Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2013

La malédiction du gaz de schiste

Zamosc, en Pologne orientale : au hasard d'un tournage dans cette région rurale, Lech Kowalski rencontre en 2009 des paysans sur les terres desquels de grandes firmes américaines ont commencé à prospecter pour extraire du gaz de schiste. Fissures dans les murs des fermes, pollution des eaux, bulldozers investissant des champs à quelques dizaines de mètres des habitations... Les villageois sont inquiets. Or cette situation locale n'a rien d'anecdotique et témoigne d'un phénomène qui menace aujourd'hui toute la planète. Bradford County, aux États-Unis, est au gaz de schiste ce que l'Arabie Saoudite est au pétrole. Mais on est loin de l'image idyllique d'une "énergie non conventionnelle" propre et d'exploitation aisée que veulent donner les industriels. Dans ce petit comté du nord-est des États-Unis, le réalisateur filme des paysages dévastés et l'épuisement physique et psychologique des habitants...

 

"Just The Wind", de Bence Fliegauf

Ours d'argent, Grand Prix du Jury

Avec Lajos Sárkány, Katalin Toldi, Gyöngyi Lendvai, György Toldi
Hongrie, Allemagne, France, 2012, 91 minutes

Synopsis. Hongrie, 2012. Des familles entières de la communauté tsigane sont littéralement traquées et assassinées par des milices, la nuit. Une de ces familles décide de partir vivre au Canada. En attendant, chaque membre : la mère, la fille et le jeune fils, font tout pour ne pas se faire remarquer. Mais où qu'ils aillent, ils se trouvent face à la menace, au danger.

Avec Just the wind, le cinéaste hongrois Bence Fliegauf réalise un film politique fort parce qu'effroyable et, hélas, réel. Les assassinats de familles tsiganes lors d'expéditions nocturnes par des milices font en effet l'actualité de la Hongrie actuelle. La cause principale de ces actes barbares : le ressentiment d'une partie de la population hongroise sans ressource, contre une communauté jugée assistée.

Pour relater ce sentiment exarcerbé, tendu, délétère, Flieghauf filme pratiquement en permanence à quelques centimètres de chaque personnage comme une menace sans fin et plaquée, une impossibilité de s'échapper. Tournée en été, la sensation de chaleur ne peut exhaler que de l'étouffement, comme une métaphore des tsiganes qui s'accordent à peine le droit de respirer tant leur peur de se faire remarquer et assassiner est palpable. Mais ce qui intéresse surtout Fliegauf est de montrer l'état de délitement, la déliquescence intense de son pays, où personne ne tente plus de construire quoi que ce soit : la police ne fait que constater, la communauté tsigane semble s'enfoncer dans des endroits de survivance démolis, les Hongrois restent dans l'envie. De ce constat a priori sans espoir, il émane cependant une certaine puissance : celle de la dénonciation, de la prise de conscience indispensable pour mettre un terme à cette barbarie.


Date de première diffusion sur ARTE :Ven., 17 févr. 2012, 14h48

26/01/2013

Des abeilles et des hommes (More than honey)

309924_396384430453865_1562743778_n.jpg

 

25/01/2013

Argentine : cobayes médicaux


Les médicaments sont devenus des produits de grande consommation, les laboratoires n'échappent pas aux règles de la mondialisation. Produire plus, à moindre coût. Aujourd'hui, la moitié des essais cliniques conduits pour le compte de laboratoires occidentaux sont réalisés dans des pays émergents. L'Argentine est devenue le nouvel eldorado de la sous-traitance clinique. Avec ses nombreuses infrastructures hospitalières, ses 12 millions d'habitants sans couverture médicale attirés par les traitementsgratuits, le manque de contrôle éthique et le flou juridique nourris par le fédéralisme argentin, le pays attire les plus grands laboratoires mondiaux

Les enfants et les psychotropes

 

 

Depuis dix ans, la prescription de psychotropes à des enfants a augmenté de 250 % aux USA...

21/01/2013

Le grand retournement de Gérard Mordillat

Sortie le 23 janvier

Au Gré de la Plume Arctique / People of a Feather

20/01/2013

Le peuple de la rivière Kattawapiskak

Ce documentaire de la cinéaste légendaire Alanis Obomsawin raconte la crise du logement de la communauté crie d'Attawapiskat, située au Nord de l’Ontario. Devant une population de 1700 Cris vivant dans des conditions difficiles, la chef Theresa Spence a déclenché l’état d’urgence et demandé l’aide de la Croix-Rouge. Alors que le mouvement « Idle no more » fait la une des journaux, ce film remet en contexte certains aspects de la crise.

 

Source : http://www.onf.ca/film/peuple_de_la_riviere_kattawapiskak...

18/01/2013

Rebelle de Kim Nguyen

Le peuple invisible - partie 1 /10

la suite sur youtube également

 

Mise en ligne le 8 mai 2010

Les Algonquins vivaient jadis en symbiose avec le vaste territoire qu'ils occupaient. Cet équilibre fut rompu avec l'arrivée des Européens au 16e siècle. Peu à peu, leur mode de vie ancestral a été réduit en miettes, sans compter le pillage de leurs ressources naturelles. Ils ne sont d'ailleurs plus que 9000 personnes réparties dans une dizaine de communautés, certaines plongées dans une grande misère alors que les droits humains de ce peuple autochtone sont souvent ignorés.

Réalisation : Richard Desjardins, Robert Monderie

10/01/2013

Atanarjuat, la légende de l'homme rapide

Pas récent, mais si vous ne l'avez jamais vu, il faut le voir !

Premier film canadien-inuktitut au Nunavut réalisé par Zacharias Kunuk en 2001, et sorti au cinéma en 2002. Il est également publié comme Atanarjuat, la légende de l'homme rapide, qui traduit le titre en français. Atanarjuat est le premier long métrage à avoir été écrit, réalisé et joué entièrement en inuktitut, la langue des Inuits du Canada.

 

 

08/01/2013

Les Bêtes du sud sauvage

Le premier film de Benh Zeitlin : déroutant, troublant et magnifique, bref, une claque !

01/01/2013

La monnaie -1/7 du pouvoir d'achat au pouvoir d'être - Une crise en trompe l'oeil.

Vous trouverez la suite sur youtube

27/12/2012

Man - l'Homme

13/12/2012

Sophie Scholl les derniers jours

Au début de l’année 1943, un groupe d’étudiants d’obédience pacifiste fonde à Munich un mouvement de résistance appelé La Rose Blanche. Alors que les combats s’enlisent sur le front Est, Sophie Scholl, son frère Hans et leurs compagnons couvrent la ville de slogans dénonçant la folie meurtrière d’Hitler. Sophie et Hans, à peine âgés d’une vingtaine d’années, sont arrêtés alors qu’ils jettent des paquets de tracts à l’université. Interrogée pendant plusieurs jours par Robert Mohr, un agent de la Gestapo, Sophie Scholl fait preuve d’un courage inaltérable, refusant de livrer ses compagnons ou de renier ses idéaux. Elle est exécutée, ainsi que son frère et leur ami Christoph Probst, au terme d’un procès expéditif et caricatural.

Une héroïne très discrète
Couverte de récompenses dans les festivals internationaux, cette reconstitution des six derniers jours de la courte vie de la jeune Sophie Scholl, figure lumineuse de la résistance allemande au nazisme, a rencontré un grand succès auprès du public, notamment outre-Rhin. Construit autour de la confrontation entre la jeune fille et l’agent de la Gestapo chargé de conduire son interrogatoire, ce film à la mise en scène sobre et épurée prend peu à peu la forme d’un huis clos glaçant, grâce à son scénariste Fred Breinersdorfer, qui a pu s’appuyer sur des notes précises comprenant les procès-verbaux des interrogatoires menés par la Gestapo, conservées dans les archives ouvertes au public après la chute du Mur. Outre cette approche très documentée, le film bénéficie de l’interprétation poignante de l’actrice Julia Jentsch, vue auparavant dans The edukators de Hans Weingartner. Elle incarne avec douceur et conviction une jeune fille qui, par son courage et sa droiture, apparaît, aujourd’hui encore, comme une figure de l’héroïsme.

(Source du texte : Arte)

11/12/2012

Vivre sans toit, un documentaire de Stéphan Moszkowicz

Merci à Jean-Louis Millet : http://jlmi.hautetfort.com/archive/2012/11/30/vivre-sans-...

08/12/2012

La raison du plus faible, de Lucas Belvaux (2006)

05/12/2012

Le petit garçon au pyjama rayé

d'après le livre best-seller de l'Irlandais John Boyne

04/12/2012

Instinct de Jon Turteltaub (1999)

30/11/2012

More than honey

Plus d'un tiers de nos denrées alimentaires relèvent de la pollinisation des abeilles. Albert Einstein aurait dit : « Si un jour les abeilles disparaissaient, l'extinction de l'humanité aurait lieu quatre ans plus tard. » Depuis son enfance, le réalisateur suisse Markus Imhoof est jusqu'à présent très familier avec le monde extraordinaire de ces insectes laborieux. La ruche de son grand-père était un endroit magique pour lui. Aujourd'hui, la fille de Imhoof et son mari gèrent un projet de recherche sur les abeilles en Australie. En partant d'un apiculteur dans les montagnes suisses, Markus Imhoof a voyagé à travers le monde afin d'interviewer des scientifiques. Il parle de l'intelligence phénoménale des abeilles et de leur cohabitation sociale. Grâce à une technologie de caméra très moderne, des images impressionnantes et uniques montrent la vie à l'intérieur d'une ruche ou l'accouplement avec la reine en plein vol. MORE THAN HONEY n'est pas juste un film en plus sur cet évènement médiatique qu'est la mort des abeilles. Il parle de la vie, des hommes et des abeilles, du zèle et de l'avidité, de super-organismes et de l'intelligence collective