consommateurs bourgeois aisés, mais en aucun cas un mode de production capable de nourrir l’ensemble des habitants de la planète. Pour d’autres, au contraire, c’est une alternative non seulement crédible, mais également indispensable pour que chaque pays ou groupe de pays accède à la souveraineté alimentaire et puisse résoudre les problèmes de famine et de malnutrition. Dans un livre collectif La bio entre business et projet de société (Contre-Feux, éditions Agone), dont il a dirigé la rédaction, Philippe Baqué, journaliste indépendant, fait un constat sévère sur les
dérives de l’agriculture bio qui se transforme en une « bio » intensive, qui tombe sous la coupe de l’agroalimentaire et de la grande distribution. Face à cette tendance forte, des paysans résistent et s’organisent pour conserver l’esprit de l’agriculture bio, une histoire de confiance entre producteurs et consommateurs. Des exemples en France, en Europe,
en Afrique… montrent que cette agriculture peut produire pour des marchés importants à condition qu’il reste assez de paysans pour le faire. Le samedi 19 janvier 2013, à partir de 17h30 à la salle des fêtes de Loubressac, nous invitons les acteurs concernés, consommateurs, paysans, élus, responsables de la restauration collective (écoles, collèges, lycées…), cuisiniers… à venir débattre avec Philippe Baqué et entre nous et, plus spécifiquement, de l’importance, au niveau local, de l’agriculture bio : son développement, sa commercialisation et le rôle moteur dont elle est porteuse. Ce que nous pouvons constater c’est qu’il y a du côté des consommateurs lotois une demande forte de produits locaux exempts de produits chimiques et que, d’autre part, la Région Midi-Pyrénées comme le Conseil Général promeuvent une alimentation locale de qualité, équilibrée et de saison.
Un buffet paysan partagé offert par le Lieu Commun, agrémenté par les apports des uns et des autres (si possible), clôturera la soirée. Nous vous attendons très nombreux.


Pour plus de renseignements : Patrice 05 65 38 60 99 ; Pôline 05 65 40 37 23

Gratuit. En partenariat avec le Lot en Action.

30/12/2012

Comment nourrir tout le monde

Manifeste pour une Dotation Inconditionelle d’Autonomie

manifeste-dia-couverture

http://www.editions-utopia.org/

07/12/2012

Permaculture, un véritable développement durable

"Le travail disparait, et c'est ce qu'on voulait" (Vidéo - Paul Jorion)

15/11/2012

Paul Ariès : le travail

Paul Ariès : la décroissance

10/11/2012

Matthieu BAUDIN - Les conspirateurs positifs

Nourrir le monde avec l'agriculture bio (Jacques Caplat)

Une présentation claire et dynamique de l'intérêt des cultures associées et de l'agriculture biologique pour nourrir le monde. Par l'agronome Jacques Caplat, auteur du livre "L'agriculture biologique pour nourrir l'Humanité" (Actes Sud 2012) et administrateur de l'association Agir Pour l'Environnement.


http://www.actes-sud.fr/catalogue

 

31/10/2012

L'agriculture bio augmente la teneur en carbone du sol

En plus de tous ses autres innombrables avantages...

L'agriculture biologique fixe davantage de carbone atmosphérique dans la matière organique du sol que l'agriculture conventionnelle, contribuant ainsi à amoindrir le changement climatique. Telle est la conclusion d'une méta-analyse portant sur 74 études comparatives publiées dans le monde entier (Communiqué FiBL, 16.10.12; PNAS)

 

Vous pouvez consulter références et article de fond correspondant sur la rubrique "Gentech-News français" du site http://www.blauen-institut.ch.

15/10/2012

Sol violette, l'éclosion d'une monnaie

image001.jpg

cliquez sur l'affiche pour la voir en grand

14/10/2012

L'EMPATHIE CRÉATIVE, UNE VALEUR À LA HAUSSE

L'empathie créative, une valeur à la hausse


Le sociologue Michel Maffesoli aujourd'hui, après le biologiste Joël de Rosnay et l'économiste Jeremy Rifkin, chacun du prisme de sa science, constatent l'évidence de l'altruiste. Nécessité ou utopie?

Et si l'on pouvait enfin avoir enfin une raison d'espérer de l'être humain, de sa capacité à vivre en société en harmonie ? Face à l'impasse de la raison économique, philosophique et sociale, l'empathie serait la valeur qui pourrait 'réenchanter' le monde, pour de nombreux penseurs. Loin de toute méthode Coué ou de fondamentalismes intellectuels ou religieux, les analyses proposées par le sociologue Michel Maffesoli, le biologiste Joël de Rosnay et l'économiste Jeremy Rifkin sont à la fois pénétrantes et ambitieuses, étayées sur l'ensemble des savoirs disponibles. Les enquêtes en sciences sociales ou économétriques recoupent les découvertes les plus récentes en biologie: l'intégration de l'altérité, de l'initiation et la raison sensible impacte positivement les modes d'être, élabore des modèles d''être - ensemble', individuels et collectifs, plus vivables et plus solidaires.

Le constat ? L'émergence d'une nouvelle conscience "biosphérique" selon Rifkin

Pour comprendre l'urgence d'une civilisation de l'empathie, Jeremy Rifkin relit l'histoire de l'humanité dans une perspective sociale et altruiste: "Les consciences changent quand se produisent, conjointement, une révolution de la production d'énergie et une révolution des communications. Quand les deux se combinent, c'est bien tout notre rapport à l'espace et au temps qui change, notre modèle de civilisation. Et notre empathie qui s'élargit." Et d'ajouter, lucide, "Mais il faut l'entretenir en permanence. Malheureusement, l'élan empathique est souvent laissé de côté dans le feu de l'action, quand les forces sociales vacillent au bord de la désintégration".

L'urgence ? L'ère 'psychologique', celle du 'je 'où se jouent les affects comme dirait Maffesoli, cède la place progressivement à une conscience "biosphérique" des défis écologiques à relever. Pour sauver notre espèce, la convergence entre les formes d'énergie et de communication exige donc un changement radical de nos modes de pensées pour constituer un nouveau paradigme économique qui va ouvrir l'ère post-carbone ce qu'il appelle dans un autre livre "la troisième révolution industrielle". Pour s'imposer, la civilisation de l'empathie a besoin de profondeur et d'attention... et manifestement de temps.

Comment s'y préparer ? Surfer la vie, c'est profiter de l'instant, selon Rosnay

L'empathie résiliente et créative ? Le biologiste Joël de Rosnay constate ses bienfaits par la science des neurosciences cognitives: "Le secret de l'empathie, c'est la forte concentration de 'neurones miroirs' dans notre cerveau, nous apprend-t-il, ces "neurones empathiques" ou "neurones Gandhi", selon le neurologue Vilayanur Ramachandran, nous permettent de reproduire les attitudes, les sentiments, les émotions des autres, ainsi que de simuler et de construire des réponses, des réciprocités, un altruisme partagé, une harmonie équilibrée."

A partir de ce constat, Joël de Rosnay développe la métaphore du surfeur 'transposition dynamique de la vie elle-même pour survivre dans la société fluide'. Pour ce pratiquant historique de la vague, "Surfer la vie, c'est profiter de l'instant, être à l'écoute de son environnement, de ses réseaux, évaluer en temps réel les résultats de son action, pour réussir à affronter les nouveaux défis de la société fluide".

 

N'hésitant pas à proposer quelques conseils 'de survie' comme pratiquer et enseigner la réciprocité dans tous les cas, se montrer soucieux des conséquences de ses actes dans le futur, jauger la valeur morale d'une action à l'aune de sa contribution à l'utilité générale... L'empathie pour l'avenir est aussi une façon d'être que le chercheur applique à lui-même depuis 30 ans et insuffle au projet qu'il conduit pour l'établissement public Universcience (réunion la Cité des sciences et le Palais de la découverte): "comprendre, vouloir, aimer et construire le futur".

'La raison sensible', ou la force de la contagion selon Maffesoli

L'impact d'une empathie créative est aussi du ressort du sociologue et du philosophe comme en témoigne le dernier livre de Michel Maffesoli*qui depuis 30 ans analyse le 'temps du 'nous' sous la pression du tribal et de l'instinct. Le portrait qu'il fait de l'homo eroticus est jubilatoire tant ses concepts croquant l'imaginaire sociétal; 'l'être-avec', 'la loi des frères' ou 'le plaisir-désir' d'être de ce monde ci, tranchent de la morosité et du progressisme habituels: "au coeur battant de la révolution sociétale en cours: le passage d'un idéal démocratique où la raison jouait le rôle majeur, à un autre, le communautaire, où l'émotionnel serait la vertu cardinale."

Dans cette 'harmonie retrouvée', l'hédonisme populaire, le festif (loin des anathèmes d'un Philippe Murray) concourent à libérer ce 'nous' (cette noosphère dont parlait déjà Teilhard de Chardin) indispensable au vouloir vivre ensemble planétaire : "Il est certain que le 'nous sommes' tribal du partage des gouts divers, ne peut plus se satisfaire de ce qui fut la clé de voute de l'architectonique moderne : ego cogito.(...) Le nouveau pivot du nouvel ordre en gestation est bien ego affectus sum. Affections multiples constituant le socle irréfragable sur le lequel se dresse l'harmonie perdue et retrouvée de toute société".

A ceux qui crient au délitement de nos sociétés, les trois penseurs voient dans la crise un gage d'espoir. A travers tous les indices d'un (re)nouveau existentiel et sociétal que leur travaux traquent et repèrent, souvent à contrepied des légendes noires actuelles, ils anticipent la réussite de la 'raison sensible' notamment pour Rifkin celle de la génération 'wiki' des 15-25 ans. Ces trois raisons d'espérer dans le vitalisme contemporain feront date.

Un article de Laure Kaltenbach et Olivier Le Guay, publié par huffingtonpost.fr

SANS PESTICIDES, C'EST POSSIBLE

Sans pesticides, c'est possible


L'Inra a mis en place une expérimentation mettant en parallèle des parcelles cultivées selon des méthodes intensives et des parcelles cultivées sans recours aux herbicides. Conclusion : cultiver sans pesticides ou presque, sans pour autant faire chuter les rendements, c'est possible.

Depuis plusieurs décennies, des voix de plus en plus nombreuses s'élèvent dans le monde agricole pour affirmer qu'une agriculture sans herbicides est possible tout en conservant des niveaux qualitatifs et des rendements compatibles avec la rentabilité d'une exploitation. Les résultats d'une expérimentation menée par l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Dijon dans la station expérimentale d'Époisses, en Bourgogne, viennent de leur donner raison.

Parallèlement à une parcelle de référence conduite selon les méthodes intensives traditionnelles (travail des sols et traitements herbicides), cinq autres parcelles ont été conduites pendant 10 ans selon différents protocoles de protection intégrée : sans labour, sans désherbage mécanique, etc.

L'objectif : maîtriser la prolifération des adventices (le joli nom scientifique des « mauvaises herbes ») et les utiliser pour renforcer les défenses des plantations exogènes. L'efficacité de la lutte intégrée résulte de la combinaison d'un travail raisonné du sol, d'une adaptation des dates de semis des cultures et surtout d'une diversification de l'ensemencement des parcelles au cours du cycle annuel avec des variétés de printemps qui freinent le développement des plantes indésirables. Au fond, un cocktail de méthodes ancestrales que maîtrisaient les anciennes générations, quand le tout chimique n'existait pas !

Et au bout de 10 ans le résultat est là, sous les yeux incrédules de nombreux agriculteurs venus visiter la station, où des champs de blé cohabitent avec des coquelicots retrouvés, des pieds de chardons et des liserons. Seulement voilà, ce qui est possible à l'échelle expérimentale, ne l'est pas forcément à grande échelle.

La principale contrainte de la lutte intégrée réside dans la diversification des plantations et le recours à des cultures alternatives pour lesquelles les débouchés commerciaux ne sont pas forcément assurés. « Si l'on veut réduire la dépendance aux pesticides, une réorganisation des filières et des marchés, une responsabilisation des bassins de production, des coopératives de collecte sont nécessaires pour accompagner cette diversification », souligne Nicolas Munier-Jolain, de l'Inra. Pas gagné !

 

Un article de Florence Humbert, publié par quechoisir.org

Source : www.quechoisir.org

 

27/09/2012

Comment blanchir l'argent sale ?

Manuel pratique pour crapules modernes et citoyens naïfs

Attention ! Après la lecture de cette brochure, vous risquez de ne plus regarder les pizzerias, les lavomatics, les chocolats suisses et l'aquarium de Monaco de la même manière... Voici en effet un panorama des techniques de blanchiment d'argent, du petit casino véreux au grand paradis fiscal touristique.

Cette brochure s'inspire des travaux de Jean de Maillard et de la commission parlementaire contre le blanchiment.

 

A lire et télécharger ici :

http://www.les-renseignements-genereux.org/var/fichiers/b...

 

D'autres brochures comme

 

et plein d'autres chose sintéressantes sur le site des Renseignements Généreux, faites tourner !

25/09/2012

Bombes de graines

La guérilla gardening est une pratique visant à essaimer des grains de plantes dans les recoins inaccessibles de la ville sur les toits, les lampadaires, les trous dans le mur pour développer la fertilité végétale en milieu urbain.
Les semences sont enfermées dans un mélange d'argile et de compost qui les protégent du dessèchement dû au soleil, des oiseaux, du vent qui les pousse au loin.
Les bombes de graines peuvent être dispersées directement sur le sol sans être plantées.
Lancez vos boules de graines durant une journée ensoleillée. Il n'y a plus qu'attendre que la pluie arrive pour pénétrer l'argile et que les graines à l'intérieur germent avec les nutriments et des microbes bénéfiques à leur pousse.

 

http://www.guerilla-gardening-france.fr/

20/03/2012

Olvera, Espagne, première ville à être débarrassée des champs électro-magnétiques


   La toute première ville à l'unanimité débarrassée des champs électromagnétiques est espagnole - 2012      
La toute première ville à l'unanimité débarrassée des champs électromagnétiques est espagnole - 2012
À Olvera, une magnifique ville de la province de Cadix, Le conseiller à l'environnement Jacobo Camarero a confirmé que le conseil municipal a à l'unanimité décidé de déclarer la ville "Municipalité libre de toute pollution électromagnétique"

Avec une majorité de l'union des partis de gauche, mais voté par le parti socialiste espagnol et le parti populaire espagnol, il est important de noter que différentes forces politiques ont été motivées, dans le but d'assurer un environnement sain pour les habitants.

Nous pouvons dire sans crainte de se tromper qu'aucune décision de ce genre ne figure dans les annales d'aucune municipalité, concernant le même type de décision. À Carthagène et Murcia, plusieurs villages appellent également à des mesures similaires, tout comme l'ont fait plusieurs provinces d'espagne, sans pour autant avoir progressé.

Commentant la nouvelle, le conseiller à l'environnement Jacobo Camarero dit : "puisque notre ville est de petite taille, nous avons les problèmes typiques liés à l'implantation de grands nombres de mâts sur les toits. À l'inverse, le paysage urbain est plombé par des tours en bétons affligées d'antennes installées en toute illégalité - et que nous avons l'intention de faire enlever immédiatement."

Et chaque jour ce problème prend de l'ampleur ; la semaine dernière les médias publiaient une brève relative à une ancienne hôtesse de l'air et une agent technique d'une université, toutes deux d'origine française, qui se sont réfugiées dans une cave dans les Alpes pour se protéger de la "souffrance insupportable" que leur infligent les ondes électromagnétiques.


---
Source : http://www.wavesguard.es/blog/blog/2011/11/29/pleno-de-ay...

Les " éteigneurs de sucettes " coupent le jus à la pub

Source : www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Environnemen...

Des dizaines de panneaux publicitaires lumineux ont été privés de courant vendredi soir dans l'agglomération de Poitiers. Une opération d’antinucléaires pour lancer une chasse au gaspi.

Vendredi soir, une quinzaine de militants ont éteint de nombreux panneaux publicitaires et enseignes lumineuses à Poitiers.
 
Vendredi soir, une quinzaine de militants ont éteint de nombreux panneaux publicitaires et enseignes lumineuses à Poitiers.

Jacques en sourit sous sa casquette. Tournevis en main, ce retraité vient d'éteindre un panneau publicitaire lumineux vers la Demi-Lune. « La chasse au gaspi est lancée ! » Et vendredi soir, elle a pris les allures d'une action commando dans l'agglomération de Poitiers.

Il est 20 h 45, sur le parking du Parcobus de la Demi-Lune. Des militants arrivent, de tous âges et tous horizons.

" C'est une action revendiquée "

Ils sont étudiant, retraité, cadre de banque ou même élu régional. Ce qui les réunit ce soir, c'est leur opposition au nucléaire. Une conviction renforcée par l'accident de Fukushima provoqué par le tsunami.
Une quinzaine de personnes sont là, prêtes à agir après l'appel de la Coordination poitevine pour la sortie du nucléaire partout et tout de suite (antinuc86.new.fr). « En France, nous avons des centrales nucléaires vieillissantes, dangereuses. En lançant des opérations d'économie d'énergie comme ce soir, on veut inciter à éteindre ces centrales-là », explique Thierry.
Sur le parking des bus, quatre équipes sont formées. Les militants se répartissent le matériel : des gaffes artisanales pour crocheter les disjoncteurs d'enseignes, des clés électriques, des tournevis. Une rapide démonstration permet à tous de voir comment déconnecter en quelques gestes brefs les petites sucettes publicitaires.
A 21 h 30, les groupes passent à l'action, méthodiquement. Quatre parcours sont suivis : avenue de la Libération, avenue de Nantes, sur les boulevards extérieurs et sur la rocade. Des dizaines de panneaux publicitaires, d'enseignes lumineuses de grandes surfaces sont éteintes.
« On ne fait aucune dégradation. On ouvre, on éteint, on ferme et on appose une affichette. C'est une action revendiquée », explique Yvon Plaçais du collectif.
« On veut montrer que la première voie pour sortir du nucléaire, c'est celle des économies d'énergies. Et pour nous, le plus symbolique en matière de gaspillage énergétique, ce sont ces panneaux publicitaires lumineux totalement inutiles. » Vendredi soir, le collectif assure avoir éteint des dizaines de cibles. Les nouveaux abris de bus et certains grands panneaux déroulants ont résisté aux " éteigneurs de sucettes ".
Un militant a été arrêté par la police lors de l'opération et auditionné. Il est ressorti vers 0 h 30. Les quatre équipes l'attendaient dehors.
Une vingtaine de villes françaises devaient participer à cette opération propagée par le site zerowatt.c.la

repères

Combien consomme un panneau publicitaire ? Les ménages sont invités à arrêter les veilleuses de leurs appareils ménagers inutilisés pour économiser le courant… et les panneaux "brûlent" du courant toute la nuit. Un panneau publicitaire de 4X3 m éclairé consomme en une nuit 6,8 kWh, indique l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie. Un abri de bus 1,7 kWh. « Une famille de quatre personnes consomme en moyenne 8 kWh pour tous ses besoins hors chauffage », explique la coordination poitevine antinucléaire. Qui doit calculer l'énergie économisée par son opération.

Emmanuel Coupaye