Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2014

Votre regard est une arme, ne fermez pas les yeux

 

Signez et ajoutez votre regard :

http://www.10jourspoursigner.org/

 

 

 

11:31 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

03/12/2014

Sauvon les abeilles : stop neonics !

Ecoutez, signez, partagez ! C'est une urgence absolue :

http://actions.pollinis.org/actions/stop-neonics-fr/

et cessez d'utiliser ces produits !!!

17:38 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2014

Des nouvelles du Testet - Sivens

 

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR !

La Commission européenne a annoncé ce 26 novembre l'ouverture d'une procédure d'infraction contre la France pour non-respect de la législation européenne dans le cadre du projet de barrage de Sivens. Elle a déclaré  que « sur la base des informations dont elle dispose, les autorités françaises ont lancé le projet nonobstant la détérioration de l'état écologique de la masse d'eau qu'il est susceptible d'entraîner ».

Lire la réaction du Collectif

Les diverses réactions (Ministre, conseillers généraux…) à travers les médias. Attention, la Maire de Lisle sur Tarn, Mme Lherm, continue de manipuler l’opinion en mentant sur la réalité sur le terrain (ex : Quatre familles ne peuvent plus vivre dans leurs maisons adjacentes…).

 

Le processus de dialogue impulsé par la Ministre avance bien. La 2ème réunion en Préfecture a eu lieu lundi dernier. Tous les scénarios vont être discutés mais la décision de la Commission européenne aujourd’hui va influencer les scénarios discutés sur l’après-Sivens version d’origine. Il est probable que les scénarios incluant un barrage à Sivens ne soient plus possible. De toute façon ce ne sont pas des scénarios acceptables par nous et par les Zadistes. Mais si l’annonce de l’abandon définitif pouvait être faite rapidement, on serait tous soulagés ! Les adhérents ont été invités à des réunions de débats sur les propositions que le Collectif fait durant ce processus de dialogue. Il y a des groupes de travail sur la "gestion collective économe de l'eau", sur les « filières locales pour la restauration collective », etc. Nous écrire sur collectiftestet@gmail.com si vous souhaitez vous y impliquer (même en tant que sympathisant/e seulement).

 

Un nouvel article sur Fourogue intéressant dans la Dépêche du Midi : Fourogue : «Un barrage illégal et avec malfaçons»

 

DEMAIN : Complément d'enquête « Agriculture, Sivens : produire plus, à quel prix ? » Jeudi 27 à 22:20 (environ 15 mn sur Sivens)

 

Dimanche 30 novembre (14 h 30 devant la métairie neuve) : le Collectif Tant qu'il y aura des bouilles dans le cadre de l'animation « Sème ta ZAD au Testet » organise : Une balade Naturaliste « État des lieux d'une Nature dévastée et de sa reconquête » Animateurs : Christian Conrad Naturaliste & Cyril. Renseignements 06.70.05.31.18  l'association APIFERA TARN

 

Lundi 1er décembre à PARIS : Au Testet comme à Notre Dame des Landes, à Gonesse comme à Roybon, à Bure et sur le Lyon Turin, les batailles contre les projets inutiles deviennent centrales. Alors que les luttes s’intensifient et remportent des vrais succès, Reporterre organise sa prochaine rencontre lundi 1er décembre : « La victoire est possible ! » Stratégies de luttes, coordination des opposants, résistance au discours des pouvoirs : la soirée promet d’être intense.

 

Pour les autres événements, le site du Collectif Tant qu'il y aura des bouilles est largement le plus complet : page Agenda

 

Merci d’avance de participer à ces événements !

 

Le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet
http://www.collectif-testet.org

 

 

08:03 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2014

Héroïne de la lutte contre l’exploitation minière au Pérou, aidez-la !

 

Avec ses terres et le lagon bleu en arrière plan, Máxima Acuña de Chaupe,  coiffée du chapeau traditionnel des agriculteurs péruviens nous salue le bras en l’air et le pouce tendu vers le ciel.Máxima Acuña : un formidable exemple de courage et d’abnégation (photo: Jorge Chávez Ortiz)

 

Máxima Acuña de Chaupe est une héroïne malgré elle. Cette modeste paysanne péruvienne aurait bien aimé continuer à cultiver ses quatre hectares de terres sur les hauts plateaux andins et à vendre ses récoltes de pommes de terres sur le marché local. Mais, pour avoir refusé de vendre son terrain à une puissante multinationale, elle est devenue un symbole de la résistance à l’exploitation minière dans son pays.

Depuis plusieurs années, la compagnie minière Yanacocha essaie de mettre en œuvre le projet Conga, une extension de la plus grande mine d’or à ciel ouvert d’Amérique du Sud. Elle fait tout son possible pour acquérir les terres des populations locales, quitte à enfreindre leurs droits. Máxima a toujours refusé de céder à l’entreprise les terres qui fournissent les moyens de subsistance à sa famille. Et elle paie très cher ce refus.

Harcèlement de la police et de la société minière

Selon les médias locaux, la police péruvienne et ses forces spéciales (DINOES) mènent une grande campagne d’intimidation à l’encontre de Máxima et de sa famille : passages à tabac, meurtre de leur chien, occupation de leurs terres, destruction de leur maison… La famille a dû ainsi dormir dehors à 3.600 m d’altitude le temps de reconstruire une bâtisse avec l'aide de parents et d'amis.

De son côté, Yanacocha a porté plainte contre la paysanne qui détient le titre de propriété de ce terrain depuis 1994. Le 5 Août 2014, un juge a pourtant condamné Máxima et sa famille à deux ans et huit mois de prison avec sursis, à verser près de 1 500€ de dommages et intérêts à la société minière et à évacuer immédiatement leurs terres.

L’admirable courage de Máxima ne suffit plus face à cet acharnement. Elle a besoin du soutien de la communauté internationale. Écrivons aux autorités péruviennes !

 

Signez et partagez la pétition en ligne :

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/965/heroine-de-l...

 

 

10/11/2014

BARRAGE DE SIVENS : lettre de l'adjointe au maire de Penne

Je viens de recevoir dans ma boite cette lettre que des personnes bien intentionnées font très justement tourner, et donc je la partage ici pour témoigner de mon respect et de ma gratitude pour le courage de l'adjointe au maire de ce beau village de Penne, pas très loin de la forêt de Sivens, dans le Tarn, courage qui est cependant la plus légitime des réactions et qu'on aimerait voir bien plus souvent chez les élu-e-s :

 

Elisabeth Coutou
Adjointe au maire de Penne


A Penne le 7/11/2014


Monsieur le président de l’Association des Maires et des Elus du Tarn,


Je viens de lire votre courrier Mr le président, qui appelle à soutenir, en votre qualité, une manifestation d’associations favorables à la construction du barrage de SIVENS. Vous demandez au Préfet de mettre en oeuvre ce qu’est votre conception de l’Etat de Droit.
C’est d’abord l’impudence de votre appel qui m’a frappée. Alors que des efforts s’entreprennent pour mettre autour d’une table des personnes aux opinions contradictoires sur l’opportunité de construire ou non ce barrage, vous vous placez délibérément dans une logique d’affrontement, comme si le drame qui nous a tous endeuillés n’avait pas eu lieu.
L’Etat de droit se définit comme un Etat dans lequel chaque citoyen exerce à tout moment son pouvoir de décision. Penser qu’une fois élue, une personne puisse s’affranchir de tout ce qui fait la République : l’association des citoyens aux projets, est un contre sens absolu de l'Etat de droit républicain.
Nous ne devons pas oublier comment est née la République de France et de quelle magnifique, et parfois tragique désobéissance, elle s’est constituée.
Quand des élus prennent des décisions, proposent des projets qui ne
conviennent pas à une forte partie du peuple, à quel moment ce désaccord peut-il se manifester ? A quel moment les citoyens sont-ils autorisés à donner leur avis ?
Dans le cas de ce barrage, il est évident que des divergences profondes sont apparues. L’attitude républicaine eût été de réunir les citoyens et d’organiser un débat contradictoire d’où aurait émergé l’intérêt général.
Ce qui s'est passé à SIVENS m'apparaît fortement antidémocratique et anti républicain comme si les élus étaient affranchis de leur relation au peuple ( les électeurs) dès l'élection terminée. Un élu rend des comptes en permanence à ses électeurs et non une fois à chaque élection. Nous ne sommes pas citoyens un jour tous les 6 ans mais chaque jour de ces 6 ans.
S’ajoute à cela la méconnaissance du dossier par un grand nombre d’élus qui autorise le président du Conseil Général à lire ses décisions, sans débat, et d’avoir blanc seing , sans vote mais par hochement de tête.
Je ne conteste pas la légalité des Sociétés d’Economie Mixte, composées d’élus.
Mais je m’interroge quand un même élu est vice-président de la CACG qui a fait l’étude d’impact ( dénoncée incomplète par tous les experts), est aussi vice président de la société qui réalise le projet …. la CACG, et encore vice président du Conseil Général du Tarn (le maitre d’oeuvre),
et débordant d'énergie, siège à l’Agence de l’eau qui finance la moitié du projet.
La légalité ne peut se résumer au cachet mis dans la bonne case. Une série de décisions légales peuvent avoir été tronquées à l’origine. Et tout l’édifice n’a plus qu’une façade légale. L’exemple du barrage de FOUROGUE est le plus cruel exemple du contournement de la démocratie. Le Conseil Général du Tarn est passé outre un arrêté préfectoral demandant la suspension du projet. Deux ans plus tard, celui-ci est devenu illégal, et pour finir laisse une ardoise : un déficit
chronique que la collectivité publique endosse !
Des actions légales devenues illégales par le fait de l’Etat de droit (décisions de justice) mais maintenues en dépit de tout.


Voila pourquoi, Mr le président je ne manifesterai pas ce samedi 15 novembre. Parce que je n'oublie pas qu'une enquête criminelle est en cours, par souci d'apaisement, par respect du débat démocratique et républicain. Quant à Mr le préfet et Mr Carcenac il faudrait donc les remercier d’avoir imposé un climat de violence par une présence policière et militaire depuis début septembre, d’avoir ignoré les mises en garde de différents élus sur la dangerosité de la situation, d’avoir fait du Tarn le département où l’incurie des dossiers n’a d’égale que la troublante consanguinité des instances départementales, sociétés d’économie mixte agences etc. Quelle indécence.


Pour ma part, ma gratitude ira aux citoyens qui tous les jours se mêlent de ce qui les regarde, prennent le temps de lire les dossiers, de mettre en place une véritable expertise et permettent aux élus démocrates d’essayer de porter leur voix.


Pour que plus jamais une « décision » aboutisse à la mort d’un jeune botaniste de 21 ans.


Je vous prie de recevoir, Monsieur le président, mes salutations distinguées.


Elisabeth Coutou
Adjointe au maire de Penne

 

 

BARRAGE DE SIVENS - Collectif du Testet

Outils pour comprendre

 

L’émission Terre à Terre de France Culture du 01/10/11 (interview le 23/10/14) : Retour sur l'histoire du projet du barrage de Sivens (53 mn). Avec : Ben Lefetey, porte-parole du Collectif du Testet

 

Les films qui présentent la lutte, témoignent de l'engagement de zadistes, des violences des forces de l'ordre, etc, voir page spéciale sur les vidéos.

 

Les synthèses :

 

Pourquoi nous refusons ce projet

 

Les alternatives au barrage de Sivens

 

Principaux défauts démocratiques du projet de barrage de Sivens

 

Médiapart et Le Monde font de nombreux articles sur le barrage de Sivens, la CACG, d'autres barrages inutiles, etc. Voir sur leur site respectif.

 

http://www.collectif-testet.org/

 

 

 

 

11:06 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

27/10/2014

Testet : le rapport d’experts confirme les arguments des opposants au barrage

On va en sortir de cette immense connerie ? un mort à la clé, 21 ans, étudiant en environnement, bénévole de France Nature.... c'est dégueulasse !!! travaux passés en force, destruction, harcèlement et violences policières, tout ça pour un projet has been total.... preuves à l'appui et ce depuis le début, faut que ça cesse !!!

 

Le rapport d’experts sur le barrage de Sivens constate la surestimation des besoins, la médiocrité de l’étude environnementale, la faiblesse du montage financier. Ce que disent, depuis des années, les opposants au barrage.


La préfecture du Tarn a publié ce matin tôt le rapport d’experts commandé par la ministre de l’Ecologie à des experts. Il analyse le projet de barrage de Sivens. Le voici en téléchargement :

- Télécharger le rapport ici :

PDF - 1.5 Mo

Rédigé par deux ingénieurs généraux des ponts, des eaux et des forêts, Nicolas Forray et Pierre Rathouis, il confirme très largement les arguments posés de longue date par les opposants :

- "L’estimation des besoins a été établie sur des données anciennes et forfaitaires (...)

- "La mission conclut à une surestimation des besoins de substitution de l’ordre de 35 % (...)

- "Le contenu de l’étude d’impact est considéré comme très moyen (...)

- « Il existe un véritable problème de compatibilité entre le projet, tel qu’il est actuellement présenté, les règles d’intervention du FEADER, et les règles applicables en matière d’aides publiques (...). »

Le rapport assure cependant qu’il faut poursuivre le chantier, quitte à affecter le barrage à d’autres usages et selon une autre gestion. Une conclusion que rejette nettement les opposants pour qui les altenatives doivent être étudiées, et que tant que le béton n’a pas été coulé, la nature peut reprendre sa place sur le terrain.


Source : Camille Martin pour Reporterre.

. Pour en savoir plus : Le dossier : La bataille pour sauver la zone humide du Testet.

 

 

 

13:18 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

15/10/2014

Cyberaction - Barrage de Sivens : rendez public le rapport des experts

Depuis le 27 août 2014, des militants du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet ont commencé une grève de la faim devant le Conseil Général dans le cadre du projet très controversé de barrage de Sivens (Tarn).greve dela faim testet

Plus d'infos

Thierry Carcenac, président du Conseil Général du Tarn, n’a toujours pas apporté de réponses aux questions envoyées par le Collectif en février 2014 tout comme il refuse tout débat public contradictoire depuis un an.
http://www.collectif-testet.org/236+echanges-avec-thierry-carcenac.html  

Au 14 octobre, trois grévistes, Roland FOURCARD, Christian CONRAD et Gilles OLIVET, continuent donc le mouvement, avec déjà 49 et 43 jours de grève !

Ils viennent d’envoyer une lettre à Ségolène Royal, Ministre chargée de l’écologie, pour lui demander de rendre public le rapport que ses experts viennent de lui rendre sur ce projet de barrage. Cela leur permettra, ainsi qu’à tous les acteurs concernés par ce projet, d’accéder enfin à des données fiables et de stopper ainsi leur longue et éprouvante grève de la faim.
http://www.collectif-testet.org/uploaded/Greve-faim/131014-courrier-gra-vistes-faim-sivens-mme-la-ministre.pdf  

Vous avez été 3275 à signer la pétition lancée fin août pour soutenir les grévistes.
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/sauvetage-zone-humide-testet-souti-811.html  


Nous vous proposons de mettre la pression sur Ségolène Royal en participant à cette cyber @ction qui vous permettra de l'interpeller directement. L’idée est, grâce à votre concours, d’avoir plusieurs dizaines de milliers de signatures dans la semaine à travers les réseaux. C’est ambitieux mais il faut soutenir les grévistes qui mettent en danger leur santé pour défendre l’environnement et la bonne utilisation des fonds publics.

 

Signez la pétition ici avant le 31 octobre : http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/rendez-public-ra...

 

 

Quelques docs à voir : http://vimeo.com/docsivens

 

 

07:53 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

13/10/2014

Philippe Layat, résiste à l'expropriation pour le futur grand stade de Lyon

 

Lire l'article dans le Monde : http://www.lemonde.fr/sport/article/2014/10/02/un-irreductible-paysan-refuse-de-ceder-au-grand-stade-de-lyon_4498918_3242.html

 

Soutenez-le : http://petitiondesoutienaphilippelayat.wesign.it/fr

et ici http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/soutien-philippe...

 

 

 

 

 

11:04 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

05/10/2014

Les dangers du Traité Transatlantique (TAFTA)

 

Plus d'information : http://www.collectifstoptafta.org



 

11:12 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

27/09/2014

Grand rassemblement contre le barrage de Sivens

10302739_1531899517021810_8057389590431843581_n.jpg

09:05 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

14/09/2014

Soutenez l'héroïne de la lutte contre l’exploitation minière au Pérou

 

Avec ses terres et le lagon bleu en arrière plan, Máxima Acuña de Chaupe,  coiffée du chapeau traditionnel des agriculteurs péruviens nous salue le bras en l’air et le pouce tendu vers le ciel.Máxima Acuña : un formidable exemple de courage et d’abnégation (photo: Jorge Chávez Ortiz)

      

   

 

Máxima Acuña de Chaupe est une héroïne malgré elle. Cette modeste paysanne péruvienne aurait bien aimé continuer à cultiver ses quatre hectares de terres sur les hauts plateaux andins et à vendre ses récoltes de pommes de terres sur le marché local. Mais, pour avoir refusé de vendre son terrain à une puissante multinationale, elle est devenue un symbole de la résistance à l’exploitation minière dans son pays.

Depuis plusieurs années, la compagnie minière Yanacocha essaie de mettre en œuvre le projet Conga, une extension de la plus grande mine d’or à ciel ouvert d’Amérique du Sud. Elle fait tout son possible pour acquérir les terres des populations locales, quitte à enfreindre leurs droits. Máxima a toujours refusé de céder à l’entreprise les terres qui fournissent les moyens de subsistance à sa famille. Et elle paie très cher ce refus.

Harcèlement de la police et de la société minière

Selon les médias locaux, la police péruvienne et ses forces spéciales (DINOES) mènent une grande campagne d’intimidation à l’encontre de Máxima et de sa famille : passages à tabac, meurtre de leur chien, occupation de leurs terres, destruction de leur maison… La famille a dû ainsi dormir dehors à 3.600 m d’altitude le temps de reconstruire une bâtisse avec l'aide de parents et d'amis.

De son côté, Yanacocha a porté plainte contre la paysanne qui détient le titre de propriété de ce terrain depuis 1994. Le 5 Août 2014, un juge a pourtant condamné Máxima et sa famille à deux ans et huit mois de prison avec sursis, à verser près de 1 500€ de dommages et intérêts à la société minière et à évacuer immédiatement leurs terres.

L’admirable courage de Máxima ne suffit plus face à cet acharnement. Elle a besoin du soutien de la communauté internationale. Écrivons aux autorités péruviennes !

 

Agissez : https://www.sauvonslaforet.org/petitions/965/heroine-de-l...

 

 

 

 

11:30 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2014

La lutte de Sivens: ZAD du Testet, barrage de Sivens (le film)

En savoir plus, soutenir : http://www.collectif-testet.org/index.php

https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

 

 

 

 

 

 

 

04/09/2014

04/09/2014...France: Dans le Tarn, l'opposition se renforce contre un barrage menaçant une zone humide

Heurts entre la police et des manifestants contre le futur barrage de Sivens dans le Tarn, le 1er septembre.

Le déboisement de la zone du futur barrage de Sivens, dans le Tarn, suscite des échauffourées sporadiques depuis lundi entre forces de l'ordre et opposants au projet. Mercredi 3 septembre, de nouveaux heurts ont éclaté.


Le projet, promu par le conseil général du Tarn avec celui du Tarn-et-Garonne, prévoit de créer une retenue d'eau de plus de 40 hectares, dont 13 hectares dans la zone humide « remarquable » du Testet, notamment pour permettre aux agriculteurs de la vallée d'irriguer leurs cultures. Les travaux, qui ont d'ores et déjà commencé, doivent coûter 8,4 millions d'euros.


« C'est un projet inadapté, dont le coût environnemental et financier est très élevé, au profit de pratiques agricoles qui sont une impasse pour les agriculteurs comme pour la société dans son ensemble », dénonce le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet. Selon lui, la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement a dénombré sur le site au moins 94 espèces animales protégées – salamandres, couleuvres, chauve-souris, etc.


Des mesures compensatoires sont prévues, avec la création de nouvelles zones humides sur 19,5 hectares et le déplacement d'espèces protégées, mais jugées insuffisantes par les opposants au barrage.


Gérard Onesta (EELV), vice-président du conseil régional de Midi-Pyrénées, présent sur le site, a lancé mercredi « un appel solennel à Ségolène Royal, ministre de l'écologie, pour qu'elle décide un moratoire, alors que les grosses machines entrent en action et créent une situation irréversible ».


Selon La Croix, certains opposants occupent le terrain depuis octobre dernier, d'autres ont entamé une grève de la faim, et la situation est comparable à la ZAD (zone à défendre) qui s'est constituée près de Nantes contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Mercredi, les militants écologistes, dont le nombre a parfois atteint 200 personnes sur le site, ont érigé de nouvelles barricades pour empêcher l'arrivée des matériels d'abattage lourds, tandis que des agriculteurs sympathisants les appuyaient en gênant l'accès de la zone avec leurs tracteurs.


« Cela n'a pas suffi : les tracteurs ont été déplacés par les gendarmes mobiles », a déclaré le porte-parole du Collectif du Testet, Ben Lefetey. D'après le quotidien La Dépêche du Midi, les gendarmes ont « découpé à la tronçonneuse une barricade érigée par les antibarrage, avant de tirer des gaz lacrymogènes pour déloger les contestataires ». « Deux barricades ont été reprises par l'escadron mobile. Le déboisement se poursuit », a indiqué de son côté la gendarmerie du Tarn.


La maire de Lisle-sur-Tarn, Maryline Lherm, favorable au projet, a appelé au calme, mais concentré ses critiques sur les opposants : « Les riverains sont excédés par les agissements d'individus violents, cagoulés (sic) et armés », souligne-t-elle, en précisant que « les habitants des communes concernées se sont exprimées par écrit ou oralement dans le cadre de l'enquête publique, et cela de manière majoritairement favorable » au barrage.


En revanche, France Nature Environnement Midi-Pyrénées et Nature Midi-Pyrénées s'associent au collectif du Testet pour souligner que « des recours juridiques sont toujours en cours » et pour qualifier de « farce » « l'exemplarité environnementale » du projet, revendiquée par le conseil général et la préfecture du Tarn.


Au niveau national, Europe Ecologie-Les Verts exprime « tout son soutien » aux opposants à ce « projet désuet qui répond à la logique d'une agriculture productiviste ». M. Onesta estime qu'un moratoire est d'autant plus indispensable que « le tribunal administratif doit se prononcer dans les prochains jours sur la légalité de l'arrêté préfectoral autorisant le déboisement ».


Source © Le Monde /AFP
 


 

18:14 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

16/07/2014

Les scientifiques condamnent les pesticides

 

sysyemic-pesticides.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous entendu parler de la Taskforce sur les pesticides systémiques ?

 

Il s’agit d’un groupe de 53 scientifiques venus du monde entier, qui ont mené dans le plus grand secret une étude sur les pesticides néonicotinoïdes – suspectés de décimer les abeilles.

 

Leurs conclusions sont sans appel : non seulement ces pesticides sont très nocifs pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs, mais ils nuisent aux oiseaux, à la faune aquatique, aux mammifères et même peut-être à l’Homme.

 

En étant utilisés à grande échelle dans le monde entier, ils contaminent l’environnement et mettent en péril l’agriculture de demain.
Je vous invite à regarder la vidéo des scientifiques en Anglais, très bien faite, et qui résume bien les conclusions de leurs recherches.

 

 

Cette étude est une arme de plus dans le combat contre les firmes agrochimiques qui sont prêtes à tout pour sécuriser leurs milliards de profits, et pour convaincre les responsables européens d’interdire, pour de bon, ces pesticides nocifs pour les pollinisateurs, l’environnement et l’alimentation des générations futures.

 

Pour accéder au site internet de la Taskforce, c’est ici : http://www.tfsp.info/

 

 

 

 

11:23 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

04/07/2014

Enfants des rues de Kinshasa

 

Reportage sur le travail de REEJER, une organisation qui aide les enfants des rues de Kinshasa. Par Gael Metroz et Jump Cut Productions. Voix de Marcus Berry.

 

 

21:15 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

19/06/2014

Pétition pour la libération immédiate de la cinéaste iranienne Mahnaz Mohammadi

•► Mahnaz Mohammadi condamnée à cinq ans de prison par un tribunal des mollahs à Téhéran à une peine de cinq ans de prison. Le samedi 7 juin, elle a été incarcérée dans la sinistre prison d’Evine (située au nord de Téhéran). Cette réalisatrice a été accusée de « complot contre la sécurité de l’Etat » et « propagande contre le régime »

► Elle s’appelle Mahnaz Mohammadi, elle est jeune, brune et belle. Elle est cinéaste (Femmes sans ombre) et défend activement, courageusement, la cause des femmes dans son pays. Elle a été arrêtée dimanche 26 juin à Téhéran, après la perquisition de son domicile par la police iranienne, puis enfermée dans la prison d’Evin, au nord de Téhéran, dans le secteur 209 qui appartient aux gardiens de la révolution, le bras armé idéologique du régime iranien. Les militants politiques qui ont fait de la prison en Iran connaissent bien le secteur 209 où le régime est très sévère.

• Mahnaz Mohammadi était venue à la Cinémathèque française le 13 juin 2010 participer à une « Journée à Téhéran ». Elle y avait présenté son film Travelogue, et participé à une table ronde sur la situation du cinéma dans son pays aux côtés de Marjane Satrapi, Rafi Pitts, Nader T. Homayoun, Sou Abadi et les actrices Golshifteh Farahani et Behi Djanati-Atai.

• Je me souviens que lorsque Mahnaz avait pris la parole pour évoquer la situation des femmes dans son pays et faire état de ses propres difficultés à réaliser des documentaires, les larmes coulaient sur ses joues. Le public nombreux qui remplissait la salle Henri Langlois était ému, bouleversé. Nous étions suspendus à ses propos : allait-elle avoir la force de continuer ? Oui, elle poursuivit, tenant à témoigner. J’avais la gorge serrée, ressentant une incroyable émotion à voir et entendre cette jeune femme, assise à mes côtés, faire preuve d’un tel courage, inquiet du fait qu’elle prenait des risques à s’exprimer ainsi, librement.

• Lors du dernier Festival de Cannes, Mahnaz Mohammadi ne put obtenir l’autorisation des autorités iraniennes d’accompagner le film dans lequel elle joue le rôle principal, Noces éphémères, réalisé par Reza Serkanian. Elle adressa un message, lu par Costa-Gavras : « Je suis une femme, je suis cinéaste, deux raisons suffisantes pour être coupable dans ce pays. Actuellement, je réalise un nouveau documentaire sur les femmes de mon pays. Le combat des femmes pour leur identité est un élément incontournable de leur vie de tous les jours… et la liberté est le mot qui manque le plus à leur quotidien. J’aurais vraiment aimé être parmi vous, chers amis. Hélas, n’ayant pas l’autorisation de sortir de mon territoire, je suis privée de partager cette joie avec vous. Mais j’attends toujours et j’ai de l’espoir ».

• Décidément, le cinéma n’a pas l' air de plaire aux autorités iraniennes. Se sentent-elles tellement affaiblies, tellement désavouées, pour s’autoriser à bafouer ainsi la liberté d’expression d’artistes et de militants des droits de l’homme et mettre en prison une cinéaste, sans le moindre chef d’accusation ?

• Une pétition a été lancée exigeant la libération immédiate de Mahnaz Mohammadi et dénonçant les attaques faites à la liberté d’expression et de création dont sont victimes de nombreux cinéastes iraniens.

► Pour signer cette pétition, allez sur :
http://www.change.org/fr/pétitions/au-gouvernement-iranien-libérez-la-cinéaste-mahnaz-mohammadi-condamnée-à-cinq-ans-de-prison
 
 
 

•► Mahnaz Mohammadi condamnée à cinq ans de prison par un tribunal des mollahs à Téhéran à une peine de cinq ans de prison. Le samedi 7 juin, elle a été incarcé...rée dans la sinistre prison d’Evine (située au nord de Téhéran). Cette réalisatrice a été accusée de « complot contre la sécurité de l’Etat » et « propagande contre le régime »

► Elle s’appelle Mahnaz Mohammadi, elle est jeune, brune et belle. Elle est cinéaste (Femmes sans ombre) et défend activement, courageusement, la cause des femmes dans son pays. Elle a été arrêtée dimanche 26 juin à Téhéran, après la perquisition de son domicile par la police iranienne, puis enfermée dans la prison d’Evin, au nord de Téhéran, dans le secteur 209 qui appartient aux gardiens de la révolution, le bras armé idéologique du régime iranien. Les militants politiques qui ont fait de la prison en Iran connaissent bien le secteur 209 où le régime est très sévère.

• Mahnaz Mohammadi était venue à la Cinémathèque française le 13 juin 2010 participer à une « Journée à Téhéran ». Elle y avait présenté son film Travelogue, et participé à une table ronde sur la situation du cinéma dans son pays aux côtés de Marjane Satrapi, Rafi Pitts, Nader T. Homayoun, Sou Abadi et les actrices Golshifteh Farahani et Behi Djanati-Atai.

• Je me souviens que lorsque Mahnaz avait pris la parole pour évoquer la situation des femmes dans son pays et faire état de ses propres difficultés à réaliser des documentaires, les larmes coulaient sur ses joues. Le public nombreux qui remplissait la salle Henri Langlois était ému, bouleversé. Nous étions suspendus à ses propos : allait-elle avoir la force de continuer ? Oui, elle poursuivit, tenant à témoigner. J’avais la gorge serrée, ressentant une incroyable émotion à voir et entendre cette jeune femme, assise à mes côtés, faire preuve d’un tel courage, inquiet du fait qu’elle prenait des risques à s’exprimer ainsi, librement.

• Lors du dernier Festival de Cannes, Mahnaz Mohammadi ne put obtenir l’autorisation des autorités iraniennes d’accompagner le film dans lequel elle joue le rôle principal, Noces éphémères, réalisé par Reza Serkanian. Elle adressa un message, lu par Costa-Gavras : « Je suis une femme, je suis cinéaste, deux raisons suffisantes pour être coupable dans ce pays. Actuellement, je réalise un nouveau documentaire sur les femmes de mon pays. Le combat des femmes pour leur identité est un élément incontournable de leur vie de tous les jours… et la liberté est le mot qui manque le plus à leur quotidien. J’aurais vraiment aimé être parmi vous, chers amis. Hélas, n’ayant pas l’autorisation de sortir de mon territoire, je suis privée de partager cette joie avec vous. Mais j’attends toujours et j’ai de l’espoir ».

• Décidément, le cinéma n’a pas l' air de plaire aux autorités iraniennes. Se sentent-elles tellement affaiblies, tellement désavouées, pour s’autoriser à bafouer ainsi la liberté d’expression d’artistes et de militants des droits de l’homme et mettre en prison une cinéaste, sans le moindre chef d’accusation ?

• Une pétition a été lancée exigeant la libération immédiate de Mahnaz Mohammadi et dénonçant les attaques faites à la liberté d’expression et de création dont sont victimes de nombreux cinéastes iraniens.

► Pour signer cette pétition, allez sur :
http://www.change.org/fr/pétitions/au-gouvernement-iranie...

 

 

18:14 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)

19/05/2014

France: Mise en garde contre les nanomatériaux par l'agence française de sécurité sanitaire

Des nanotubes de carbone, utilisés comme additifs ou revêtements dans l'industrie, peuvent entraîner le développement anormal d'embryons, causer des cancers ou bien des maladies respiratoires.

Les effets des nanomatériaux sur l'homme restent largement méconnus, faute d'étude, relève un rapport de l'ANSES. Les effets à long terme des nanotechnologies, en pleine expansion, devraient être étudiés et leur usage réglementé. 


Sommes-nous en train de jouer ave le feu? L'Agence française de sécurité alimentaire et sanitaire (Anses) met en garde, ce jeudi, contre les dangers potentiels mais encore largement inexplorés des nanomatériaux. L'agence réclame, dans un nouveau rapport, une réglementation européenne plus stricte à leur égard. 


Les nanomatériaux sont des matériaux naturels ou manufacturés constitués de particules dont la taille se situe entre 1 et 100 nanomètres, soit 1 à 100 milliardièmes de mètre. Cette taille intermédiaire entre la taille des atomes et celle des matériaux classiques leur confère des propriétés physiques, chimiques et biologiques particulières. 


Un domaine de recherche scientifique et technique en pleine expansion 


« Les nanomatériaux représentent un domaine de la recherche scientifique et technique en pleine expansion » en raison de ces propriétés et de leurs applications industrielles, explique dans son rapport l'Anses. 


« L'utilisation des nanomatériaux est en plein essor et désormais, ils entrent dans la composition de nombreux produits de la vie courante disponibles sur le marché: cosmétiques, textiles, aliments, peintures, etc », indique l'agence. 


Absence d'études épidémiologiques 


Mais les effets de ces nanomatériaux sur l'homme restent encore largement méconnus, faute d'étude. « Il n'existe pas à l'heure actuelle de données » sur la toxicité directe de ces produits sur l'homme « en raison de l'absence d'études épidémiologiques », relève l'Agence. 


Plusieurs éléments plaident pour la prudence vis-à-vis de ces nouveaux matériaux. En premier lieu, la petitesse de leurs particules leur permet de franchir les barrières physiologiques, comme la peau ou les muqueuses qui constituent les protections naturelles du corps. Ensuite, des tests in vitro et in vivo sur l'animal indiquent une toxicité pour certains d'entre eux. 


En particulier, des nanotubes de carbone, utilisés comme additifs ou revêtements dans l'industrie, peuvent entraîner le développement anormal d'embryons, causer des cancers ou bien des maladies respiratoires, souligne le rapport. 


Ces mêmes nanotubes de carbone peuvent aussi avoir des effets toxiques sur l'environnement avec par exemple un effet antimicrobien lorsqu'ils sont dispersés dans le sol. 


Des études plus approfondies sur ces nanotubes de carbone et sur leurs effets à long terme seraient donc nécessaires, souligne l'Agence. 


De manière générale, l'Anses « recommande la mise en œuvre de projets pluridisciplinaires permettant de développer les connaissances sur les caractéristiques des nanomatériaux et de leurs dangers, tout au long du cycle de vie des produits ». 


« Renforcer la traçabilité »et de mieux contrôler l'exposition de la population aux nanomatériaux 


En attendant, l'Agence recommande la prudence et « appelle, dès à présent, à un encadrement réglementaire renforcé des nanomatériaux manufacturés au niveau européen, afin de mieux caractériser chaque substance et ses usages, en prenant en compte l'ensemble du cycle de vie des produits ». 


La règlementation européenne en matière de classification et d'étiquetage (CLP) et celle sur les produits chimiques (REACh) devrait s'appliquer au nanomatériaux afin d'en « renforcer la traçabilité » et de mieux contrôler l'exposition de la population, estime l'Anses. 


Selon un premier recensement officiel pour ce type de matériaux, publié en novembre, 282.000 tonnes de nanomatériaux ont été produites en France en 2012 et 222.000 tonnes ont été importées. 


Notes : 



Commentaire : Il faut bien prendre conscience qu'effectivement, l'action des nanoparticules se fait sentir jusqu'au niveau de notre ADN et qu'il peut être difficile de s'en prémunir. 



L'entrée des nanoparticules dans l'organisme par le tractus intestinal 


« La consommation des produits issus des nanotechnologies favorise l'entrée dans le corps des nanoparticules par voie intestinale. 


L'épithélium intestinal diffère des autres du fait de sa fonction primaire d'absorption des substances exogènes. Il est depuis longtemps connu que des particules peuvent passer à travers la barrière épithéliale de la lumière intestinale. 


Concernant les nanomatériaux, différents travaux ont été réalisés afin de faciliter l'absorption des médicaments. Une étude a montré l'importance de deux facteurs dans la pénétration des nanoparticules :leur taille et leur charge électrique. 


Ces nanoparticules peuvent donc franchir la barrière du mucus et une fois cette barrière franchie, les nanoparticules peuvent pénétrer dans les vaisseaux lymphatiques et les capillaires. Une étude de Jani et Al montre qu'en utilisant les nanotubes de carbone (diamètre moyen 1,4 nm, marqués à l'iode 125, 

administrés par gavage chez la souris), dès trois heures, on retrouve un marquage aux niveaux pulmonaire, rénal et osseux

Ceci revêt une importance particulière dans le cadre des effets potentiels des nanoparticules sur la santé. C'est le cas des pâtes dentifrices contenant des nanoparticules, déjà vendues sur le marché, qui sont utilisées par la population en général et certaines de ces nanoparticules peuvent être avalées. 


En plus, les produits alimentaires contenant des nanoparticules comme des huiles actives anticholestérol permettent aux nanos de se retrouver dans l'organisme via l'alimentation. »

 

Source : nature alerte

 

06/05/2014

Accouchement à domicile : soutien Krista Guilliams, sage-femme, une lettre d'Audrey Barbes

"Bonsoir à tous,
 
je ne savais pas comment intituler ce mail pour vous donner envie de l'ouvrir et de le lire. J'espère que j'ai bien choisi et que vous aurez eu de l'intérêt à le lire jusqu'au bout!! :)
 
Pour celles et ceux qui ne le savaient pas, nos deux enfants, Jasmin et Amande, sont venus au monde à la maison. C'était un CHOIX DÉLIBÉRÉ de notre part, en toute connaissance de cause et avec toutes les précautions nécessaires bien entendu.
En 2010, pour la venue du premier, nous avons sonné à la porte d'une sage-femme libérale qui pratiquait donc l'accouchement à domicile (AAD). Son nom Krista Guilliams. C'est la personne la plus importante dans la création de notre famille. Elle a bien voulu nous guider dans cette aventure et cela fût un bonheur inexplicable (enfin si je pourrais l'expliquer mais je veux faire court!). Tout s'est bien sûr très bien passé, un beau bébé, qui a bien grandi depuis, a été accueilli dans un environnement paisible, en toute sécurité.
Et nous avons réitéré deux ans après avec l'arrivée de la petite sœur. Et cette fois encore Krista (assistée d'une deuxième sage-femme que nous connaissons bien et que nous avons contacté car elle était plus proche de chez nous mais ne pratiquait pas l'AAD) est venue. Et cette encore ce fût un succès!
 
Pourquoi cette histoire?
 
Krista est actuellement "attaquée par l'Ordre Départemental des Sages-Femmes. Aucune plainte de parents n'a été déposée contre elle. Il n'y a aucune conséquence grave dont elle est à l'origine (décès ou séquelles)... Et pourtant l'Ordre Régional a prononcé à son encontre la radiation définitive au terme d'une procédure longue et coûteuse pour Krista, financièrement et psychologiquement.
Aujourd'hui, Krista a décidé de ne pas se laisser abattre et de faire appel. Pour ça, elle a besoin du soutien de tous : financier, moral et médiatique." (cf. le site de soutien )
 
 
Il est inutile de vous dire que nous nous ne sommes jamais senti en danger d'aucune manière que se soit en nous laissant guider par cette professionnelle en qui nous continuons d'avoir une entière confiance. Nous avons bien la tête sur les épaules, les yeux en face des trous et les pieds sur Terre.
 
Ce procès n'est PAS JUSTE, et sa radiation encore moins!!!!!
 
C'est pourquoi, nous soutenons Krista dans son combat pour défendre ses droits et ceux de toutes les sages-femmes qui pratiquent l'AAD. Mais ce combat est également celui des parents doivent toujours avoir le choix d’accueillir son enfant dans les meilleurs conditions qui leurs sont propres. Il ne s'agit pas de promouvoir l'AAD mais de soutenir et laisser ce choix dans un pays dit démocratique.
 
Je vous redonne le lien du site que le comité de soutien créé autour de Krista a mis en ligne où vous pourrez trouver toutes les informations concernant le procès, toutes les actions mises en place pour soutenir Krista financièrement, moralement et médiatiquement.
www.leetchi.com/c/comite-soutien-krista (pour un soutien financier)
 
1000 mercis pour votre(vos) soutien(s). Libre de diffuser le mail !"
 
 
 
 

13:28 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (1)

05/05/2014

Pour une interdiction totale de tous les insecticides néonicotinoïdes « tueurs d'abeilles »

Appel aux futurs députés européens 2014
pour une interdiction totale de tous les insecticides néonicotinoïdes « tueurs d'abeilles »

 

Attendu que : Les néonicotinoïdes déciment les populations d'abeilles et de pollinisateurs sauvages qui jouent un rôle fondamental dans le maintien des écosystèmes, et conditionnent le rendement, la variété et la qualité des cultures qui nous nourrissent ;
Attendu que : Une bouchée sur trois de ce que nous consommons quotidiennement dépend directement de ce gigantesque travail de pollinisation assuré par les insectes, et qu'il serait tout simplement impossible de pallier à une disparition massive de ces insectes pollinisateurs ;
Attendu que : Les néonicotinoïdes appauvrissent durablement les sols cultivés et polluent les nappes phréatiques et les cours d'eau d'une manière inédite ; qu'ils ont des effets inquiétants sur les oiseaux et les mammifères, partout où on a pris la peine de mesurer leurs effets ;
Attendu que : Les néonicotinoides utilisés de façon systémique et systématique, favorisent l'apparition  accélérée de souches de bio-agresseurs résistantes aux pesticides, et que les études les plus récentes montrent que le risque est grand pour l'agriculture de n'avoir bientôt plus aucune protection chimique à opposer à ces bio-agresseurs, et qu'il est urgent de changer nos méthodes de production agricole ;
Attendu que :

Les produits et les méthodes de protection alternatives existent, et que les études montrent même qu'elles garantissent un même niveau de protection des cultures, mais qu'elles sont d'un bien meilleur rendement financier pour les agriculteurs qui les utilisent, en raison du coût de plus en plus élevé de la protection chimique des cultures.

 

la suite et pour signer ici : http://actions.pollinis.org/actions/europe_et_pesticides_...

 

 

11:10 Publié dans AGIR | Lien permanent | Commentaires (0)