Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2014

Sacrée croissance de Marie-Monique Robin - 2014

Face à la crise et aux risques écologiques, il faut repenser de fond en comble notre modèle de société fondé sur la croissance. Locales et solidaires, des solutions alternatives existent. Le nouveau documentaire de Marie-Monique Robin témoigne de celles qui vont – peut-être – orienter notre futur.

 

Le nouveau documentaire de Marie-Monique Robin est avant tout l’histoire d’une cassure. Entre les décideurs politiques et une partie de la population réticente à se laisser imposer les doxas libérales, les visions du monde tel qu’il doit être mené semblent irréconciliables. Lorsque les premiers ne jurent que par la croissance, répétant le terme comme une formule incantatoire, les seconds espèrent en d'autres solutions et réfutent le productivisme et la consommation à tout prix. Les experts intervenant dans le film sont formels : sous la forme qu'elle a connue au XXe siècle, la croissance est terminée, elle ne reviendra pas. De nombreux paramètres ne leur laissent aucun doute, dont la fin de l’ère des énergies bon marché ou la dépendance croissante à la dette.

Fous et insoumis

"Celui qui pense qu’une croissance exponentielle infinie est possible dans un monde fini est soit un fou soit un économiste" déclare un... économiste, non sans humour. Alors, pendant que les États s’enfoncent dans la crise, des insoumis créent les prémices d’une société fondée sur la sauvegarde écologique et le développement durable. Avec Sacrée croissance !, la réalisatrice présente une sélection d’initiatives réussies et de modèles alternatifs viables. Son film élargit ainsi le champ des possibles en montrant comment on peut réfuter en action, et pas seulement en paroles, le modèle économique dominant. Avec une idée force : face au gaspillage mondial, la réponse doit être locale et solidaire. À Toronto, une coopérative de fermiers produit des légumes bio près du centre-ville et vise la souveraineté alimentaire. À Rosario (Argentine), on lutte contre l’exclusion sociale en fertilisant d'anciennes décharges pour embaucher des maraîchers débutants. Certains villages népalais s’approchent de l’autosuffisance énergétique grâce au biogaz et à la micro-hydro-électricité. Au Brésil ou en Bavière, des banques communautaires et des monnaies locales bouleversent le rapport à l’argent d’un public qui se fait "prosommateur" (producteur et consommateur). Quant au Bhoutan, il développe une politique publique révolutionnaire instaurant le concept du "Bonheur national brut" (BNB). "L’abondance matérielle finira par s’arrêter", rappelle un des intervenants. Et c'est avant qu'il faut changer de paradigme économique, insiste Marie-Monique Robin.

 

06/11/2014

OPÉRATION CORREA, un film de Pierre Carles avec la collaboration de Nina Faure et Aurore Van Opstal


1re partie : Les ânes ont soif

 

L’Equateur dirigé depuis 2007 par le président de gauche Rafael Correa propose des solutions originales à la crise économique, sociale et environnementale. Pierre Carles et son équipe s’apprêtent à prendre leur poncho et leur sac à dos pour aller voir à quoi ressemble le « miracle équatorien » boudé et ignoré par la presse française. La 1° partie de ce feuilleton documentaire est d’ores et déjà proposée en accès libre sur internet.

 

à regarder ici : http://www.cp-productions.fr/spip.php?article161

 

Objectif : inciter les internautes à financer la suite de l’enquête outre-Atlantique, la faire circuler en 2015 et ainsi de suite... Trois ou quatre épisodes devraient voir le jour d’ici l’élection présidentielle française de 2017.

 

La visite en France d’un champion de la croissance économique passe rarement inaperçue, même lorsqu’elle ne présente qu’un intérêt médiocre. Un serrage de louches sur le perron de l’Elysée avec un président chinois ou une chancelière allemande rameute à coup sûr le ban et l’arrière-ban des troupes journalistiques. Pourquoi alors la presse hexagonale a-t-elle boudé le dernier séjour à Paris de Rafael Correa ?

Le 6 novembre 2013, le président équatorien était à la Sorbonne pour décrire le modèle économique en train de s’inventer dans son pays, en insolente rupture avec le dogme de l’austérité et de l’inféodation à la finance auquel les dirigeants européens veulent condamner leurs ouailles. En choisissant de ne pas obéir au FMI et d’imposer une renégociation de sa dette dans des conditions acceptables, l’Équateur, petit pays d’Amérique du Sud, aux prises avec des difficultés sans commune mesure avec celles que peut connaître la puissante Union européenne, s’est sorti par le haut du pétrin dans lequel il s’enfonçait. Pas de coupes dans les dépenses publiques, mais des programmes de redistribution qui ont fait chuter le taux d’extrême pauvreté de 16,9 % à 8,6 % au cours des six dernières années. Pas de dépouillement des droits sociaux par un patronat tout-puissant, mais des investissements publics dans les infrastructures et un taux de croissance (4,5 %) parmi les plus élevés d’Amérique latine. Tout n’est pas rose dans le bilan de Rafael Correa, mais au moins le président équatorien représente-t-il une preuve bien vivante que la politique du bulldozer contre les pauvres adoptée en Europe n’est pas nécessairement la seule envisageable.

On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif

Peu de grands médias français – à l’exception du Monde diplomatique et de quelques journaux de presse écrite - ont prêté attention à la visite du président équatorien. Aucune chaîne de télévision ni radio nationale n’a repris le message qu’il souhaitait adresser aux populations européennes : ne faites pas la folie de vous plier aux injonctions des banques, regardez comment l’austérité qu’elles vous infligent aujourd’hui a failli ruiner notre pays par le passé, et comment nous nous en sommes relevés en faisant tout le contraire. Pareil avertissement est-il sans valeur pour le public français ? « On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif », a chuinté Ivan Levaï, vétéran chez France Inter, quand les comparses de Pierre Carles ont commencé à enquêter sur la question. Mais qui sont les ânes ? Et comment redonner soif à une presse goulument ravitaillée dans l’abreuvoir des experts du CAC 40 ?

Après Pas vu pas pris, Enfin pris ?, Fin de concession et Hollande, DSK, etc, Pierre Carles et son équipe poursuivent leur critique radicale des médias. Ils se proposent à présent d’explorer la question du traitement de l’hérésie équatorienne dans la presse française. Il s’agira bien sûr de confronter la chefferie éditoriale à ses choix idéologiques, et de comprendre par quel enchantement l’impasse borgne et insalubre du monétarisme européen se présente à elle comme un horizon indépassable. Il s’agira aussi d’enquêter sur place, en Équateur, afin d’élucider ce que le journal d’affaires colombien Dinero (« argent ») qualifie avec incrédulité de « miracle économique ». L’alternative qui se joue là-bas est-elle un simple mirage ou alors un modèle susceptible d’allumer quelques flammèches à notre horizon ?

La bourse ou la vie

Mais l’exploration journalistique coûte de l’argent. Pour achever le tournage du prochain épisode d’Opération Correa, nous devons réunir au moins 25 000 euros. La somme peut paraître confortable, elle est pourtant dérisoire au regard du budget « normal » d’un documentaire grand public : à ce prix-là, nous n’irions pas loin sans l’expérience, l’implication et l’inventivité de chaque membre de notre collectif. Grâce à votre participation financière, nous pourrons finir d’arpenter les salles de rédaction parisiennes et mener nos propres investigations dans ce pays étrange qui les intéresse si peu. Une fois en boîte avec votre aide, le deuxième épisode du film sera lui aussi librement accessible sur Internet, en streaming et P2P, pour que le public s’en empare et le fasse vivre hors des clous de l’information industrielle.

Action !

Dans ce nouveau projet, il y a l’idée de reproduire ce qu’on peut appeler le cinéma d’enquête et d’action dans lequel vous-mêmes êtes conviés à participer, voire à donner... de votre personne. Si vous êtes en colère contre des médias de masse si peu pluralistes, si vous croyez au pouvoir du cinéma documentaire, si vous avez envie de vous investir pour propager un message de contestation qui ne demande qu’à grandir, soutenir Opération Correa est un moyen de rejoindre une aventure politique qui promet d’être enthousiasmante, réflexive et drôle. Avec cette nouvelle enquête, vous participez à un travail inédit et à la mise en cinéma d’une réelle proposition.

Bande annonce

 
 
 
 

 

 

OPÉRATION CORREA
Un film de Pierre Carles
Interviews : Aurore Van Opstal, Nina Faure, Brice Gravelle, Julien Brygo
Images et son : Pablo Girault, Martin Khalili, Nicolas Mas, Hugues Peyret, David Rit
Scénario, montage et réalisation : Pierre Carles
Conseillers/ères montage : Corinne Billard, Gilles Bour, Matthieu Parmentier, Ludovic Raynaud
Production : Annie Gonzalez, C-P Productions
Avec la participation plus ou moins volontaire de Christophe Barbier, Agnès Bonfillon, Yves Calvi, Thomas Legrand, Elisabeth Quin, Frédéric Taddeï, Alban Ventura, Ivan Levaï... et les interventions de Rafael Correa, Patrick Bèle, Maurice Lemoine, Mylene Sauloy.
Remerciements à Folimage pour l’extrait du film d’animation « Mon âne »
(réalisation : Pascal Le Nôtre - 1994)
et à Maxime Brandely pour la retranscription

 

29/10/2014

Narcose, de Julie Gauthier, avec Guillaume Néry

La pratique de l’apnée en grande profondeur expose les apnéistes à un phénomène de narcose, appelé aussi « ivresse des profondeurs ». NARCOSE relate l’expérience et le voyage intérieur du champion du monde d’apnée, Guillaume Néry, lors d'une descente en grande profondeur. Le film s'inspire de son expérience physique et du récit réel de ses hallucinations.

 

22/10/2014

Cahors et Biars-sur-Cère : Projection-débat autour du film "High Power"

Projection-débat autour du film "High Power"
Dimanche 2 novembre
20h30 Salle de la Bourse à Cahors.
Lundi 3 novembre
20h30 au Cinéma Robert Doisneau de Biars-sur-Cère.

En présence du réalisateur indien Pradeep Indulkar.
Emission radio sur Antenne d'OC à Cahors le lundi 3 novembre en matinée.

En 1969 la première centrale nucléaire de l’Inde a été ouverte à Tarapur. Dans un élan patriotique émotionnel les paysans locaux ont joyeusement donné leurs terres fertiles. Aujourd’hui, presque cinquante ans plus tard, la deuxième génération de ces fermiers patriotiques manifeste à Tarapur afin de pouvoir au moins subvenir à leurs besoins élémentaires. Les ténèbres se sont abattues sur la ville qui fournit l’énergie au pays. Tarapur est loin du merveilleux rêve promis. Ce qui s’est passé à Tarapur au cours de ces longues années peut servir d’alerte au monde entier avant qu’il ne soit trop tard. Sur toile de fond d’un paradis sur terre détruit par la main de l’homme afin de satisfaire son avidité, ce documentaire présente un monde inconnu, une réalité cachée et une nature détruite. Le réalisateur Pradeep Indulkar a obtenu le prix Uranium à Rio de Janeiro en Mai 2013 pour ce film et il sera présent à l’issue de la projection pour parler de son expérience.

Soirée du dimanche co-organisée par Attac Cahors, Droit à la paresse, Pour une Terre vivante et Sortir du nucléaire Lot (stand d’information sur place).

Soirée du lundi organisée par Sortir du nucléaire Lot.

Contact pour dimanche :
Philippe Cruzel 05 65 22 91 11 ou 06 42 28 65 36
philippe.cruzel@orange.fr

Contact pour lundi :
Michel Boccara 09 63 45 63 02 / 05 65 11 61 75

 

 

 

 


michel.boccara0351@orange.fr

13/10/2014

Film NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES (septembre 2013, durée 89mn) de Yannis Youlountas

 

 

09/10/2014

LA GUERRE DES GRAINES

06/10/2014

Une contre-histoire de l'internet

 

Retour sur les mouvements de défense des libertés sur internet, apparus en réaction à la régulation croissante du web.

 

 

01/10/2014

André Bucher, entre terre et ciel (documentaire)

André Bucher est écrivain, paysan biologique et bûcheron. Depuis plus de trente ans, il vit aux confins de la Drôme et des Alpes de Hau­te-Provence, dans la vallée du Jabron. Dans ce lieu sublime et sau­vage, entre terre et ciel, l’écrivain des grands espaces, druide à la barbe broussailleuse, regard bleu, invente des récits de hautes solitudes. En janvier 2012 il publie Fée d’hiver. Rencontre avec un écrivain d’un territoire.

André Bucher is a writer, organic farmer and logger. For over thirty years he’s been living on the border of the Drôme and Alpes de Haute-Provence, in the valley of Jabron. In this sublime wilderness, between earth and heavens, the writer of the wide outdoors, as a bushy-bearded and blue-eyed druid, invents stories of high solitudes. In January 2012 he published Fée d’hiver. Meeting with a writer of a territory.

Un documentaire de Benoît Pupier
Avec le soutien de LMM Films

Durée : 2h09
Prix vod accès un mois : 5 $ soit 3,65 €
Achat du film et téléchargement : 15 $ soit 10,94 €
https://vimeo.com/ondemand/andrebucher

Pour toute diffusion (DVD, Blu-ray, fichier informatique), contacter Benoît Pupier : benpup[a]free.fr (merci de remplacer [a] par @).

Les textes, photographies, sons et vidéos de ce site ne sont pas libres de droit !

© Benoît Pupier

 

Source : http://andrebucher.tumblr.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

12/09/2014

La lutte de Sivens: ZAD du Testet, barrage de Sivens (le film)

En savoir plus, soutenir : http://www.collectif-testet.org/index.php

https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

 

 

 

 

 

 

 

30/08/2014

Europe à vendre

 

 

18/08/2014

La voie de l'amour, documentaire de Branko Stanković (Serbie) -2009

L’histoire du moine Ambroise devenu ami de la louve Alfa et d’autres animaux sauvages.

 

 

15/08/2014

Moins c'est mieux

 

1395321_681679295177286_764479381_n.jpg

(auteur ?)

 

 

 

 

 

29/07/2014

The Annie Besant Story

 

 

 

annie_besant.jpg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Besant

 

 

25/07/2014

Evasion fiscale - Le hold-up du siècle

Un documentaire de Xavier Harel, Rémy Burkel - 2012

 

 



 

Imaginez un monde dans lequel vous pourriez choisir de payer ou non des impôts tout en continuant de bénéficier de services publics de qualité (santé, éducation, sécurité, transport...) payés par les autres. Ce monde existe : c'est le nôtre. Aujourd'hui, les multinationales peuvent dégager des milliards d'euros de bénéfice et ne pas payer un euro d'impôt. De même que des riches contribuables ont tout loisir de dissimuler leurs fortunes à l'abri du secret bancaire suisse ou dans des trusts domiciliés à Jersey. L'évasion fiscale a pris de telle proportion qu'elle menace aujourd'hui la stabilité de nos États. Entre vingt mille et trente mille milliards de dollars sont ainsi dissimulés dans les paradis fiscaux, soit l'équivalent des deux tiers de la dette mondiale !

Le pillage de nos richesses

Xavier Harel, journaliste et auteur de La grande évasion, le scandale des paradis fiscaux, nous emmène aux îles Caïmans, dans le Delaware aux États-Unis, à Jersey, en Suisse ou encore au Royaume-Uni pour nous faire découvrir l'industrie de l'évasion fiscale. Il démonte avec humour les savoureux montages de Colgate, Amazon ou Total pour ne pas payer d'impôt. Il dénonce aussi le rôle des grands cabinets de conseil comme KPMG, Ernst and Young ou Price Water House Cooper dans ce pillage de nos richesses. Il révèle enfin au grand jour l'incroyable cynisme des banques comme UBS ou BNP qui ont été renflouées avec de l'argent public mais continuent d'offrir à leurs clients fortunés des solutions pour frauder le fisc. Mais l'évasion fiscale a un prix. En Grèce, Xavier Harel nous montre comment un pays européen a basculé dans la faillite en raison de son incapacité à lever l'impôt. Faillite qui nous menace tous si rien n'est fait pour mettre un terme à ces incroyables privilèges dont jouissent aujourd'hui les grandes entreprises et les riches fraudeurs.

 

 

Les grosses fortunes ont toutes sortes de moyens à leur disposition pour dissimuler leur argent dans les paradis fiscaux. Apprenez à faire comme eux !

Des fuites sans précédents ont permis à de nombreux gouvernements d’engager des poursuites contre des fraudeurs ayant dissimulés de l’argent dans les paradis fiscaux. Des milliards de dollars d’arriérés d’impôts ont ainsi été récupérés. Le Consortium international des journalistes d’investigation, qui réunit des journalistes de plusieurs dizaines de pays, vient de publier des données sur pas moins de 120 000 entités offshores domiciliées dans une dizaine de paradis fiscaux. Vous voulez savoir comment certains contribuables peu scrupuleux s’attachent les services d’avocats et de conseillers financiers payés à prix d’or pour dissimuler tout ou partie de leur fortune dans des territoires opaques ? Alors lancez-vous dans le jeu interactif du parfait fraudeur ci-dessous :

http://www.arte.tv/sites/fr/evasion-fiscale/#.U9K8ZsscRMw

 

 

 

08/07/2014

Les moissons du futur de Marie-Monique Robin

 

 

30/05/2014

Ateliers au Centre d'accueil des demandeurs d'asile par Brigitte Giraud (2011)

 

"Ce film retrace plusieurs séquences de rencontres de parole et d'écriture que j'ai menées en 2011 au CADA. On arrive ici, "poète" de rien. Juste humble. Juste humble !

Il me semble qu'aujourd'hui, je peux montrer ce documentaire. Puisque, s'agissant d'images du réel, d'un réel qui parle, c'est un documentaire. 


J'ai filmé des fragments de ces ateliers pour les résidents du Centre d'Accueil des Demandeurs d'Asile, des êtres en détresse et en espoir, en exil, le plus souvent broyés par leur histoire.

Ce film, je l'ai fait pour ces hommes et ces femmes, mes frères de cœur, une trace  d'existence, durant ce moment de précarité de leur vie. Ils écrivent, apportent avec eux leurs poètes, font résonner leur musique, disent l'angoisse qui les tient sans cesse, et oublient un peu, pour un moment, un moment seulement, la désespérance de leur vie de guingois. Parfois, leurs lèvres s'étonnent d'un sourire.


Ces rencontres ont fait liens, ont été très importantes pour moi. De l'émotion brute et vive. Des tendresses aussi. Pour tous ceux qui également sont entourants, et bénévoles, totalement engagés pour la cause humaine et la vie libre.


On écoute, on est présent, on apporte sa petite pierre à un édifice incertain,  son cœur ouvert. On voudrait édifier des Tours Eiffel pour chacun.
Mais il y a les lois, ...et sa colère. On se dit qu'on écoutera sa justesse. On se dit aussi qu'on est si peu, mais que peut-être, quelquefois, on pourra beaucoup.


Ainsi, à présent que quelques années ont passé, et sous le choc du score du FN de dimanche soir dernier, je crois que ce film témoignage peut être destiné à tous. "

 

Brigitte Giraud

http://paradisbancale.over-blog.com/

 

 

 

 

24/05/2014

Anaïs, 24 ans : un rêve, un combat.... (TV Rennes)

 

Anaïs a 24 ans. Elle vit seule dans une petite maison au milieu d’un champ en Bretagne. Rien ne l’arrête. Ni l’administration, ni les professeurs misogynes, ni le tracteur en panne, ni les caprices du temps, ni demain ne lui font peur. En accord avec ses convictions profondes, portée par son rêve de toujours : celui de devenir agricultrice et de faire pousser des plantes aromatiques et médicinales.

Le film accompagne cette jusqu’au-boutiste. Seule contre tous. Peu lui importe. Elle sait qu’elle gagnera.

 

 

19/05/2014

Green, destruction of World

Son nom est Green, une femelle orang-outan, seule dans un monde qui ne lui appartient plus. C'est un voyage bouleversant à travers les yeux et les sentiments de l'un des derniers grands singes de Bornéo. Un témoignage puissant, une œuvre rare qui modifie pour longtemps le regard que nous portons sur la Nature et notre société. Green est le résultat du travail et de la volonté d'un seul homme : Patrick Rouxel, parti pendant plusieurs mois sans financement, seul avec une caméra dans la jungle de Bornéo. Un documentaire exceptionnel récompensé par 22 prix décernées aux quatre coins du globe. Une chose est sûre : impossible d'oublier les yeux de Green...

 

 

 

06/05/2014

Les Aryens, un documentaire de Mo Asumang

En Allemagne, certaines localités, rebaptisées « zones nationales libérées », sont désormais sous le contrôle du NPD (Parti national-démocrate), qui a fait fuir les étrangers et imposé un climat de terreur. Aux États-Unis, les groupuscules d’extrême droite prolifèrent dans le sillage du Ku Klux Klan ou de suprématistes blancs tels que le fondateur de la White Aryan Resistance, qui affirme sans détours : « Notre religion, c’est notre race. » Si leurs dénominations et leurs méthodes diffèrent, ces mouvements reposent sur une idéologie commune : la croyance en la supériorité de l’homme blanc, et plus particulièrement de l’Aryen, qui fut glorifié par les nazis pour mieux rayer de la communauté nationale les juifs, les étrangers et tous les individus jugés inférieurs. Mais que signifie être aryen ?

 

Descendant de grands-parents enrôlés dans la SS d’un côté, d’aïeuls ghanéens de l’autre, la réalisatrice, présentatrice et actrice Mo Asumang (The ghost writer) est confrontée depuis l’enfance à la haine raciale. De manifestations publiques en entretiens en tête-à-tête, bravant les intimidations et les silences obstinés, elle part à la rencontre des néonazis pour décrypter leurs motivations et les confronter à leurs incohérences. Au fil de son enquête, elle interroge le sens du mot « Aryen », popularisé au XIXe siècle par Joseph Arthur de Gobineau. Elle met ainsi en lumière l’instrumentalisation du terme, qui désigne en réalité une peuplade de bergers du IIIe millénaire avant J.-C., installée sur les hauts plateaux de l’Iran actuel. Une vérité anthropologique irréfutable qui ébranle les postulats nazis toujours en vogue aujourd’hui, qualifiés de « sinistre plaisanterie » par un archéologue persan.

 

A voir en ce moment sur Arte :

25/02/2014

The Mask You Live In - Trailer