Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2009

Sarayaku, un peuple contre le pétrole

Conférences-Projection-Rencontres exceptionnelles
En présence de José GUALINGA & Tupak VITERI, Amazonie Equatorienne
 
Réservation et programme complet : sarayaku@parolesdenature.org 
Vendredi 13 novembre  - 17h45  - Espace DUPONT, Paris 18 e
Samedi 14 novembre  - 15h00  - Karma Ling, Arvillard, Savoie (73)
Lundi 16 novembre  - 20h45  - Maison de l'Amérique Latine, Paris 7e
Jeudi 19  - 17h30  - Cinéma La Pagode, Paris 7e
Lundi 23  - 16h30  - Cinéma La Pagode, Paris 7e
Mardi 24 novembre  - 19h00  - Amnesty International, Paris 19 e
  
 L’esprit de la lutte: Sarayaku, un peuple contre le pétrole

!cid_1AF20620-FD80-43A0-AD44-88BCC58C3638.jpg

« Nous, nous demandons si un peuple petit comme le notre peut changer le monde. 
Peut-être pas !
Mais nous sommes sûr que dans chaque cœur, il y a un peuple qui lutte avec la même force 
et si petit soit-il, nous sommes le symbole de la puissance de la vie. » 
José Gualinga, Peuple Kichwa de Sarayaku Amazonie équatorienne

Le projet d’un peuple : une détermination intacte

La déforestation est une réalité quotidienne pour les dernières communautés indiennes d’Amazonie : elle représente la mort de leur milieu de vie et la fin de leur culture. Parmi les causes, figure en bonne place l’exploitation du pétrole. Face à l’avancée des compagnies le peuple indien Kichwa de Sarayaku, en équateur, a choisi de faire face. Depuis plusieurs années, il refuse obstinément toute pénétration sur son territoire afin de préserver son héritage naturel et culturel. Le projet de ce peuple a ainsi une portée universelle ; son ambition est la valorisation de ses traditions, de son mode de vie, de ses croyances, de sa culture...
Les menaces persistent : le 8 mai 2009, le Ministère des Mines et du Pétrole Equatorien a notifié dans la résolution n°080-CAD 2009-04-20 la reprise des opérations d’exploitation des hydrocarbures dans les blocs 23 et 24 incluant les territoires du peuple Kichwa de Sarayaku et des communautés Achuar et Shuar de la Région Amazonienne.
Inspiré par les Yachaks (Chamanes), le projet « Frontière de Vie » est la création sur le pourtour du territoire de Sarayaku, 300 kms de long et 135 000 hectares de forêt primaire d’une immense frontière d’arbres à fleurs de couleurs. Un symbole à valeur universelle émergera ainsi lentement de la forêt amazonienne, vivante incarnation du désir universel de paix et de protection de la Terre. Ce sera le message de tout un peuple, élan vital, expression de sa volonté farouche de préserver son mode de vie, mais aussi, de créer avec nous une vaste solidarité planétaire.
Deux de ces représentants, dont José Gualinga sous protection d’Amnesty International, après avoir été plusieurs fois mis en danger de mort lors des luttes contre les compagnies pétrolières, seront en France du 12 au 24 novembre 2009. Plusieurs rencontres "conférence-projection" auront lieu.          
Programme des rencontres publiques : 
Jeudi 12 Novembre : 9h30-12h00 - UNESCO - Paris 7e - Métro Ségur ou Cambronne - Entrée libre - Conférence en présence de Vandana Shiva, Danielle Mitterrand, José Gualinga sur la préservation des savoirs traditionnels « Manifeste sur l’avenir des systémes de connaissance ».
Vendredi 13 Novembre : 18h00 – Galerie Dupon, 74 rue Joseph de Maistre, Paris 18e. - Métro Guy Môquet - Conférence en préence de José Gualinga et Tupak Viteri – Suivi du Vernissage du livre de Patrick Bard «Amazone, un monde en suspens» (Ed.Seuil), dont une partie est consacrée à la lutte de Sarayaku contre le Pétrole 
Samedi 14 Novembre : 15h00-18h00 – Karma Ling (Chartreuse St Hugon, Savoie 74) -Conférence-projection à l’Institut Karma Ling 
Lundi 16 Novembre : 20h30 – Maison de l'Amérique Latine - 217 boulevard St Germain - PARIS 7e- Métro Solférino - Rue du Bac - Lupuna Association -  Entrée Libre -Conférence-projection du NOUVEAU film documentaire « Sisa Nambi » - Avec José Gualinga et Tupak Viteri - Soirée consacrée tout particuliérement au projet Frontière de Vie  
Jeudi 19 Novembre : 17H30-19H30 – Cinéma La Pagode, -  57 bis, rue de Babylone - Paris 7e - Métro Saint-François Xavier – Natureparif - 27e Festival International du Film d'environnement - Entrée libre - Conférence-projection " Pensez la nature autrement : biodiversité et nouveaux indicateurs de richesse" avec José Gualinga, Jacques Weber et Stephan Kampelmann 
Samedi 21 novembre : 19h30 - CENTQUATRE 104 rue d'Aubervilliers / 5 rue Curial - Paris 19e  Métro Crimée ou Stalingrade -.Natureparif- 7ème édition du Festival du Livre et de la Presse d’Ecologie - Entrée libre - Conférence - Projection en présence de Tupak Viteri et Patrick Bard «  
Lundi 23 Novembre :  16H30-18H30 – Cinéma La Pagode  -  57 bis, rue de Babylone - Paris 7e - Métro Saint-François Xavier - 27e Festival International du Film d'environnement – Entrée libre - Conférence-projection des films documentaires « Soy el defensor de la Selva » et « Sisa Nambi » suivi d'un débat avec José Gualinga dans le cadre d’une journée thématique sur le Pétrole 
Mardi 24 Novembre : 19H15 - Siége Amnesty Internationale 72 - 76 Bd de la Villette - Paris 19 e - Métro Belleville ou Colonel Fabien – Entrée libre - Conférence-projection du documentaire «  Sisa Nambi » « Les Amérindiens à la merci des industries extractives : Regards croisés Equateur / Guatemala » José Gualinga, Fernando Solis, Javier de León 
Réservation et programme complet : sarayaku@parolesdenature.org 
Merci de confirmer votre présence  www.parolesdenature.org |  www.frontieredevie.org
Dossier de Presse sur simple demande : presse@paroledenature.org


L’Amazonie, dernier lien entre l’homme et la nature ?
Une analyse réaliste de l’évolution des perspectives politiques et démographiques actuelles concernant les forêts primaires tropicales aboutit à la triste conclusion que, si rien n'est fait,  leur destruction généralisée est, à terme, inéluctable. L’exploitation forestière forcenée et l’extension de l’agriculture en sont les principales causes. Le déplacement et l’acculturation programmée des peuples autochtones, fins et légitimes connaisseurs des écosystèmes forestiers, nous prive du précieux savoir dont ils sont détenteurs.
Dix à vingt millions d’hectares de forêt amazonienne disparaissent chaque année. Disparition sans retour, car on ne sait pas reconstituer un écosystème forestier complexe.
Les peuples de la forêt sont les premières victimes de la destruction de leur environnement. Autrefois nomades, chasseurs et cueilleurs, leur prélèvement sur les ressources naturelles s’est toujours inscrit dans le respect des équilibres vitaux. Aujourd’hui, la modernité arrive avec tout le cortège des maux de notre civilisation. Perte d’identité, acculturation, alcoolisme, dislocation des cellules familiales et sociales sont ainsi devenu les maux quotidiens des hommes de la forêt. Quelques uns, cependant, ont décidé de réagir et de construire.
En attendant une prise de conscience globale de l’importance vitale que revêt la préservation des forêts primaires et des cultures qu’elles abritent, les initiatives de sauvegarde de ces patrimoines émanent d’associations qui luttent pour ne pas laisser se rompre les fils qui relient l’homme à la nature. Leur mission est d’importance.
Peut-être, grâce aux associations citoyennes, verrons-nous un jour un chamane amazonien couronné par un prix Nobel, au nom de sa tribu et de ses ancêtres, pour l’ensemble de ses connaissances botaniques et la sagesse des relations écologiques qu’il entretient avec son milieu. www.parolesdenature.org

Le projet d’un peuple : 
•  Sarayaku, peuple de l’Amazonie équatorienne, lutte depuis 20 ans contre la destruction de son territoire et de sa culture par les compagnies pétrolières
•  Leurs droits élémentaires sont bafoués: violences extrêmes contre les personnes, destruction du territoire,…
•  Leur situation est emblématique des enjeux du pétrole : jusqu’où sera t-on capable d’aller pour sauvegarder notre mode de vie ?
•  Ses dirigeants sont placés sous protection d’Amnesty International ; la cause de Sarayaku a été validée par la cour Inter-Américainedes droits de l’homme
•  Le projet de ce peuple a ainsi une portée universelle ; son ambition est la valorisation de ses traditions, de son mode de vie, de ses croyances, de sa culture
 
Nous remercions, tous ceux sans qui ces rencontres ne pourraient pas avoir lieu : Fondation France Liberté, Festival International du Film de l'Environnement, Natureparif, Amnesty International France, Lupuna Association, La Maison de l'Amérique Latine, Karma Ling, l'Espace Krajcberg et tous les parrains de la Frontiére de vie et tous les bénévoles...

Veuillez nous excusez si vous recevez ce mail en double exemplaire. Pour vous désinscrire écrivez nous simplement à sarayaku@parolesdenature.org avec "désinscrire" en objet. Bonne journée. 


Corinne Arnould
Paroles de Nature

06/11/2009

Les Indiens Kogis, La Mémoire des possibles

C'est avec beaucoup de plaisir que nous vous annonçons la parution du livre (texte et photos) " Les Indiens Kogis, La Mémoire des possibles " sous la direction d'Eric Julien et Muriel Fifils
aux éditions ACTES SUD.

Un livre nourri de textes, d’interviews de représentants de la société kogi et de nombreuses photographies ...

Avec la complicité et l’intervention de nombreux experts, philosophes, biologistes, médecins et historiens, cet ouvrage est construit autour des principes fondamentaux de la vie en société. On y découvre
les rapport des Kogis au vivant, à la loi, à autrui, au pouvoir, à la religion mais aussi la manière dont ils conçoivent la santé, l'éducation, l'épanouissement individuel et collectif ...


VIVRE ENSEMBLE… VIVRE RELIÉS

" Les Indiens Kogis, La Mémoire des possibles "
ACTES SUD 19,6 X 25,5 cm 272 pages ILL. QUADRI ISBN : 978-2-7427-7046-5 39 € TTC France

Association Tchendukua-Ici et Ailleurs

www.tchendukua.com
tchendukua@wanadoo.fr

Tél : 01 43 65 07 00

07/10/2009

Dirty paradise

Avant-première à la Maison de l'Amérique latine

Dans le cadre de sa campagne en faveur des Amérindiens de Guyane, Survival a le plaisir de vous inviter le vendredi 23 octobre à 21h à la Maison de l’Amérique latine à Paris à la projection de :

Dirty Paradise
Un film de Daniel Schweitzer
Coul. 72 mn, 2009.
www.dirtyparadise.net

Projection suivie d’un débat en présence du réalisateur et de Patrick Menget, président de Survival International (France).

Une incroyable catastrophe sanitaire et écologique se déroule aujourd’hui au coeur de l’Amazonie sur un territoire européen d’outre-mer, la Guyane Française, et sa zone frontière avec le Surinam. « Dirty Paradise » nous fait partager l’histoire d’un millier d’Indiens qui tentent de survivre face à plus de 10’000 chercheurs d’or clandestins qui se cachent dans la forêt.

Pour la première fois, les Indiens Wayana prennent la parole dans un film et dénoncent les conséquences de l’exploitation incontrôlée d’un or « sale ». Ce documentaire accompagne Parana, Akama, Mélanie et leurs enfants dans leur combat quotidien et dérisoire face à la destruction de leur environnement.

La forêt primaire est mise à sac, les rivières et les criques sont polluées par des tonnes de mercure et de boue. Les autorités, l’armée et la gendarmerie sont impuissants face à l’immigration massive des chercheurs d’or clandestins. La fièvre de l’or gagne la région et la contamination au mercure entraîne des problèmes de santé mais, le pire est encore à venir. « Dirty Paradise » raconte l’histoire d’une tribu amérindienne qui refuse de disparaître dans le silence et l’indifférence.

Vendredi 23 octobre 2009 à 21h

Maison de l’Amérique latine
217 boulevard Saint-Germain
75007 Paris
Moyens d’accès :
Métro : Solférino – Rue du Bac
Autobus : 63.68.69.83.84.94
RER Ligne C : Quai d’Orsay et Aérogare Invalides
Parking : Rue Montalembert
Entrée libre dans la limite des places disponibles

02/07/2009

Bulletin électronique de Survival International (France)

Enews 2 juillet 2009

PÉROU : Le gouvernement se prépare à enquêter sur les violents affrontements de Bagua
Le gouvernement péruvien se prépare à enquêter sur les tragiques affrontements qui ont eu lieu en Amazonie au début du mois dernier et qui ont fait plus de trente morts, une centaine de blessés et de nombreux disparus.
Pour en savoir plus et pour agir: http://www.survivalfrance.org/actu/4722

"Le profit avant tout" : Le gouvernement péruvien a donné son feu vert à Perenco, une compagnie franco-britannique, pour exploiter le pétrole en Amazonie, moins de deux semaines après qu'une trentaine de personnes soient mortes dans les manifestations contre l'exploitation de la forêt amazonienne.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4711
Agissez ! Ecrivez une lettre en soutien aux Indiens du Pérou : <http://www.survivalfrance.org/agir/lettres/indiensperou>


INDE : Survival accusée de diffamation par un complexe hôtelier
Une agence de voyage des Iles Andaman a accusé Survival de diffamation pour l'avoir pressée d'abandonner un projet hôtelier constituant une dangereuse menace pour la tribu récemment contactée des Jarawa qui vit à proximité.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4670
Lire aussi (en anglais) "La guerre des mots" : <http://www.survival-international.org/about/barefoot>


BOTSWANA : Défier la logique - Une nouvelle campagne publicitaire de Survival
Une nouvelle campagne publicitaire de Survival révèle la face cachée du désert du Kalahari où le gouvernement promeut le tourisme et les safaris tandis qu'il prive d'eau ses premiers habitants, les Bushmen.
Voir la publicité (en anglais) : <http://www.survival-international.org/blog/2009/06/30/adv...>

10/06/2009

PÉROU : Un leader indien contraint à l'exil alors que le président traite les manifestants de 'sauvages'

Ecrivez au président péruvien en exigeant que :

. Les compagnies pétrolières et gazières opérant en Amazonie suspendent leurs activités tant que le gouvernement n'acceptera pas de négocier avec les Indiens.

. Une enquête indépendante et impartiale sur les tragiques événements qui se sont déroulés le 5 juin dans la région de Bagua soit immédiatement ouverte.

. Toutes les charges retenues contre Alberto Pizango soient levées.

Accusé de sédition, le président de l'AIDESEP, l'organisation des Indiens d'Amazonie péruvienne a été forcé d'entrer dans la clandestinité à la suite des violents affrontements ayant opposé, le 5 juin dernier, les manifestants indiens qui bloquaient une route près de la ville de Bagua, au nord du Pérou, aux forces de police anti-émeute.

Au moins 30 Indiens ont été tués, et la police est accusée d'avoir jeté un grand nombre de cadavres dans les eaux du Marañon. Plus d'une vingtaine de policiers auraient également été tués au cours des affrontements.

Le président du Pérou, Alan Garcia, a qualifié les manifestants indiens de 'sauvages', de 'barbares', d''ignorants' et de 'citoyens de seconde classe'.

Les manifestations ont été organisées pour protester contre des mesures gouvernementales visant à ouvrir les territoires indiens aux compagnies pétrolières et gazières.

Lire la suite : http://www.survivalfrance.org/actu/4653
Agissez ! http://www.survival-international.org/actnow/writealetter...

30/05/2009

Bulletin de Survival International - Enews 29 mai 2009

INTERNATIONAL : Un nouveau rapport de Survival sur les Indiens isolés
Un an après la diffusion mondiale des photos spectaculaires d'un groupe d'Indiens isolés d'Amazonie, un nouveau rapport de Survival International conclut à l'urgente nécessité de protéger cinq groupes parmi les plus menacés de disparition.
Pour en savoir plus et lire le rapport : http://www.survivalfrance.org/actu/4616
Agissez ! Ecrivez une lettre en soutien aux Ayoreo-Totobiegosode : http://www.survivalfrance.org/agir/lettres/ayoreo


INDE : Le gouvernement autorise une mine controversée de bauxite
Le gouvernement indien a finalement autorisé la compagnie britannique Vedanta Resources à commencer les opérations minières sur les collines des Dongria Kondh, malgré la forte mobilisation de la tribu pour l'empêcher de détruire leur territoire.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4570

Voir le film 'Mine : story of a sacred mountain' (Mine : histoire d'une montage sacrée) qui retrace le destin tragique de la tribu dongria kondh et sa lutte pour empêcher la mine à ciel ouvert de détruire ses terres et son mode de vie.
http://www.survival-international.org/films/mine


EUROPE : Le 'Dalai Lama de la forêt amazonienne' vient alerter l'Europe des conséquences du changement climatique
Un chamane yanomami d'Amazonie brésilienne, récemment baptisé 'Dalai Lama de la forêt amazonienne' par la presse allemande, effectuera en juin une tournée européenne pour apporter un message aux chefs d'Etat et aux leaders du monde entier qui participeront à la conférence sur le changement climatique de Copenhague en décembre prochain.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4619


PARIS : Ciné-débat Survival lundi 1er juin, à 20h
LA TERRE DES HOMMES ROUGES (Birdwatchers)
Un film de Marco Bechis, 2008, 1h 46

Ce film, réalisé en partenariat avec Survival, se passe dans la région du Mato Grosso au Brésil, de nos jours. Après le suicide de l'un des siens, Nadio, chef Guarani-Kaiowá, décide de réparer une terrible injustice en réoccupant les terres qui leur ont été spoliées par les Blancs. Malgré les menaces et les intimidations, les Indiens décident de rester sur place. Deux mondes se font face et alors qu'une idylle se noue entre la fille d'un propriétaire terrien et Osvaldo, le disciple du chamane, l'hostilité monte d'un cran et l'affrontement semble inévitable...

A l'occasion de la sortie de ce film dont les principaux acteurs sont des Indiens guarani, Survival a mis en place un fonds spécial de soutien aux Guarani-Kaiowá : www.guarani-survival.org/fr

La Filmothèque du Quartier Latin et Survival s'associent pour présenter tous les premiers lundis du mois des films de fiction ou documentaires, historiques ou contemporains, sur et par les peuples indigènes en présence des réalisateurs ou de spécialistes.

La Filmothèque du Quartier Latin
9 rue Champollion
75005 PARIS
(M° Odéon)
Tél. 01 43 26 84 65

Tarif : 7 euros
Tarif réduit : 5 euros

Tous les autres rendez-vous sont dans l'agenda de Survival:
http://www.survivalfrance.org/agir/agenda

24/04/2009

Ciné-débat Survival

Lundi 4 mai 2009 à 20h:
FIRST CONTACT

Un film de Bob Connolly & Robin Anderson (1930-1980), 52 min
En présence de Pierre Lemonnier, ethnologue

En 1930, trois jeunes chercheurs d'or, Michael, Daniel et James Leahy, quittent l'Australie pour la Nouvelle-Guinée, avec une caméra. Ils découvrent dans des régions reculées de l'île une population jusqu'alors ignorée du reste du monde : les Papous des Hautes Terres. Les trois frères filment les réactions de ce peuple confronté pour la première fois à l'homme blanc. Cinquante ans plus tard, Bob Connolly et Robin Anderson partent, images en poche, retrouver Daniel Leahy et les Papous - à présent en short et chemise - pour recueillir leurs souvenirs de cette rencontre unique.


La Filmothèque du Quartier Latin et Survival s'associent pour présenter tous les premiers lundis du mois des films de fiction ou documentaires, historiques ou contemporains, sur et par les peuples indigènes en présence des réalisateurs ou de spécialistes.


La Filmothèque du Quartier Latin
9 rue Champollion
75005 PARIS
(M° Odéon)
Tél. 01 43 26 84 65

Tarif : 7 euros
Tarif réduit : 5 euros

Tous les autres rendez-vous sont dans l'agenda de Survival:
http://www.survivalfrance.org/agir/agenda

03/04/2009

Bulletin électronique de Survival International (France) - 3 avril 2009

INDE :  L' OCDE accepte la plainte de Survival contre Vedanta
Coup dur pour le géant minier britannique Vedanta Resources : l'OCDE a reconnu le bien fondé des plaintes de Survival contre son projet d'exploitation d'une mine de bauxite dans l'Etat d'Orissa.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4389

Voir le film 'Mine : story of a sacred mountain' (Mine : histoire d'une montage sacrée) qui retrace le destin tragique de la tribu dongria kondh et sa lutte pour empêcher la mine à ciel ouvert de détruire ses terres et son mode de vie.
http://www.survival-international.org/films/mine


BRESIL : la Cour Suprême confirme les droits des Indiens
La Cour Suprême du Brésil a finalement rendu son jugement : le territoire indigène de Raposa-Serra do Sol ne sera pas fractionné. Un puissant groupe de riziculteurs qui occupe une partie du territoire souhaitait modifier ses frontières. Mais dix juges sur onze ont décrété que la réserve resterait intacte.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4358


INTERNATIONAL : Un film produit par des missionnaires incite à "la haine des Indiens"
A l'occasion de la journée internationale des Nations-Unies pour l'élimination de la discrimination raciale - le 21 mars -, Survival a dénoncé les auteurs d'un film controversé incitant à la haine raciale envers les Indiens du Brésil.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4346


GRANDE BRADERIE DE PRINTEMPS : Portes ouvertes les 17 et 18 avril de 11h à 20h
Venez profiter des soldes du catalogue Survival 2009 !
Survival ouvre ses portes. Une occasion unique de vous procurer à un tarif exceptionnel quelques-uns des articles de la collection du catalogue 2009 de Survival : bijoux, textiles, jouets, t-shirts, DVD, CD, livres et bien d'autres encore.

Vendredi 17 et samedi 18 avril, de 11h à 20h
45 rue du Faubourg du Temple
75010 Paris
01 42 41 47 62
Métro: République ou Goncourt
stations vélib proches


RAPPEL :  Ciné-débat Survival à la Filmothèque du Quartier latin
Le 6 avril 2009 à 20h

KIARASA YO SATY (La cacahuète de l'agouti), 51 min, coul. 2005

Suivi de VOLTA A TERRA BOA (Retour à la bonne terre), 21 min, coul. 2008

Débat animé par Patrick Menget, président de Survival International (France).
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/agir/agenda/428

26/03/2009

Ciné-débat Survival - Lundi 6 avril 2009 à 20h:

En présence de Patrick Menget, Président de Survival International (France)

"KIARASA YO SATY" (La cacahuète de l'agouti)
51 mn, coul. 2005

La vie quotidienne dans un village panará du Mato Grosso, au Brésil, durant la récolte des cacahuètes présentée par un jeune instituteur, une femme-médecine et le chef du village.
Ce film a été couronné de nombreux prix, dont le Teueikan du festival Présence autochtone de Montréal (2006), le Tatou d'or du meilleur documentaire vidéo aux 32èmes Journées internationales de cinéma de Bahia (2005)...


Suivi de "VOLTA A TERRA BOA"  (Retour à la bonne terre)
21 mn, coul. 2008

Trente-cinq ans après leurs premiers contacts avec les Blancs suivis de la dépossession de leurs terres, les Panará racontent comment ils ont pu retourner sur leur territoire ancestral après un exil forcé dans le Parc du Xingu.

Ces deux films sont réalisés par les cinéastes indiens Komoi et Paturi Panará, qui ont suivi les ateliers de Mari Corrêa, cinéaste et co-responsable de 'Videos nas Aldeias'.


La Filmothèque du Quartier Latin et Survival s'associent pour présenter tous les premiers lundis du mois des films de fiction ou documentaires, historiques ou contemporains, sur et par les peuples indigènes en présence des réalisateurs ou de spécialistes.


La Filmothèque du Quartier Latin
9 rue Champollion
75005 PARIS
(M° Odéon)
Tél. 01 43 26 84 65

Tarif : 7 euros
Tarif réduit : 5 euros

Tous les autres rendez-vous ciné-débat sont dans l'agenda de Survival:
http://www.survivalfrance.org/agir/agenda

02/03/2009

Bulletin électronique de Survival International (France)

Enews 2 mars 2009


INTERNATIONAL : Kate Winslet et Penelope Cruz appelées à boycotter les bijoux Graff
Survival International a lancé un appel aux actrices Kate Winslet et Penelope Cruz, toutes deux nominées aux Oscars, leur demandant de ne pas porter de diamants Graff lors de la cérémonie. Le joaillier détient 9% des parts de Gem Diamonds, une compagnie impliquée dans un projet controversé d'exploitation minière au cour du territoire des Bushmen dans la réserve du Kalahari au Botswana.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4239
Agissez! http://www.survivalfrance.org/agir/lettres/bushmen

BRESIL : Accusations 'mensongères' et 'diffamatoires' de cannibalisme portées sur des indiens d'Amazonie
Des spécialistes internationaux de la tribu amazonienne récemment accusée d'avoir tué et mangé un colon blanc ont dénoncé ces accusations 'mensongères' et 'diffamatoires'. L'affaire a été largement rapportée par les médias du monde entier.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4260

COLOMBIE : Vingt-sept Indiens victimes d'un 'ignoble massacre'
Vingt-sept Indiens colombiens ont été tués en tentant de fuir le violent conflit qui frappe leurs familles sur leur propre terre. Les Indiens, qui appartiennent au peuple awá, ont été attaqués par un groupe armé non identifié.
Début du conflit : http://www.survivalfrance.org/actu/4232
Actualité récente : http://www.survivalfrance.org/actu/4270

SURVIVAL : 2009 marque le 40e anniversaire de Survival International
Survival International a été fondée il y a quarante ans en réponse au génocide des Indiens du Brésil. Aujourd'hui, son réseau est constitué de 30 000 sympathisants dans le monde entier qui financent entièrement son action.

CINE-DEBAT : Rappel - Ce soir à 20 h, à la Filmothèque du Quartier Latin
"Rabbit Proof Fence. Le chemin de la liberté"
En présence de Martin Préaud, anthropologue
En 1931, à Jigalong, près du désert de Gibson, trois petites filles aborigènes vivent heureuses auprès de leurs mères : Molly, quatorze ans, sa cousine Gracie, dix ans, et sa s&#156;ur Daisy, huit ans. Sur ordre du protecteur en chef des Aborigènes pour l'Australie occidentale, on arrache les fillettes à leur famille pour les transférer au camp de Moore River, situé à l'autre bout du continent. Là-bas, les conditions de vie sont sinistres. Les enfants sont entassés dans d'immenses dortoirs, mal soignés, mal nourris. Molly décide de fuir avec Gracie et Daisy, et toutes trois entament un périple de plus de 2 000 kilomètres...
Tarifs : 5 et 7 euros
La Filmothèque du Quartier Latin
9 rue Champollion
75005 PARIS
(M° Odéon)
Tous les autres rendez-vous ciné-débat sont dans l'agenda de Survival:
http://www.survivalfrance.org/agir/agenda

------------------------------------------------------------------------------------------
Survival aide les peuples indigènes à défendre leur vie, protéger leurs terres et déterminer leur propre avenir.
Survival n'accepte aucune subvention gouvernementale et dépend exclusivement de ses membres et donateurs pour financer ses campagnes.

Pour en savoir plus ou apporter votre soutien :
http://www.survivalfrance.org
info@survivalfrance.org

03/02/2009

Bulletin électronique de Survival International (France)


BRESIL : Des Indiens isolés menacés de disparition
Les Awá sont l'un des derniers groupes de chasseurs-cueilleurs nomades du Brésil. Ils sont aujourd'hui parqués dans un unique hameau en raison de l'invasion et de la destruction de leur territoire par les bûcherons, les colons et les fermiers. Environ 60 Awá n'ont toujours aucun contact avec le monde extérieur.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/peuples/awa
Agissez! http://www.survivalfrance.org/agir/lettres/awa

INDE: Une semaine de manifestations contre la compagnie minière Vedanta
Une série de protestations ont eu lieu ces derniers jours contre la compagnie minière britannique qui projette de détruire leur montagne sacrée.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4160
Agissez! http://www.survivalfrance.org/agir/lettres/dongria

INDONESIE : La répression s'accroît
Les craintes d'une recrudescence de la violence et de la répression en Papouasie se confirment dangereusement. Au cours de la période des fêtes de fin d'année, plusieurs meurtres de Papous entre les mains de l'armée indonésienne et de la police ont été rapportés.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4143
Agissez! http://www.survivalfrance.org/agir/lettres/tribusdepapoua...

Vient de paraître : Ethnies 33-34 "Lévi-Strauss et les Nambikwara"
DVD inclus : "À propos de Tristes Tropiques" un film de J.-P. Beaurenaut, J. Bodanzky et P. Menget (46 mn, Zarafa Films).
Peu d'ouvres ont aussi profondément transformé la perception que l'Europe se faisait des « autres », et d'abord de ceux qu'on désignait le plus souvent avant lui comme des « primitifs », que celle de Lévi-Strauss. Cette raison seule - la révolution intellectuelle et le changement des perceptions que Lévi-Strauss a su imposer à l'ethnocentrisme occidental - suffirait à ce qu'Ethnies, qui s'attache depuis ses origines à défendre l'existence et les droits politiques des peuples autochtones et à faire mieux connaître et reconnaître leurs cultures, consacre un numéro à rendre hommage à l'anthropologue centenaire.
Pour en savoir plus et commander cet ouvrage : http://www.survivalfrance.org/shopping/product_details.ph...

------------------------------------------------------------------------------------------
Survival aide les peuples indigènes à défendre leur vie, protéger leurs terres et déterminer leur propre avenir.
Survival n'accepte aucune subvention gouvernementale et dépend exclusivement de ses membres et donateurs pour financer ses campagnes.

Pour en savoir plus ou apporter votre soutien :
http://www.survivalfrance.org
info@survivalfrance.org

23/01/2009

Ciné-débat Survival

Lundi 2 février 2009 à 20h
Un film de Yves Billon, France, 1973, coul. 80'
En présence du réalisateur et de Patrick Menget, ethnologue, président de Survival International (France)

Dans les années 1970, au Brésil, la construction de la route transamazonienne, ainsi que la découverte et l'exploitation de gisements de minerais, conduisent des multinationales à exproprier les tribus indiennes d'Amazonie. Attirés par des cadeaux, mis en confiance par des émissaires parlant leur langue, les Indiens dûment « pacifiés » sont expulsés de leurs territoires, parqués dans des réserves et asservis au monde dit « civilisé ». Ce film a été primé au Festival de Cannes 1977 - Un certain regard.

La Filmothèque du Quartier Latin et Survival s'associent pour présenter tous les premiers lundis du mois des films de fiction ou documentaires, historiques ou contemporains, sur et par les peuples indigènes en présence des réalisateurs ou de spécialistes.

La Filmothèque du Quartier Latin
9 rue Champollion
75005 PARIS
(M° Odéon)
Tél. 01 43 26 84 65

Tarif : 7 euros
Tarif réduit : 5 euros

Tous les autres rendez-vous ciné-débat sont dans l'agenda de Survival:
http://www.survivalfrance.org/agir/agenda

A quand le premier président autochtone des Usa ?

pic10.jpg

31/12/2008

Ciné débat Survival

Lundi 5 janvier 2009 à 20h
LE LEGS DU VENT
Un film de Martin Subira, 52 min.
En présence d'Ana Guevara et Fabien Le Bonniec, ethnologues.

En Patagonie argentine, dans la réserve de Kamusa Aike, la petite communauté indienne des Tehuelches (qui signifie en langue mapuche 'les hommes d'ailleurs') habite depuis des temps immémoriaux dans l'une des régions les plus isolées et inhospitalières de la Patagonie du Sud. A quelques kilomètres de la réserve, les cow-boys modernes que sont les exploitants pétroliers et les grands propriétaires terriens grignotent les terres et polluent les sols occupés par les Tehuelches.

La Filmothèque du Quartier Latin et Survival s'associent pour présenter tous les premiers lundis du mois des films de fiction ou documentaires, historiques ou contemporains, sur et par les peuples indigènes en présence des réalisateurs ou de spécialistes.

La Filmothèque du Quartier Latin
9 rue Champollion
75005 PARIS
(M° Odéon)
Tél. 01 43 26 84 65

Tarif : 7 euros
Tarif réduit : 5 euros

Tous les autres rendez-vous ciné-débat sont dans l'agenda de Survival:
http://www.survivalfrance.org/agir/agenda

19/12/2008

Bulletin électronique de Survival International (France)

Enews 19 décembre 2008


INDE : Une tragédie frappe une tribu des îles Adaman
Huit membres de la tribu Onge des îles Adaman sont morts et quinze autres ont été transportés à l'hôpital après avoir ingurgité un liquide contaminé.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4026

BRESIL : Victoire des Indiens de Raposa
Le 10 décembre dernier, tandis que se célébrait dans le monde entier le soixantième anniversaire de la Déclaration des droits de l'homme, les Indiens de Raposa Sera do Sol (dans l'Etat amazonien du Roraima) ont accueilli comme « une grande victoire » la décision de la Cour Suprême dans une affaire sans précédent concernant leurs droits territoriaux.
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4027

BOTSWANA : Le mode de vie des Bushmen : une « fantaisie archaïque »?
Deux ans après la victoire juridique sans précédent des Bushmen du Kalahari confirmant leur droit de vivre et de chasser sur leurs terres, le président du Botswana Ian Khama a signifié aux Bushmen que leur mode de vie basé sur la chasse n'était qu'une "fantaisie archaïque".
Pour en savoir plus : http://www.survivalfrance.org/actu/4034
Agissez! http://www.survivalfrance.org/agir/lettres/bushmen

CATALOGUE 2009:
Il n'est pas trop tard pour commander dans notre nouveau catalogue. Notre nouvelle collection comporte des broderies mexicaines, de magnifiques poupées du Laos, de l'artisanat des Indiens wichi d'Argentine, des bijoux touareg...  : il y a des cadeaux pour tous les âges !
Sans oublier les articles aux couleurs de Survival: T-shirt 100% bio, calendriers, agenda, cartes de voeux...
http://www.survivalfrance.org/shopping/

Toute l'équipe de Survival International (France) vous présente ses meilleurs voux pour l'année 2009!

------------------------------------------------------------------------------------------
Survival aide les peuples indigènes à défendre leur vie, protéger leurs terres et déterminer leur propre avenir.
Survival n'accepte aucune subvention gouvernementale et dépend exclusivement de ses membres et donateurs pour financer ses campagnes.

Pour en savoir plus ou apporter votre soutien :
http://www.survivalfrance.org
info@survivalfrance.org

08/12/2008

Sculptures et Peintures d’Amazonie, Asso Luz'in art

Wuarmy-Ikaro-art-chamanique.jpg

" Dans les eaux sombres et colorées des visions, explosent nos peurs

 et nos espoirs, créant un feu d’artifice de lumières où 

se dessinent les ombres des géants de la nuit éternelle. A travers

les légendes sculptées dans les racines et les troncs des

êtres essentiels à la vie, les sculpteurs racontent leurs cultures.

Dans le sang arc-en-ciel de leurs rêves éveillés, les peintres

trempent leurs pinceaux pour rendre visible ces esprits vivants dans
les bois durs des tropiques"

 

Des artistes Amazoniens : sculpteurs et peintres indigènes, ont choisi de réinvestir leur culture dans un travail de création en liaison avec les enseignements traditionnels issus des plantes sacrées. Ils ont sculpté les légendes, peint les visions et donné à voir l’invisible au profane. Leur projet artistique en cours vise à financer un soutien aux peuples d’Amazonie afin qu’ils puissent protéger leur habitat naturel tout en en tirant profit. Les artistes cherchent des musées, des salles d’expositions à Paris capables de présenter leur travail et leurs  intentions. Pour rendre visite aux sculptures à l’ancienne usine du Chemin de Vaux à Etréchy dans l’Essonne : contacter Jean-Michel de l’association Luz’in Art au 06 83 59 21 80 ou écrivez- lui jm.gassend@laposte.net Merci à vous de faire suivre l'info,

 

 Jean-Michel

arton213.jpg

 


 L’ART SACRÉ VIVANT - 1 -

AMAZONIES

 Projet Artistique et Culturel pour la préservation de la forêt 
Amazonienne et le soutien aux peuples Indiens

.



   OBJECTIFS :
> Réaliser une exposition de sculptures peintes inspirées
> d’expériences spirituelles et de légendes traditionnelles.
   BUTS des associations :
> Préservation, découverte et reconnaissance de la forêt amazonienne
> à travers l’art : ses peuples, ses cultures, ses traditions et
> rites séculaires, sa biodiversité menacée.
   MOYENS :
> Exposition artistique et culturelle : sculptures, légendes, étude
> ethnographique, chants, films ...


   FINANCEMENT :
> Essentiellement privé, assuré par l’association loi de 1901
> Luz’in Art, en collaboration étroite avec l’association
> Péruvienne Amazonian Onanyati. L’association Luz’in Art se
> réserve le droit de rembourser tous ses frais sur la vente des
> produits et les subventions obtenues pour ses actions. (40% des
> bénéfices iront à des projets locaux de préservation de la nature,
> 40% aux artistes, les 20% restant seront réinvestis dans le projet «
> l’art sacré vivant n°2 : Esprits du Tibet »).


   ORGANISATION :
> L’association Luz’in Art met à la disposition de l’association
> Amazonian Onanyati son local de "l’Ancienne Usine de Vaux" en Ile de
> France (1200 m²), finance le transport des œuvres d’art du Pérou
> en France et le soutien logistique et administratif des moyens mis en
> place. Elle accorde des bourses d’études et de création artistique
> aux participants originaires du bassin amazonien, organise les
> manifestations et coordonne les actions.

peintures-amazonie.jpg



 L’EXPOSITION:

> 21 artistes sélectionnés et subventionnés (200 à 1500
> €uros par bourses)
> 62 sculptures peintes de 80 cm à 2m 50
> 45 légendes illustrées (Ethnies: Ynès, Shipibos, Ashenincas,
> Cohibos …)
> 74 Icaros chantés par 8 chamanes de trois régions
> différentes (enregistrements)
> 6 films de Jan Kounen et Pierre Urban (association Shane)
> parrains de l’exposition
> Démonstration de peintures (deux ou trois peintres)
> Démonstration de sculpture (deux ou trois sculpteurs)
> Démonstration de chants sacrés (deux ou trois chamanes en
> tenue rituelle)
> 30 à 80 plantes exotiques (à prévoir)
 
+ Eclairages, décors, transports et installations sur commande.

- Exposition proposée "brute", sans publicité, assurances, gardiennage, taxes, publications …-

 L’ART SACRÉ VIVANT- 1 -
 AMAZONIES (suite)


 

> Cette nouvelle tendance de l’art s’inscrit dans une tradition
> aussi ancienne que l’humanité, l’Art Sacré Vivant se propose de
> réinvestir la fonction artistique dans les pratiques spirituelles
> traditionnelles, souvent méprisées ou en voie d’oubli. A la
> frontière entre l’animisme et la mythologie sacrée, cet art
> atypique, part en quête de la magie de l’imagination créatrice.

> Transes, méditations profondes, rites initiatiques et plantes
> rituelles ont amené les hommes, de toutes les civilisations et de
> tous les temps, sur les chemins des mondes intérieurs peuplés
> d’esprits, de dieux et de démons. Dans les pas des mystiques, les
> artistes, des pyramides aux cathédrales, sur les pierres des temples
> et les fibres naturelles, ont façonné leurs représentations
> symboliques en les rendant visibles aux profanes. Loin des éléphants
> roses des plantes hallucinogènes que connaissent bien les
> occidentaux, les plantes psychotropes de l’Amazonie révèlent dans
> leurs séances initiatrices, les fabuleux paysages de nos forêts
> intérieures. Ces mondes engloutis, pleins de sagesse et de folies,
> nous parlent de nous. Des sorciers malfaisants aux sages guérisseurs,
> les hommes en recherche d’eux-mêmes y découvrent ces terres
> vierges et à peine explorées.

> L’école artistique de Pucallpa créée par Pablo Amaringo dans les
> années 1980 a permis un renouveau de l’expression plastique liée
> à la tradition chamanique des peuples de l’Amazonie. Dans ces
> traditions les plantes ont une part essentielle. Si la reconnaissance
> de leurs propriétés curatives est maintenant clairement établie
> pour les indiens d’Amazonie, chaque plante est avant tout un être,
> un « esprit » avec lequel il est possible de communiquer. Les
> artistes, sculpteurs et peintres indigènes, ont choisis de
> réinvestir cette culture traditionnelle dans un travail de création
> en liaison avec les visions issues des plantes sacrées. Ils ont
> sculpté les légendes, peint les visions et donné à voir
> l’invisible au profane.

> Le projet artistique en cours vise à financer ce soutien aux peuples
> d’Amazonie afin qu’ils puissent protéger leur habitat tout en en
> tirant profit. Les artistes, engagés dans leur survie et celui de
> l’or vert amérindien, offrent dans le produit de leurs ventes 40%
> des bénéfices aux projets locaux de reboisement et de sylvicultures,
> L’association loi 1901 à but non lucratif Luz’in Art s’est
> totalement impliquée aux cotés des artistes pour fournir une
> prestation de choix, une exposition riche en émotions. Nous espérons
> sensibiliser le public aux cultures étonnantes et méconnues des
> peuples dits primitifs, informer les nations occidentales, à travers
> la réalisation artistique, de l’urgence économique et écologique
> que représentent les forêts ancestrales de la planète. Nous
> comptons sur votre aide pour diffuser cette information.




 Renseignements : Jean-Michel Gassend 06 83 59 21 80 (0033 6 83 59 21 80)

 Avec un remerciement tout spécial à Jan Kounen pour son soutien aux artistes

el-jinete-maldito-amazonie.jpg


 

Sculptures visibles sur rendez-vous à Etrechy 91580
(ligne C du RER) 01 60 80 36 60


 
Comment s'y rendre ...

> De Paris:
> Porte d'Orléans
> A6 puis A1O dir. Toulouse,
> a env 15 km de la Porte d'Orléans:
> serrer à gauche pour prendre la sortie N2O Etampes, Orléans
> a env 36 km de la Porte d'Orléans:
> sortie Auvers st Georges

> direction "Auvers Saint Georges" tout le temps,
> après le 2eme rond point, juste après être passé sous la N 20,
> tourner à droite après le panneau "Auvers Saint Georges"
> C'est la vieille usine en briques rouges!

> ...ou prendre le Chemin de Vaux sur la droite (100m apres le rond
> point), longer la rivière, passer le pont, 200 m et ...
> C'est la vieille usine en briques rouges!


> De la gare d'étrechy : (2 km env. 20 min à pied)
> Suivre la route parallele à la voie de chemin de fer vers le sud
> direction "Auvers Saint Georges" tout le temps,
> après le 3eme rond point, juste apréè être passé sous la N 20,
> prendre le Chemin de Vaux sur la droite (100m après le rond point),
> longer la rivière, passer le pont, 200 m et ..
> C'est la vieille usine en briques rouges!=




(Jean-Michel Gassend) 06 83 59 21 80
ancienne usine du chemin de vaux
91580 ETRECHY

04/12/2008

Les requins de Nouvelles Tribus

"Créée en 1942 par Paul Fleming, avec un siège principal à Stanford en Floride, cette organisation existe aujourd’hui dans 17 pays sur les 4 continents. Liée au Summer Institute of Linguistics, elle serait entrée clandestinement en 1946 au Venezuela, en obtenant en 1952, sous la dictature de Marcos Pérez Jiménez (1952-58), un permis de 6 mois. Ses activités, menées auprès d’une trentaine de communautés indiennes par quelques 160 missionnaires, étaient depuis plus de trente ans dénoncées aussi bien par des associations écologiques et des ONGs vénézuéliennes de défense des droits de l’homme, que par des membres de l’Eglise catholique et des officiers des Forces armées.

D’après leurs enquêtes, celles-ci, sous prétexte d’exercer un travail d’évangélisation, servaient en réalité de façade pour l’exploitation illimitée et illégale des ressources naturelles présentes en territoires indiens. Ceci, au profit de compagnies nord-américaines comme General Dynamics et Westinghouse, elles-mêmes liées à l’industrie militaire et au constructeur automobile Ford. D’après l’ancien congressiste Alexander Luzardo, cette organisation compterait à cette fin une flotte d’aviation, une trentaine de pistes d’atterrissage dans le pays, ainsi qu’un puissant réseau de télécommunications. Plus grave, l’organisation est accusée de s’être servi de communautés entières, Yanomami entre autres, pour des expérimentations génétiques.

Contraints de survivre dans les endroits les plus reculés, certains peuples originaires du Venezuela occupent, de fait, des espaces échappant à la vigilance des pouvoirs publics. Et parmi eux, certaines des plus grandes réserves minérales et biologiques du pays. Les principaux Etats indigènes du pays (Amazonas, Bolivar et Zulia) abritent en effet des réserves considérables et stratégiques (uranium, or, charbon, métaux précieux, plantes médicinales) qui en ont fait, et continuent de faire, l’objet des velléités de groupes économiques nationaux et étrangers. Leur combat pour la reconnaissance de leurs droits sur ces espaces sera donc certainement long et dur à mener. Dans ce contexte, l’expulsion des "Nouvelles tribus" est considérée comme une première victoire sur une prédation jusqu’ici incontrôlée des espaces de survie des communautés indiennes du pays."

Leur site de merde : http://www.ntm.org/

28/11/2008

Bulletin électronique de Survival International (France)

Enews 27 novembre 2008

INDE : Un braconnier abattu par les Jarawa - interview exclusive 
Deux jours après que des Jarawa aient attaqué un groupe de braconniers dont l'un d'entre eux a été tué et deux autres blessés, Survival a diffusé une interview exclusive de membres de cette tribu isolée.
Pour en savoir plus: http://www.survivalfrance.org/actu/3956

BRESIL : Des indiens isolés exposés à un 'réel risque de génocide'
Selon un fonctionnaire brésilien, les derniers survivants d'un groupe d'Indiens isolés d'Amazonie seront victimes d'un génocide s'il n'est pas mis fin à l'exploitation forestière illégale et l'élevage de bétail sur leur territoire.
Pour en savoir plus: http://www.survivalfrance.org/actu/3945

PARAGUAY : Les Indiens isolés fuient la déforestation
Les derniers Indiens isolés d'Amérique du Sud en dehors du bassin amazonien ont été aperçus, apparemment en train de fuir devant la destruction massive de leur forêt.
Pour en savoir plus: http://www.survivalfrance.org/actu/3927

PARIS : Rappel Ciné-débat à la Filmothèque du Quartier latin
Lundi 1er décembre à 20h
Projection du film "Le voyage perpétuel" d'Anastasia Lapsui et Markku Lehmuskallio, 78 mn.
En présence de Dominique Samson Normand de Chambourg, chercheur à l'Inalco
Pour en savoir plus: http://www.survivalfrance.org/agir/agenda/371
La programmation 2009 est en ligne! Rendez-vous à la rubrique Agenda: http://www.survivalfrance.org/agir/agenda

CATALOGUE 2009:
Broderies mexicaines, poupées du Laos, artisanat wichi, bijoux touareg ou amazoniens: il y a des cadeaux pour tous les âges !
A noter encore, une production exclusive pour Survival : des porte-bonheur évenk venant tout droit de Sibérie orientale.
Sans oublier nos articles aux couleurs de Survival: T-shirt 100% bio, calendriers, agenda, cartes de voeux...
Comme toujours nos articles sont issus du commerce équitable et solidaire et leur vente finance les campagnes que nous menons en faveur des peuples indigènes parmi les plus menacés au monde.
Rendez-vous sur le site de notre catalogue 2009 : http://www.survivalfrance.org/shopping/

------------------------------------------------------------------------------------------
Survival aide les peuples indigènes à défendre leur vie, protéger leurs terres et déterminer leur propre avenir.
Survival n'accepte aucune subvention gouvernementale et dépend exclusivement de ses membres et donateurs pour financer ses campagnes.

Pour en savoir plus ou apporter votre soutien :
http://www.survivalfrance.org
info@survivalfrance.org

21/11/2008

Ciné-débat Survival : Le voyage perpétuel

lundi 1er décembre à 20h
Le voyage perpétuel
d'Anastasia Lapsui et Markku Lehmuskallio, 78 mn.
En présence de Dominique Samson Normand de Chambourg, chercheur à l'Inalco

La Filmothèque du Quartier Latin et Survival s'associent pour présenter tous les premiers lundis du mois des films de fiction ou documentaires, historiques ou contemporains, sur les peuples indigènes en présence des réalisateurs ou de spécialistes.

Révélés en France en 2001 avec Les sept chants de la toundra, les deux cinéastes finlandais réalisent ensemble depuis vingt ans de nombreux films qui chroniquent l'histoire et la vie quotidienne des divers peuples de la Sibérie, du Groenland, du Nord du Canada et de la Scandinavie. Usant des formes documentaires comme de celles de la fiction ou de l'animation leurs films constituent une oeuvre à la fois poétique et politique, dont le style singulier est habité de l'imaginaire de ces peuples du Grand Nord. Tourné en noir et blanc, ce long poème élégiaque chante la lente disparition des Nenets du Grand Nord sibérien à travers celle de leur langue, de leur culture. Mais, en parsemant ce lamento cinématographique de signes appartenant à la mythologie nenet, les réalisateurs impriment pour nous sur l'écran l'éternité et l'universalité de ce mythe de la création du monde.

La Filmothèque du Quartier Latin
9 rue Champollion
75005 PARIS
(M° Odéon)
Tél. 01 43 26 84 65

Tarif : 7 euros
Tarif réduit : 5 euros

------------------------------------------------------------------------------------------
Survival aide les peuples indigènes à défendre leur vie, protéger leurs terres et déterminer leur propre avenir.
Survival n'accepte aucune subvention gouvernementale et dépend exclusivement de ses membres et donateurs pour financer ses campagnes.

Pour en savoir plus ou apporter votre soutien :
http://www.survivalfrance.org
info@survivalfrance.org

28/10/2008

Déclaration poétique du 5 avril 2008 à Bruxelles de reconnaissance des génocides amérindiens


Déclaration écrite et dite en place de nos amis américains de tout le continent, du Grand Nord au Grand Sud, qui pour de multiples raisons ne peuvent encore prendre la parole comme nous le faisons aujourd’hui. Car le Tabou que représente pour eux toutes et tous, citoyennes et citoyens des Amériques, la question dite autochtone, des premières nations, des natives ou des amérindiens est encore comme feu qui brûle en plein hiver, cœur froid qui ne peut voir ou ressentir encore, car il faut avancer, il faut brûler, conquérir tous les territoires sans trop de questions se poser, et oui, sans se poser, courir loin loin et vite vite toujours et encore plus loin et plus vite… vers l’ouest, à l’opposé d’où surgit le soleil…

Nous,
belges, français, anglais, espagnols, portugais, italiens... et donc Européens.
Nous, arrière, arrière, arrière petits-enfants de Tous ceux qui d’ici ont vu partir ou dû partir ou décidé de quitter ce vieux continent pour conquérir un Nouveau Continent pourtant aussi ancien que le nôtre.

Nous,
reconnaissons qu’au nom de l’asile, de la conquête, de l’avidité, de la possession, de l’espoir et parfois même au nom de nos dieux,
Nous,
avons perpétré l’Innommable et qu’ici en ces lignes
Nous,
Déclarons comme Inacceptable, comme un regret trop tard arrivé : systématiquement nous, là-bas, encore européens puis américains, canadiens, mexicains, brésiliens, colombiens, argentins et autres centre et sud-américains, avons arraché à d’autres hommes leurs terres et leurs rêves, les terres et les rêves de leurs aïeux, leurs richesses, leur mémoire…
Nous,
les avons d’abord considérés comme sans terre, puis « sans âme » (comme nos femmes jadis), puis avons pillé, épuisé, territoire et humains, et sommes rentrés en Guerre contre des frères, les avons tués, massivement et ensuite expulsés…
Nous,
les avons acculés à l’occupation de maigres zones-territoires où nous nous efforçons de les maintenir aujourd’hui encore. Si nous les en sortons, c’est pour leur demander de renoncer à eux-mêmes, à oublier qui ils sont, d’où ils viennent et où les portent leurs rêves, pour qu’ils ne se rendent ailleurs que dans l’Invisible : les acculturer, changer leurs noms, les baptiser de nos religions, les violer dans ce qu’ils ont de plus intime, au plus profond d’eux-mêmes, au plus profond de nous.
Les Réserves n’hébergent les Casinos, zones hors taxes, que pour mieux les soûler – ivresse de l’Or qui a perdu toute vraie valeur de l’Esprit !
Ces Camps de la Mort Lente nous appellent à dénommer cette série d’actes qui dure depuis plus de 500 ans par son nom : l'un des Génocides les plus longs, durables et massifs de l’histoire connue de l’Humanité, celui des populations dites Indiennes des Amériques !

Nous,
petits-petits, minuscules enfants de ces hommes et de ces femmes qui pourtant rêvaient d’avenirs meilleurs, de mondes nouveaux, d’utopies… et qui ont commis ces actes…
Nous,
demandons PARDON.
À travers toi, Charles Coocoo, nous demandons humblement et insuffisamment PARDON.
Nous,
te confions, Charles, à toi, maître de cérémonies, Matotoson Iriniu, à toi et à tes ancêtres, cette Déclaration, signée par toutes les personnes de bonne volonté réunies ici ce soir, dont la liste est reprise ci-après… toutes personnes réunies autour de la Poésie, de la Musique, de l’Art et de la recherche de sens…

Cette Déclaration est un acte de Reconnaissance et de Repentance. Sa limite est le retard avec lequel elle est venue. Ses horizons sont sa sincérité et les gens qui la portent.
Cette Déclaration est aussi une Affirmation : l’être humain peut s’épanouir, continuer à découvrir et élargir ses territoires sans piller, tuer, massacrer, annihiler.
Cette Déclaration se veut enfin une Promesse : dorénavant, ensemble, construisons des formes nouvelles de coexistence des âmes, des pensées, des cœurs, des actions et des aspirations…
La Parole est pour nous tous la possibilité d’un pouvoir de Transformation de nos limites en réalisations de la Vie et donc du Sublime.
Un poète de chez nous, français, disait que s’il existait une montagne qui reliait la Terre au Ciel, cette Montagne était invisible à notre Vision ordinaire mais que pourtant, la Base de cet Invisible devait bien se trouver quelque part, et être Visible ! forcément…

À toi, poète, chamane, humain,
Nous,
confions cette Déclaration.
Elle voyagera après ce soir, rejoindra d’autres Ambassades que celle que symboliquement nous constituons ce soir.
Que de cette petite base visible, ton peuple et tous les peuples frères qui de tout temps, depuis l’expansion de l’homo sapiens, ont vécu de telles abominations, depuis l’invisible, fassent nourriture bien réelle pour les Fêtes, Danses et Créations que nous sommes appelés à vivre ensemble !

Fait à Bruxelles, le 5 avril 2008
A l’Espace Senghor, lors du Maelström FiEstival #2

Copie originale et signée remise à Charles Coocoo-Matotoson Iriniu. Copies étant faites pour être diffusées dans les jours, semaines, mois, années qui viennent… La déclaration peut être lue et signée également sur www.fiestival.org - Suivent : noms, prénoms, nationalité et lieu de résidence des personnes signataires

SIGNEZ EN LIGNE LA DÉCLARATION ici

http://fiestival.org/index.php?page=la-declaration