Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2015

Николас Кано - Sacred Mother Tree - Northern Mongolia

Николас Кано Sacred Mother Tree Northern Mongolia_n.jpg

 

2015

 

on change de cerveau

on a le cœur qui pousse

on se fait du sang neuf

 

Respect du vivant

sous toutes ses formes

Empathie

Progrès spirituel

Ouverture

Notre intelligence

au service

de toutes et tous

 

la paix en chacun de nous

pour qu'elle puisse venir au monde

et avec elle la justice

 

Arrêtons de craindre

de mentir

de mépriser

de haïr

de frapper

d'asservir

d'humilier

d'assassiner

d'affamer

de détruire

 

bref : on arrête les conneries !

 

Humains, il est trop tard moins une

pour grandir enfin

 

 

 

 

 

29/12/2014

Anne Betton, bipolaire et photographe : DONNONS UN VISAGE A LA MALADIE PSYCHIQUE

 

http://www.annebetton-photographe.com/

 

 

 

 

08/12/2014

Le Genepi : « ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent »

, par Franck Johannès

 

Mathilde R - copie

Le Genepi, une association d’étudiants qui se définit comme « passe-murailles » , travaille au « décloisonnement des institutions carcérales par la circulation des savoirs entre les personnes incarcérées ». Chaque semaine, 1200 bénévoles entrent en prison, et 700 d’entre eux se sont réunis samedi 6 décembre dans les locaux de l’Ecole polytechnique, à Palaiseau (Essonne), pour leur 38e journée prison.

L’association a été créé en 1976 par Lionel Stoléru, ministre de Valéry Giscard-d’Estaing, qui vient tous les ans, avec Christiane Taubira, la ministre de la justice, parler devant les jeunes venus des quatre coins de France, avant une dense journée d’échanges avec une cinquantaine d’intervenants. Les génépistes ont, après une nuit blanche, des valises sous les yeux et un sac de couchage pour la prochaine nuit, mais pétillent d'enthousiasme.

L’association, à l’origine, sentait bon son patronage ; de gentils jeunes gens bien élevés qui allaient rencontrer les pauvres détenus. Les temps ont radicalement changé, le Genepi n’a plus rien d’une association de boy-scouts, il a mûri, réfléchi et a une approche infiniment plus politique. Témoin le remarquable discours de sa présidente, Mathilde Robert, 23 ans, en cinquième année de droit pénal et qui entend devenir avocate. Discours radical, adulte, sans concessions.

« Bonjour à toutes et tous,

Je tiens en premier lieu à adresser de sincères remerciements à l’ensemble de l’équipe des permanents, salariés et administrateurs du Genepi, sans les efforts de qui cette journée n’aurait pas pu voir le jour. Parmi eux, le travail d’Aurélie Dutour et d’Olivier Striffler est particulièrement remarquable.

Madame la Ministre, merci d’avoir cette année encore répondu positivement à notre invitation. M. l’Ingénieur général, merci de nous accueillir cette année encore à l’École Polytechnique. Je tiens également à remercier nos membres d’honneurs présents aujourd’hui. M. Stoleru, merci pour votre soutien indéfectible depuis 1976, il nous est précieux. Messieurs Lazarus [Antoine Lazarus, président de l’OIP, l’observatoire international des prisons] et Mouesca, [Gabi Mouesca, ancien président de l’OIP et militant basque] merci pour votre présence engagée à nos côtés : elle nous inspire.

La Journée prison-justice, c’est aussi la cinquantaine d’intervenants qui ont accepté de se joindre à nous pour cette journée d’échanges et de réflexion. Merci à eux de venir partager avec nous leurs connaissances et leurs expériences des questions carcérales. Je vous remercie enfin, vous, les quelques 700 Génépistes qui vous êtes déplacés de toute la France pour nous rejoindre aujourd’hui. Une forme de pèlerinage répété chaque année depuis 1981, et dont la magie l’excitation se renouvellent toujours.

Que reste-t-il du Genepi ?

L’association a fêté cette année ses 38 ans. Elle a, depuis sa création, profondément évolué, et certains, de l’extérieur, nous disent qu’ils ont du mal à la reconnaître. Alors, par delà les années, que reste-t-il du Genepi ?

Les militants du Genepi sont mus par une idée commune : on ne peut laisser enfermer des concitoyens trop loin du reste de la société. C’est pourquoi depuis 1976, ils franchissent les portes des institutions carcérales pour y faire entrer un regard critique. Un regard que beaucoup préfèrent pourtant détourner de ces lieux terribles. Une démarche inédite, donc, qui a immédiatement conféré un caractère politique à notre action.

Celui-ci s’est rapidement exprimé par la critique publique, énoncée en 1981, après cinq ans d’existence de l’association, à l’occasion de l’adoption de la loi dite « Sécurité et Liberté », de l’hypocrisie des politiques publiques de réinsertion. C’était en la matière le début d’une longue histoire. En 2011, le Genepi a changé d’objet social, abandonnant alors la « collaboration à l’effort public en faveur de la réinsertion ». Cette reconfiguration des buts assignés à l’association et de sa philosophie n'est pas un mouvement d’humeur, c’est au contraire le fruit d’une longue réflexion et d’une prise de conscience du milieu spécifique dans lequel nous évoluons : la prison.

De la prison à l’usine

Au fil des années, le vocable de « réinsertion » est devenu de plus en plus problématique, car à nos yeux de plus en plus vidé de son sens. D’une notion englobant pour nous l’ensemble des aspects de la vie en société, on ne retrouve plus dans les politiques publiques qu’une obsession pour le travail, le logement. On oublie l’humain, le citoyen, pour ne plus qu’entr’apercevoir l’agent économique. De la prison à l’usine, en somme.

La réinsertion apparaît également aujourd’hui comme profondément normalisatrice : le dispositif pénitentiaire cherche à faire intégrer, bon gré mal gré, les référentiels sociaux et moraux de la société aux personnes qu’il a sous sa garde. Un processus de formatage infantilisant, et non une démarche d’émancipation de la personne. L’ambition pénitentiaire est donc, en sus de la punition, la fabrique de corps « dociles et utiles », selon l’expression de Michel Foucault. En 2011, le Genepi a estimé que ce n’était pas un mouvement auquel il souhaitait participer. Nous écrivions alors « Le Genepi ne peut se considérer comme collaborateur d’un effort public dont il désapprouve les orientations fondamentales ».

M. Jean-Marie Delarue, alors Contrôleur général des lieux de privation de liberté, définissait la réinsertion comme le fait de mener une vie responsable, c’est-à-dire celle qui consiste à décider soi-même des orientations qu’on entend donner à son existence, et des modalités pour y parvenir. C’est une perspective dans laquelle nous nous reconnaissons, et c’est dans ce sens que souhaitons inscrire nos actions. Le nouvel objet social de l’association, nous l’avons nommé « décloisonnement des institutions carcérales ». Derrière ce terme, il y a la volonté de redonner aux personnes privées de liberté leur pleine place dans la vie collective. Alors que leur parole est déconsidérée, et leurs avis dédaignés, le Genepi réaffirme l’importance du dialogue constant de la collectivité avec ceux qui la rejoindront bientôt ou même un peu plus tard.

L’idée ridicule d’un Genepiste missionnaire

Nous avons constaté que les personnes détenues ont déjà souvent bien plus appris de la vie, et de la société dans laquelle nous vivons que nous en savons nous-mêmes. Dès lors, l’idée d’un Genepiste missionnaire apportant le savoir aux âmes déshéritées semble bien ridicule. Il est regrettable que certains continuent pourtant à nous inscrire dans cette perspective dépassée. Les ateliers du Genepi menés en détention sont des lieux de circulation du savoir, formation mutuelle et réciproque de l’ensemble des participants.

Cette prise de conscience, elle explique le dernier mouvement de transformation du Genepi, à savoir l’abandon, lors de l’AG dernière, de l’appellation du « Groupement étudiant national d’enseignement aux personnes incarcérées », pour ne plus conserver que celle de « Genepi ». Ce vocable d’ « enseignement aux personnes incarcérées » ne nous semblait en effet ne plus correspondre à l’horizontalité que nous souhaitons dans les rapports établis en détention.

Alors, à ceux qui nous ont déclaré que le Genepi se « fourvoyait », qu’il « tournait le dos à sa grandeur », nous répondons que ces évolutions sont au contraire un témoin de bonne santé intellectuelle et de vigueur politique de l’association, et que nous nous en réjouissons. Ce renouvellement récent du Genepi est le signe d’une réflexion permanente sur nos buts et les moyens d’y parvenir. La continuité du Genepi se trouve dans le refus répété depuis 1976 du désintérêt collectif pour la chose carcérale. La société regarde avec une défiance mêlée de dégoût ces parias passés par la prison. Et pourtant, comme le rappelait la dernière campagne de l’Observatoire international des prisons : « Ils sont nous ».

Bac +5 et Fleury-Merogis +5

Beaucoup saluent la jeunesse des militants de notre association. Ils sont moins nombreux à s’attendrir de la jeunesse des personnes incarcérées. 45% d’entre elles ont moins de 30 ans, et 75 % moins de 40. D’un côté et de l’autre des barreaux, il s’agit pourtant d’une même génération, du même avenir en promesse. Et nous refusons d’être perçus comme deux faces de la jeunesse que l’on opposerait, l’une bonne élève, sage, policée et citoyenne, et l’autre méprisante de la loi, antisociale. Une telle opposition, qui se baserait sur le mérite respectif de celui qui achève son bac +5 et de celui qui entame son Fleury-Merogis +5, procède d’une vision parcellaire de la réalité, d’un aveuglement coupable.

Coupable, il faut l’être, car à tours de bras et sans complexe, la France incarcère les éléments les plus vulnérables de sa population. Tout le monde peut aller en prison, ou enfin presque. A une délinquance souvent déjà dictée par les conditions socio-économiques, il faut en effet rajouter une gestion différentielle de la délinquance selon la catégorie sociale des personnes qui se mettent en difficulté avec la loi. « L’amende est bourgeoise et petite-bourgeoise, l’emprisonnement avec sursis est populaire, l’emprisonnement ferme est sous-prolétarien », constate Loic Waquant dans les Prisons de la misère. Le résultat de ces deux biais cumulés, c’est la surreprésentation des franges laborieuses de la population au sein des personnes détenues. Cela s’appelle une justice de classe.

Pour des collectifs de détenus

Il n’est pas question ici de misérabilisme, car chacun reste en dernier lieu libre des choix qu’il effectue, et libre de s’astreindre des déterminismes. Nous sommes simplement conscients qu’au delà des responsabilités et choix individuels, nous ne sommes pas tous nés sous la même étoile. Ainsi, on loue régulièrement l’engagement des jeunes. Des jeunes comme nous. Citoyens. Militants. Désireux de changer la société. Un brin idéalistes, souvent fougueux, un peu rebelles. Vous même, Madame la Ministre, vous nous félicitiez l’an dernier en ces lieux de notre « impatience », de notre intransigeance.

Cette impatience et cette intransigeance sont pourtant perçues différemment dès lors que celui qui les exprime est incarcéré – et sont alors sévèrement réprimées. Nous l’avons dit, nous ne concevons la réinsertion que comme une participation pleine et active à la vie publique et collective de la société. Il convient donc, si la prison doit réinsérer, de s’interroger sur l’état des libertés politiques derrière les murs.

La voix de nos concitoyens incarcérés devrait être aussi audible que celle de ceux de l’extérieur, et notamment dans les débats qui les concernent directement. Faire société, cela passe parle développement de conscience d’appartenance à la collectivité. Le Genepi revendique donc la possibilité pour les personnes privées de liberté, mais non de leurs droits sociaux, de s’ériger en collectif, par le biais de modalités satisfaisantes d’expression collective (ce que le décret d’application de l’article 29 [de la loi pénitentiaire de 2009] n’est pas), et par l’entrée en détention de la liberté d’association.

MR

« Un lieu où un grand nombre d’individus, placés dans une même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et rigoureusement réglées » (Erving Goffman), voilà la définition d’une institution totale. Contrôle de l’information, mise sous tutelle des personnes, infantilisation, incitation à la délation, effacement de l’individualité, ambition de transformer l’homme - y compris contre son gré - autant d’éléments qui révèlent le fonctionnement totalitaire de la prison.

« Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ». Dans l’univers carcéral, les vers de Victor Hugo prennent leur pleine mesure. Au sein de ce dispositif, chaque jour, lutter pour rester fier, digne, homme. Cette réalité de la prison comme zone de non-droit, et notamment de non-droit politique, elle est notre fait à tous, en tant que société. Elle est le fruit de la construction minutieuse d’une image monstrueuse des personnes incarcérées, dont les pulsions prédites violentes doivent impérativement être réprimées. Elle est le fait de décennies de politiques sécuritaires contre lesquelles trop peu de gens se sont élevés, d'un monde pénitentiaire délaissé du débat public.

Madame la Ministre, votre prise de poste a cependant marqué une rupture dans ce discours sécuritaire, et le Genepi l’a salué. C’est la troisième Journée prison-justice à laquelle vous nous faites l’honneur de participer, et nous tenons à vous remercier de l’empressement avec lequel vous répondez toujours aux sollicitations d’échange et de discussion que vous adresse la société civile. Vous êtes comme toujours ici accueillie avec chaleur, un signe de votre image inoxydable de défenseuse des droits et libertés dans le paysage politique actuel.

Les timides avancées de la réforme pénale

Le 1er octobre dernier, la réforme pénale, fruit de deux ans d’efforts, est entrée en vigueur. Les timides avancées qu’elle contient ne répondent pas pleinement aux espoirs que nous y placions, et ne permettent pas d’y voir ce rendez-vous attendu des forces progressistes et de la politique pénale. Personne ici ne remet en cause l’énergie et la conviction que vous avez pourtant mis dans cette entreprise, et nous le savons, ce résultat en demi-teinte ne vous est principalement pas imputable. Alors plutôt que de répéter ici ces nombreux regrets, que d’autres ont déjà longuement exprimé avant nous, nous souhaitons aujourd’hui, à mi-mandat, nous intéresser aux projets futurs en matière de politique pénale et pénitentiaire, et j’aurais à ce titre deux questions à vous adresser au nom du Genepi.

La première concerne les laissés pour compte de la réforme pénale : celle-ci concernait les courtes peines, la délinquance du quotidien – la plus nombreuse il est vrai. Si l’abolition de la peine de mort a marqué un indéniable progrès, elle s’est aussi accompagnée d’un contrecoup terrible : l’extrême allongement des peines de privatives de liberté. Cette abolition, elle signifiait que tout homme, en dépit de ce qu’il a pu commettre, a justement vocation à retrouver cette liberté. Dans cette perspective, quel est le sens d’enfermer un homme quinze, vingt, trente ans ? Comment espérer qu’un jour, à l’issue de cette période, il puisse retrouver sa place apaisée au sein de la société ? Ces longues peines, certains les nomment « peine de mort sociale », car elle traduisent une vocation principalement éliminatrice de la prison, et réduisent à néant la vocation ré-intégratrice.

Crever à petit feu

Le 16 janvier 2006, dix « longues peines » de Clairvaux rédigeaient l’appel suivant : « Nous, les emmurés vivants à perpétuité du centre pénitentiaire le plus sécuritaire de France, nous en appelons au rétablissement effectif de la peine de mort pour nous. Nous préférons encore en finir une bonne fois pour toutes que de nous voir crever à petit feu ». Cet écrit glaçant doit nous rappeler l’urgence de se saisir de cette question. Vous y êtes attendue.

Notre seconde question, Madame la ministre, concerne une promesse. Il y a deux ans, interpellée sur cette même scène, vous nous promettiez l’abolition prochaine de la rétention de sûreté. Cette mesure qui, rappelons-le, permet de l’enfermement de personnes à l’issue de l’exécution de leur peine en raison de leur dangerosité - concept flou que personne, encore aujourd’hui, ne sait définir avec précision ni encore moins évaluer.

Cette privation de liberté hors de toute infraction marque une rupture fondamentale avec les principes directeurs de notre droit pénal. L’ancien garde des Sceaux, Robert Badinter, avait ainsi dénoncé lors de son adoption le 25 février 2008 « une période sombre » pour la justice, estimant que ses fondements en étaient atteints. Vous même jugiez cette disposition, le 8 décembre 2012, « non concevable ». Cette suppression était un engagement de campagne du candidat Hollande. Lors de la réforme pénale, vous avez estimez que puisque celle-ci concernait les courtes peines, il était inapproprié d’y joindre la suppression de la rétention de sûreté. Soit. Mais alors quand ?

Mes derniers mots s’adresseront aux 700 bénévoles présents aujourd’hui, et qui pour beaucoup connaissent leurs premiers moments au Genepi. Je vous souhaite à tous, au nom de l'équipe, une journée pleine d’apprentissages, de découvertes, de questionnements. Plus largement, je vous souhaite une belle et heureuse année militante au sein de l’association. Des deux côtés des murs, ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent. »

Source : http://libertes.blog.lemonde.fr/2014/12/08/le-genepi-ceux...

 

 

 

01/12/2014

Aubade à Rémi Fraysse

Ecrite et composée par un proche de la famille, partagez-la en hommage à Rémi.

 

 

jcs-ranunculus-ophioglossifolius-02318.jpg

 

 

 

 

 

21/11/2014

26 images pour remettre les choses à leur place !


1. Ça, c'est la Terre. Notre maison, c'est ici que nous vivons. 
2. Et voila où nous nous situons par rapport à notre quartier, le système solaire. 
3. Voila la distance (à l'échelle et toute proportion gardée) de la terre à la lune. Nous avons fait l'aller-retour en 1969. Ça n'a pas l'air si loin, vu comme ça, pas vrai ?  
4. Eh bien DÉTROMPEZ VOUS ! Car dans cet espace, on pourrait faire tenir toutes les planètes du système solaire sans problème.
5. Mais parlons-en, des planètes. Ce petit truc vert, c'est l'Amérique du Nord, si on la mettait sur Jupiter...
6. Et voici la taille de la Terre, comparée à Saturne. 
7. Pour vous donner une idée, voici à quoi ressembleraient les anneaux de Saturne si ils se trouvaient autour de la Terre. 
8. Imaginez une comète, comme la comète Choury sur laquelle la sonde Philae s'est posée dernièrement. Voila à quoi elle ressemblerait si on la posait à côté de la ville de Los Angeles.
9. Mais tout ça, ce n'est rien si on le compare à notre soleil. Souvenez vous de cela: Vous êtes ici.
10. Voici votre maison, vue de la Lune. 
11. La même chose, vue de Mars. 
12. Le même cliché, pris depuis les alentours de Saturne.  
13. Et voilà ce qu'on voit de la Terre au delà de Neptune, à plus de 6 milliards de kilomètres. (C'est zoomé.) 
 Tous les gens, toutes les choses que vous connaissez, et toutes les choses que vous connaîtrez au cours de votre vie se trouvent sur cette minuscule tête d'épingle. 

14. Mais prenons encore un peu de recul. Déjà, voici la Terre comparée au Soleil. Ça calme, n'est-ce pas ?
Le Soleil ne rentre même pas dans cette image... 
15. Le même Soleil, vu depuis la surface de Mars.
16. Mais tout cela, ce n'est rien. Souvenez vous qu'on dit qu'il y a bien plus d'étoiles dans l'espace, que de grains de sable dans toutes les plages que nous avons sur terre...

17. Ce qui veut dire que certaines d'entre elles sont beaucoup, BEAUCOUP plus imposantes que notre pauvre petit Soleil. Regardez à quel point il est en réalité minuscule et insignifiant, le pauvre ! On dirait que notre Soleil est en train de se faire racketter son argent de poche...

18. Voici un autre point de vue. La plus grosse étoile que nous connaissons à ce jour, VY Canis Majoris, est 1, 000, 000, 000 fois plus grande que le Soleil.
Et nous dans tout ça, on est où déjà ?

19. Mais n'essayez même pas de comparer cela avec la taille de notre galaxie. En fait, si on réduisait le soleil à la taille d'un globule blanc, la Voie Lactée aurait la taille des États-Unis.

20. C'est parce que notre galaxie, la Voie Lactée, est tout simplement GIGANTESQUE. Et nous, nous sommes ici :

21. Mais de toute façon, vous n'en verrez jamais que ce qui se trouve à l'intérieur de ce petit cercle jaune.

22. Mais même notre galaxie est minuscule, si on la compare à d'autres. Le petit point tout à gauche, c'est la Voie Lactée. Le gros truc, c'est IC1011, situé à 350 millions d'années-lumières de la Terre.
Essayez juste d'IMAGINER tout ce qu'il peut y avoir là dedans. Ça fait peur, hein ?
 
23. Mais voyons les choses en grand. Dans cette SEULE image, prise par le télescope Hubble, il y a en réalité des milliers et des milliers de galaxies. Chacune d'entre elle contient des millions d'étoiles... Et chacune de ces étoiles ont leurs propres planètes. 

24. Voici l'une de ces galaxies, UDF 423. Cette galaxie se trouve à 10 MILLIARDS d'années-lumières ! Cela veut dire qu'en regardant cette simple image, vous êtes en train de regarder plusieurs milliards d'années dans le passé !   Certaines des autres galaxies se sont probablement formées quelques centaines de milliards d'années seulement APRÈS le Big Bang.

25. Et gardez en tête qu'il s'agit d'une petite, toute petite partie de l'Univers ! C'est juste une fraction insignifiante et minuscule de ce que vous voyez le soir, dans le ciel.

26. Et, vous savez, il y a probablement quelques trous noirs dans le tas. Voici la taille d'un trou noir de petite taille, comparé aux orbites de la Terre et de Neptune... Juste pour vous effrayer un peu.

Alors, si un jour vous êtes un peu énervé parce qu'ils ont annulé votre série préférée, ou bien à cause des musiques de noël qui arrivent chaque année de plus en plus tôt- souvenez-vous de ceci :


Ceci est votre maison. 

Voila ce qui arrive quand on prend un peu de recul pour voir le système solaire. Et quand on recule encore...

Et encore...

Et qu'on continue...

Courage, c'est bientôt la fin....

On y est presque...

Ah, ça y est ! Voici les limites de l'Univers Observable, et votre place dans tout cela... Juste un petit grain de poussière parmi des milliards d'étoiles. 
 
 ...Voilà qui remet les choses en place.
 
Traduit de l'Anglais. Source: Buzzfeed

14/11/2014

Hommage : Alexander Grothendieck, sur les routes d'un génie.

Bande annonce du documentaire réalisé par Catherine Aira et Yves Le Pestipon.

 

 

12/11/2014

La vibration est à l'origine de toute forme

 

Documentaire « Mondes intérieurs, Mondes extérieurs - Partie 1 - Akasha »

11/11/2014

EN MEMORIA DE AYOTZINAPA (un poema de José Manuel Torres Funes traduit en français par Laurent Bouisset)

    


Asesino
Por José Manuel Torres Funes
En memoria de Ayotzinapa

El sacrificio fueron ellos
que se desprendían de los brazos de los otros
como cenizas de papel al viento
solo para regresar una y otra vez al fuego

Y sus ojos, rojos de llamas
eran los suyos
de la arena que había sustituido su sangre
del estiércol que había sustituido su carne


La muerte era bien su madre
su cuerpo con el de los otros seres que observaban
el desenlace del horror
se religó dentro la gruesa espesura
mezcolanza suprema y singular que hace de todos,
Uno
se introdujo en el fuego
se inclinó y lo tomó entre sus manos
el fuego como si fuera un pájaro herido
y encendió las antorchas que se siembran
en la patria arada sobre la tierra de los huesos

(Marsella, 2014)






Il furent le sacrifice, eux qui
se détachaient des bras amis
en cendres de papier au vent
qui n'avaient trêve de venir
affronter la fournaise aveugle

Et ces yeux rougeoyants de flammes
étaient les leurs et ceux du sable
en quoi s'était changé leur sang
les leurs et ceux des fanges
à quoi se résumait leur chair

La mort était leur mère
son corps et celui des perdus qui contemplaient
cet épilogue de l'horreur
s’aggloméra dans la forte épaisseur
mixture suprême et singulière ayant fait des atomes
Un seul
elle s'introduisit dans l'ardeur
s'agenouilla et sentit sous ses doigts le feu
palpitant comme un simple oiseau blessé
puis elle incendia ces flambeaux que l'on essaime
au gré de la grande patrie labourée
sur une terre emplie d'os

 
(Marseille, 2014)



Texte de José Manuel Torres Funes
Traduction de Laurent Bouisset
Tableaux de Vladimir Veličković
 
 
http://fuegodelfuego.blogspot.fr/

10/11/2014

André Bucher, interview : "Déplacer le curseur des luttes"

 

André Bucher vient de participer à la 31e foire bio de Montfroc début octobre, événement qu'il a co-créé dans la Drôme provençale avec sa femme Marie Claude. Ce "paysan-écrivain-bucheron", auteur de nombreux romans, cultive son jardin de la vallée du Jarbon, en agriculture bio depuis 40 ans.

André Bucher se livre à Provence Durable dans une interview sonore dont voici la première partie. Retrouvez aussi son portrait dans le premier numéro du magazine Provence Durable

https://soundcloud.com/grandsagne01/entretien-avec-andre-...

https://soundcloud.com/grandsagne01/interview-andre-buche...

 

 

BARRAGE DE SIVENS : lettre de l'adjointe au maire de Penne

Je viens de recevoir dans ma boite cette lettre que des personnes bien intentionnées font très justement tourner, et donc je la partage ici pour témoigner de mon respect et de ma gratitude pour le courage de l'adjointe au maire de ce beau village de Penne, pas très loin de la forêt de Sivens, dans le Tarn, courage qui est cependant la plus légitime des réactions et qu'on aimerait voir bien plus souvent chez les élu-e-s :

 

Elisabeth Coutou
Adjointe au maire de Penne


A Penne le 7/11/2014


Monsieur le président de l’Association des Maires et des Elus du Tarn,


Je viens de lire votre courrier Mr le président, qui appelle à soutenir, en votre qualité, une manifestation d’associations favorables à la construction du barrage de SIVENS. Vous demandez au Préfet de mettre en oeuvre ce qu’est votre conception de l’Etat de Droit.
C’est d’abord l’impudence de votre appel qui m’a frappée. Alors que des efforts s’entreprennent pour mettre autour d’une table des personnes aux opinions contradictoires sur l’opportunité de construire ou non ce barrage, vous vous placez délibérément dans une logique d’affrontement, comme si le drame qui nous a tous endeuillés n’avait pas eu lieu.
L’Etat de droit se définit comme un Etat dans lequel chaque citoyen exerce à tout moment son pouvoir de décision. Penser qu’une fois élue, une personne puisse s’affranchir de tout ce qui fait la République : l’association des citoyens aux projets, est un contre sens absolu de l'Etat de droit républicain.
Nous ne devons pas oublier comment est née la République de France et de quelle magnifique, et parfois tragique désobéissance, elle s’est constituée.
Quand des élus prennent des décisions, proposent des projets qui ne
conviennent pas à une forte partie du peuple, à quel moment ce désaccord peut-il se manifester ? A quel moment les citoyens sont-ils autorisés à donner leur avis ?
Dans le cas de ce barrage, il est évident que des divergences profondes sont apparues. L’attitude républicaine eût été de réunir les citoyens et d’organiser un débat contradictoire d’où aurait émergé l’intérêt général.
Ce qui s'est passé à SIVENS m'apparaît fortement antidémocratique et anti républicain comme si les élus étaient affranchis de leur relation au peuple ( les électeurs) dès l'élection terminée. Un élu rend des comptes en permanence à ses électeurs et non une fois à chaque élection. Nous ne sommes pas citoyens un jour tous les 6 ans mais chaque jour de ces 6 ans.
S’ajoute à cela la méconnaissance du dossier par un grand nombre d’élus qui autorise le président du Conseil Général à lire ses décisions, sans débat, et d’avoir blanc seing , sans vote mais par hochement de tête.
Je ne conteste pas la légalité des Sociétés d’Economie Mixte, composées d’élus.
Mais je m’interroge quand un même élu est vice-président de la CACG qui a fait l’étude d’impact ( dénoncée incomplète par tous les experts), est aussi vice président de la société qui réalise le projet …. la CACG, et encore vice président du Conseil Général du Tarn (le maitre d’oeuvre),
et débordant d'énergie, siège à l’Agence de l’eau qui finance la moitié du projet.
La légalité ne peut se résumer au cachet mis dans la bonne case. Une série de décisions légales peuvent avoir été tronquées à l’origine. Et tout l’édifice n’a plus qu’une façade légale. L’exemple du barrage de FOUROGUE est le plus cruel exemple du contournement de la démocratie. Le Conseil Général du Tarn est passé outre un arrêté préfectoral demandant la suspension du projet. Deux ans plus tard, celui-ci est devenu illégal, et pour finir laisse une ardoise : un déficit
chronique que la collectivité publique endosse !
Des actions légales devenues illégales par le fait de l’Etat de droit (décisions de justice) mais maintenues en dépit de tout.


Voila pourquoi, Mr le président je ne manifesterai pas ce samedi 15 novembre. Parce que je n'oublie pas qu'une enquête criminelle est en cours, par souci d'apaisement, par respect du débat démocratique et républicain. Quant à Mr le préfet et Mr Carcenac il faudrait donc les remercier d’avoir imposé un climat de violence par une présence policière et militaire depuis début septembre, d’avoir ignoré les mises en garde de différents élus sur la dangerosité de la situation, d’avoir fait du Tarn le département où l’incurie des dossiers n’a d’égale que la troublante consanguinité des instances départementales, sociétés d’économie mixte agences etc. Quelle indécence.


Pour ma part, ma gratitude ira aux citoyens qui tous les jours se mêlent de ce qui les regarde, prennent le temps de lire les dossiers, de mettre en place une véritable expertise et permettent aux élus démocrates d’essayer de porter leur voix.


Pour que plus jamais une « décision » aboutisse à la mort d’un jeune botaniste de 21 ans.


Je vous prie de recevoir, Monsieur le président, mes salutations distinguées.


Elisabeth Coutou
Adjointe au maire de Penne

 

 

16/10/2014

How Wolves Change Rivers

 

 

05/10/2014

L'Indignation, mais ensuite ...

Arrêtons de dire et de démontrer à l’infini qu’il y a des « méchants » qui nous oppressent, de les dénoncer à n’en plus finir, on a compris. Ca ne changera rien parce que la posture de soumission se trouve de manière ostentatoire dans celle de « l’opposition systématique ».
N’être qu’« opposé » ou résistant à un pouvoir que je vis comme oppressant, n’est finalement qu’une manière d’accepter que l’autre a le pouvoir sur moi. Je suis impuissant et je ne peux rien faire d’autre que d’attendre qu’il entende mes plaintes et mes revendications. Or, un pouvoir lié à un système, est par construction sourd à ce qui va à l’encontre de l’application de sa logique. Donc, la revendication, l’interpellation et l’imprécation morale sont totalement non productives

Les soi-disant « méchants » sont des humains pris dans des aliénations morales verrouillées, liées à un système qui les avantage, et le problème est que tout humain né et élevé dans le même contexte s’engouffrerait de même.
C’est nous-mêmes et le système qu’il faut altérer, pour ne plus reproduire. C’est montrer qu’un embryon de contre système peut déjà fonctionner, en l’éprouvant, en l’expérimentant et en l’insérant dans le grand « jeu » du système en cours. C’est le principe du procédé viral actif.

Il n’y a qu’une posture qui amène à un résultat sans se jeter dans la violence et le sang, signes de volonté de puissance et de domination au bout du compte :
si je considère que la vie sociale (la vie en société) est une sorte de « jeu », cela a déjà l’avantage considérable de dépassionner mon désir de changement, d’y ôter l’émotion de l’indignation qui paralyse ma capacité de stratégie.
Si je « joue » plutôt que simplement résister ou m’opposer, je vais chercher la « faille » de l’adversaire (ici le système), je vais développer une stratégie qui fera bouger des « lignes », qui altéreront les règles de ce « jeu ». Je vais amener un jeu à l’intérieur du grand « jeu » tout en respectant les « grandes » règles, en tenant compte des contraintes non pas comme des contraintes psychologiquement oppressantes mais comme des règles du jeu imposées avec lesquelles je vais pouvoir « jouer » (contourner, dévier, insérer …).
Pour altérer un jeu avec ses règles préétablies, il faut engager de nouvelles propositions de jeu, rallier des « équipiers », participer au jeu en amenant une nouvelle façon de jouer, une manière qui amène adhésions et participations.
Après, c’est le principe « d’occupation de terrain » qui renverse le jeu initial avec ses lignes et ses règles. Il s’agit d’une stratégie « maquisarde » ou celle de « fourberie éclairée » : nous avons un but (changer de système) et des objectifs intermédiaires. Nous « jouons le jeu », en respectons les règles et contraintes, puis le dévions en proposant d’autres formules de jeu qui amènent à d’autres règles, progressivement.

Donc, c’est le principe d’alternatives expérimentées et éprouvées, qui amènera l’altération puis l’oblitération du jeu en cours.
Nous sommes des cellules englobées et entraînées dans un organisme dont on sait qu’il nous entraîne à notre perte ou à une souffrance perpétuelle. Cet organisme ne changera pas de lui-même mais les cellules peuvent s’organiser autrement en son sein, sans l’alerter, sans le mettre ouvertement en danger, sans déclencher trop tôt son système « anticorps ».
L’organisme étant par essence constitué des cellules qui le compose, à partir d’un certain seuil, si elles sont assez nombreuses à se modifier, elles peuvent le modifier.

Léo Mihaï

 

MANIFESTE POUR TOUS ...

 
 

A ceux dont la vie sociale actuelle ne satisfait pas

Créons la société civile souveraine à travers le « maquis de la pensée ». Ce manifeste se rapproche de celui du « convivialisme » mais il part d’une méthode de pensée qui est celle du Réel et de la chasse aux mythes. Ne cherchons pas à appliquer une Idée à tout prix à nouveau (qui deviendrait encore un mythe), cherchons les modèles qui fonctionnent à petites échelles : micro territoriales, micro économiques, miro sociales. Soyons les plus proches du réel. Optons pour la stratégie maquisarde : prendre le maquis de l’économie, le maquis du territoire de proximité, le maquis du culturel de proximité et du social, le maquis du spirituel et de l’artistique, …

Il n’y a que le « maquis » qui résiste, le maquis qui dure, le maquis qui parvient à ses fins sans massacres, sans « purges », et surtout sans reproduction des grands « ismes ». Au final, il n’y a que le « maquis » qui entraîne l’adhésion d’une population à contrario de tous les grands « ismes » qui ne sont que des cauchemars vécus à partir d’une « grande beauté » des mythes.

Classes moyennes de tous les pays, vous avez les armes totales et efficaces, les outils et capacités (Education, connaissances, technologies, sciences sociales …) pour prendre le maquis du réel. Les Etats ne peuvent plus rien pour nous, ils sont dépassés et entraînés même malgré eux (social-démocratie). A nous de nous prendre en main.

Unissons-nous (aujourd’hui les technologies le permettent) pour nous entendre, pour échanger nos expériences et pour trouver des alternatives à tous les « ismes », au nom du Réel.

 


http://www.indignezvous-et-existence.fr/

01/10/2014

Barbarie disent-ils…

 

lundi 29 septembre 2014

Les décapitations filmées d’otages occidentaux en Irak et d’un randonneur français en Algérie suscitent légitimement un sentiment d’horreur et une condamnation unanime et sans appel. Ces assassinats insensés ne peuvent être le fait que de criminels pervers au service d’une idéologie déviante. Ces mises en scène macabres viennent à la suite d’images tout aussi insoutenables montrant des exécutions de masse d’hommes désarmés. L’émotion produite par ce théâtre de la cruauté est cependant froidement manipulée par des médias et des relais politiques en Occident. La qualification sans cesse reprise de « barbaries », perpétrées par des « barbares », répond à la volonté de déshumaniser les auteurs de ces atrocités. Hors du limès de la Civilisation, ils ne relèvent plus du droit commun et ne sont plus passibles des lois ordinaires. Il s’agit pour la propagande blanche, conforme à ses usages établis et ses traditions éprouvées, de dénoncer l’irréductible barbarie de « l’autre » présenté comme totalité indistincte pour mieux soumettre ou exterminer, au-delà des criminels, toute une société. Ou comme dans les cas de l’Irak et de la Syrie de détruire des Etats.

Ces assassinats médiatiques sont représentés par les organes de propagande comme des actes irrationnels d’une radicale altérité, quasiment non-humaine. Mais bien davantage, des échelles du Levant à celles de Barbarie, ces atrocités seraient inhérentes à une sphère ethnico-religieuse, l’Islam, qui malgré des nuances langagières, reste intrinsèquement dangereuse, quasi-incompréhensible et systématiquement opposée à un Occident dont, par essence et définition, les valeurs humanistes sont définitivement supérieures à toutes les autres.

Dans un amalgame éhonté mais clairement assumé, les musulmans d’ici et d’ailleurs, suspectés de connivence « culturelle » avec les assassins, sont sommés par des policiers de la pensée de se désolidariser publiquement de ces crimes. Il leur est enjoint d’approuver la nouvelle guerre moyen-orientale de l’Occident et les bombardements « vengeurs » décidés par la Civilisation.

Ces arguments d’une propagande essentialiste visant à diaboliser des communautés toutes entières sont odieux et totalement ineptes. Cette propagande de stigmatisation et de culpabilisation est d’autant plus inacceptable que ces journalistes-procureurs seraient particulièrement bien placés, s’ils faisaient leur métier, pour évoquer, en spécialistes, la sauvagerie systématique et des exactions d’une ampleur sanguinaire inouïe de ceux dont les armes se tournent contre les populations arabo-musulmanes depuis des décennies.

Ces journalistes, qui martèlent le mot de barbarie, qu’ont-ils écrit sur les centaines de milliers de morts civiles en Irak, sur le recours au phosphore blanc et aux munitions à l’uranium appauvri contre des populations civiles ? Qui parmi ces parangons de la Civilisation a évoqué le sort de ces dizaines d’enfants mal formés à Falloujah et ailleurs du fait de l’utilisation d’armes interdites ?

A-t-on entendu des cris d’indignation de la part de cette presse au garde-à-vous, lorsque la très civilisée Madeleine Albright, ancienne secrétaire d’état américaine, justifiait la mort de cinq cent mille enfants irakiens ? Qui de cette presse ou de ces chaines de télévision s’est insurgé devant le fait que dans ce pays des droits de l’homme des criminels au moins aussi sadiques que ceux de l’Etat Islamique puissent mourir dans leurs lits grâce aux amnisties et à l’amnésie d’Etat ?

Mais il n’est nul besoin de remonter aux guerres coloniales au nom des « Lumières » de la génération précédente pour reconnaitre une même sauvagerie contemporaine, tout aussi indécente, qui se drape des valeurs de la Démocratie et des Droits de l’Homme. Barack Obama, prix Nobel de la paix, peut ainsi mener sept guerres depuis qu’il a reçu cette distinction qui a définitivement perdu toute signification morale. Qui parmi ces médias évoque les dizaines de milliers de victimes innocentes des frappes de drones à travers le monde ? La mort, sous les missiles guidés et les bombes « intelligentes », de cinq cent enfants de Ghaza n’est -elle pas une « barbarie » ? Tout comme les bombardements d’écoles gérées par les Nations Unies seraient tout au plus les dégâts collatéraux de frappes chirurgicales. Il est vrai que sans images et ensevelis sous la mystification et le silence complice des journalistes de l’infotainment, les dizaines de milliers de morts des guerres asymétriques n’existent pas. Pures statistiques, les cadavres déchiquetés de pauvres et de désarmés ne suscitent aucune émotion.

Il n’est donc nul besoin d’effectuer de minutieuses recherches pour découvrir que la réalité de la « barbarie » est fort différente de ce que cette presse en battle-dress veut faire accroire. On ne tentera pas non plus d’établir ici la généalogie politique de l’Islamisme fanatique fabriqué par les monarchies du Golfe et armé par l’Occident. Qui se souvient des missiles français Milan, des armes anglaises et américaines généreusement fournis aux « moudjahidine » afghans, hier freedom-fighters et aujourd’hui talibans extrémistes ?

Les mises en scène d’assassinats abjects dans des circonstances horribles par des psychopathes apolitiques ne peuvent, en aucun cas, servir de prétexte à des manipulations haineuses. Le discours sur la barbarie asséné par les relais de propagande, destiné à désigner de faux ennemis intérieurs, vise à faire taire ceux parmi les musulmans en Europe qui dénoncent les aventures guerrières au Moyen-Orient. A faire oublier ceux commis par les alliés de l’Occident. Et également, en jouant sur la peur à jeter en pâture des minorités visibles « d’apparence musulmane » à une opinion matraquée que l’on cherche à conditionner depuis des années. Ces gesticulations autour d’une soi-disant barbarie musulmane ne parviennent pas à masquer la vérité sanglante d’un Occident colonialiste hier, impérialiste aujourd’hui, qui assume sans discontinuer depuis le dix-neuvième siècle ses guerres éminemment civilisées et très sanguinaires dans le monde arabo-musulman. Les criminels de l’Etat Islamique ont été à bonne école.

Dans le dispositif éprouvé de préparation psychologique, la barbarie de l’autre est la justification ultime de la guerre. Or, les « guerres » éternelles contre le terrorisme, engagées depuis des dizaines d’années, loin d’avoir endigué le phénomène, l’ont généralisé et complexifié. Il ne fait guère de doute, à la lumière de l’expérience, que le refus d’approches politiques et la fascination pour la guerre manifestée par les dirigeants occidentaux, outre une dangereuse régression du droit international, ne produira qu’un surcroit de subversion.

(...)

FONDATION FRANTZ FANON
27 septembre 2014

http://fondation-frantzfanon.com/article2250.html

 

 

 

 

 

28/09/2014

Madeleine Riffaud

1497659_10202975940462581_4588380969837691578_n.jpg

©PHOTO Gérald BONCOURT
-------------------------------------
Engagée dans la Résistance à l'âge de 18 ans sous le nom de code Rainer, elle participe à plusieurs « coups de mains » contre l'occupant nazi, dont l'attaque du train de la Butte... Chaumont (gare de Ménilmontant) où elle contribue à la capture de quatre-vingts soldats de la Wehrmacht.

Responsable d'un triangle du Front National des Étudiants du Quartier latin, elle entre dans les FTP en mars 1944. Elle obéit au mot d'ordre d'intensifier les actions armées en vue du soulèvement parisien d'août 1944, ce qui la mène à exécuter en plein jour de deux balles dans la tête un membre de l'armée d'occupation pont de Solférino. Capturée par un milicien, elle est livrée à la Gestapo. Elle est torturée par les Allemands rue des Saussaies près de la place Beauvau à Paris, puis par les français à la Préfecture de police . Devant son silence elle est condamnée à la peine de mort. Elle échappe cependant à son exécution et à la déportation en étant échangée. Libérée à la mi-août1, elle reprend immédiatement son combat dans la Résistance où elle est affectée à la Compagnie Saint-Just avec le grade d'aspirant. Son engagement s'arrête à la fin des combats pour la Libération de Paris, l'armée régulière ne l'acceptant pas en tant que femme d'une part, mineure d'autre part. Ses camarades de la Compagnie Saint Just poursuivent la lutte contre les nazis au sein de la Brigade Fabien jusqu'à la victoire totale sur le régime hitlérien.

Journaliste, poète, correspondante de guerre, grand reporter pour le journal L'Humanité, écrivaine, après 1945, elle couvre la guerre d'Algérie, au cours de laquelle elle est victime d'un attentat organisé par l'OAS. Aussitôt guérie, elle couvre la guerre du Viêt Nam pendant sept ans, dans le maquis du Vietcong sous les bombardements américains. À son retour, elle se fait embaucher comme aide-soignante dans un hôpital parisien, expérience dont elle tire le best-seller Les Linges de la nuit.
 

18/09/2014

A nous le temps des sorcières

safe_image.jpg

par Naïké Desquesnes, septembre 2014

Une vieille dame, laide et pauvre, affairée devant un chaudron. Personnage aussi fascinant que repoussant, la sorcière des contes de fées semble avoir toujours existé, au fond de sa forêt, prête à se glisser dans nos imaginaires. Or cette figure a une histoire, faite de femmes en chair et en os, ostracisées et persécutées entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Et, sans cette histoire, on ne peut comprendre les origines du capitalisme. C’est ce que nous dit Silvia Federici, universitaire américaine, marxiste et féministe, dans une analyse menée avec une limpidité réjouissante. Dévoré à l’étranger, Caliban et la Sorcière paraît enfin en français, dix ans après sa première publication en anglais (1).

L’auteure commence par revisiter un concept fondamental de la pensée marxiste pour situer la sortie du système féodal : l’« accumulation primitive », soit l’expropriation terrienne de la paysannerie et la création du travailleur « libre » et indépendant. Seulement voilà : du sort de la travailleuse, Karl Marx ne dit mot. Un constat déjà posé par des féministes depuis les années 1970, qui trouve ici une profondeur historique indispensable pour saisir les liens entre capitalisme et instauration du patriarcat salarié : la femme est petit à petit forcée à faire du travail de reproduction et des tâches domestiques son activité « naturelle », non rémunérée.

Selon Federici, trois éléments fondent le nouvel ordre économique : la privatisation des terres villageoises autrefois collectives, la colonisation du Nouveau Monde et... la chasse aux sorcières. Les clôtures éliminent l’accès universel à des biens de base : le bois, le pâturage, les herbes thérapeutiques. Davantage dépendantes de ces biens communs pour leur subsistance, leur autonomie et leur sociabilité, les femmes sont les premières à pâtir de leur disparition. Si les hommes pauvres partent travailler à la ville, elles restent seules. Elles rejoignent les rangs des vagabonds, empruntent ou chapardent. Accusées de pacte avec le diable, de vols nocturnes ou encore de meurtres d’enfants, deux cent mille d’entre elles sont victimes de procès en sorcellerie sur une durée de trois siècles, selon l’historienne Anne L. Barstow (2).

En étudiant la répression et la discipline des corps féminins dans l’Europe du Moyen Age, Federici éclaire la condition de toutes les femmes à ce moment de basculement. Car la sorcière, c’est la femme en marge ; et, en attaquant les marges, l’Etat et l’Eglise construisent la norme. Sous l’étiquette de « sorcière », on pourchasse toutes celles qui ne rentrent pas dans le moule : célibataires, libertines, vagabondes, connaisseuses des remèdes traditionnels voués à disparaître au moment où la médecine moderne se met en place et devient l’apanage des hommes de science.

La militante altermondialiste et sorcière néopaïenne Starhawk parle d’ailleurs de cette période comme celle de « l’expropriation de la connaissance (3) ». Le soin devient un domaine nécessitant un diplôme. Aux pratiques des sages-femmes traditionnelles et des sorcières qui développaient une médecine douce, à base d’herbes, on oppose une médecine de style héroïque, avec l’arrivée des saignées et des purges. A une époque de plus en plus rationnelle, on combat sévèrement l’immanence. Starhawk défend aujourd’hui cette conception selon laquelle la valeur sacrée réside dans chaque élément du monde, et non dans un Dieu extérieur, dans l’espoir de renouer avec le monde qui nous entoure et de résister à une société capitaliste, industrielle et mécaniste.

Victime des logiques marchandes et autoritaires, mais aussi symbole de subversion et d’émancipation : d’hier à aujourd’hui, la sorcière représente la figure par excellence de la femme insoumise. Des mouvements écologistes aux groupes queer, elle donne du souffle aux luttes et aux questionnements intimes. D’une belle manière, les deux ouvrages dirigés par Anna Colin déploient en images et en textes cette symbolique, prolongeant un cycle d’expositions et de performances présentées notamment à Montreuil et à Quimper (4). Acclamons donc « l’heure des sorcières », ce moment du retournement du stigmate où des femmes pourchassées retrouvent la confiance et reprennent du pouvoir sur leurs vies.

Naïké Desquesnes

Rédactrice spécialiste de l’Asie du Sud à Courrier international
 
 
 
 
 

15/09/2014

Hubert Reeves - Du cosmos à la nature - Conférence

 

 

 

 

 

 

 

13/09/2014

Coluche, il manque...

 

 

08/09/2014

Georges Orwell, dernier avertissement

 

 

18/08/2014

La voie de l'amour, documentaire de Branko Stanković (Serbie) -2009

L’histoire du moine Ambroise devenu ami de la louve Alfa et d’autres animaux sauvages.

 

 

16/08/2014

L’éjaculation féminine ou le nectar sacré

 

Peu d’études sur le sujet, des avis divergents de la part des chercheurs et des médecins, des tabous, de fausses croyances encore trop présentes et pesantes, en somme l’éjaculation féminine et toutes les émissions de fluides diverses associées est un sujet très controversé.

Dans beaucoup de cultures, l’éjaculation féminine était considérée comme l’un des aspects essentiels au plaisir féminin. Parmi elles, je citerai par exemple les celtes, les romains et grecs de l’antiquité, les tantrikas… Les taoïstes considéraient que cet élixir avait le pouvoir légendaire d’inverser le processus de vieillissement. Au japon au XVIème siècle, on récoltait ce flot dans des bols conçus à cet effet. Ils le considéraient comme un aphrodisiaque et ceux qui le consommaient étaient plus heureux et comme régénérés. Pas si absurde lorsque l’on sait que dans ces émissions féminines on retrouve des traces de sérotonine qui est un neurotransmetteur. (Cette molécule est utilisée dans certains médicaments ayant une action sur la quantité de sérotonine et ont des effets bénéfiques sur la dépression.)

Dans notre culture en revanche, des tabous et des fausses croyances existent et persistent :

Certains médecins ont avancé le fait que l’éjaculation féminine avait une fonction anti-bactérienne et que l’organe qui en était responsable c’était atrophié au fil du temps avec l’accession à l’hygiène des femmes modernes. L’éjaculation servirait donc d’autonettoyant, hum…

Du fait que les chercheurs et médecins eux-mêmes s’obstinent à nier cette partie de la réponse sexuelle féminine, certaines femmes ont même cherché à faire réparer cette « incontinence coïtale » par la chirurgie.

En fait, il y a encore peu de temps, on pensait que l’éjaculation féminine était un phénomène très rare, d’où le terme femme fontaine (après la femme à barbe), mais des études récentes, faites par des scientifiques qui en avaient marre de se voiler la face, ont démontré que toutes les femmes avaient la capacité d’éjaculer, que ce phénomène n’était pas si différent de l’éjaculation masculine… et qu’il n’avait d’ailleurs rien à voir avec de l’incontinence urinaire.

Bon mais dans la pratique c’est quoi, comment, où, pourquoi ? Autant de questions qui ne resteront pas sans réponse puisque je vais tout vous raconter :

Les études ont prouvé l’existence de la prostate féminine et certains composants biochimiques sécrétés au cours d’une excitation intense, dans la prostate sont comparables à ceux du sperme, dont l’antigène prostatique spécifique (APS) qui est produit par une seule glande du corps humain, il s’agit de la prostate masculine, enfin c’est ce qu’on pensait jusque là… Eh oui !

Il existe deux types d’émissions féminines : il y a le fluide prostatique éjaculatoire (qui a la consistance du sperme) et la giclée (appelée squirt par les chercheurs américains qui est incolore et inodore). Ces fluides sont expulsés par le canal urétral (ho dis donc c’est encore comme les hommes). Et même si la sensation est proche de l’envie de pipi, pas de panique il n’en est rien…

La sécrétion de fluide prostatique est une réponse à l’excitation sexuelle.  Les canaux et les glandes composant la prostate féminine (dont les glandes de Skene qui sont les plus importantes) ne peuvent s’empêcher de produire ces émissions involontaires avant, pendant ou après l’orgasme ou même sans orgasme.

Mais les tabous et les fausses croyances ont réprimé cette réponse purement physiologique au point que la plupart des femmes ne savent plus éjaculer. Elles émettent des quantités infimes et imperceptibles de fluide prostatique. Quant à celles qui savent encore éjaculer, celles-ci sont susceptibles de « gicler » et peuvent expulser des quantités allant de 25 à 100ml. C’est à ce moment là que l’on parle de « femme fontaine ».

Encore un point où les avis divergent; il s’agit du point de départ de cette éjaculation. Certains diront que la stimulation du point G est le déclencheur, d’autres la stimulation du clitoris : eh bien je peux vous dire avec une certitude absolue après avoir fait quelques recherches et expériences que ces zones érogènes sont toutes les deux des déclencheurs !

Une éjaculation féminine peut survenir plusieurs fois durant la stimulation ou l’acte sexuel et n’impose aucune période réfractaire (la voilà la différence avec l’homme !). Sachez aussi qu’avec l’expérience  il est possible de contrôler cette éjaculation.

Si vous souhaitez découvrir l’éjaculation féminine mais que vous n’êtes pas sûre de vous, exercez-vous en solo afin de comprendre et d’apprendre. Mettez de côté les croyances et les tabous. Détendez-vous, prenez le temps et appréciez les sensations de l’éjaculation.

Si vous avez un ou une partenaire de jeu, ne le/la prenez pas par surprise, c’est toujours mieux de parler de cela avant tous les deux afin de savoir si votre partenaire est prêt(e) à vivre l’expérience avec vous. Aidez-le/la à mettre  de côté le tabou qui entoure l’éjaculation féminine en le/la préparant à l’avance. Les partenaires qui apprécient, diront que c’est un fabuleux cadeau que vous leur offrez, un remerciement profond au plaisir qu’il/elle vous aura donné.

Mais votre partenaire n’est pas forcé d’aimer ne l’oubliez pas, soyez indulgente, avec le temps peut-être qu’il ou elle changera d’avis.

En quelques mots, la ressemblance avec l’homme encore une fois en terme de sexualité est flagrante, nous sommes bien égaux et n’avons rien à leur envier… Et je terminerai sur une chose essentielle, même si l’éjaculation est une expérience intéressante et plaisante, elle n’est pas nécessaire au plaisir… on peut avoir une sexualité très épanouie sans cela donc ne vous mettez pas la pression.

A savoir : Uriner immédiatement après les rapports sexuels (afin d’évacuer les bactéries qui sont entrées dans l’urètre) permet d’éviter les infections urinaires. 

 

Source : http://cabinetsdecuriosites.fr/au-fond-des-choses/chroniq...